Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

26 mai 2015 2 26 /05 /mai /2015 06:48

     Zozoter, c’est comme zézayer, dire Ze manzerai au lieu de Je mangerai, ou encore L’azote, ze connais pas, au lieu de L’azote, j’en fous partout !

     L’azote, sous différentes formes, est en effet devenu une préoccupation forte en matière de pollution. Sans entrer dans le détail de cette question complexe, comme toujours, rappelons que ce sont les oxydes d’azote qui sont préoccupants : le monoxyde d'azote, NO ; le dioxyde d'azote, NO2 et le protoxyde d'azote, N2O. Ces gaz peuvent être émis de façon naturelle ou par les activités humaines : combustion, moteurs et agriculture principalement. Bien que des progrès aient été enregistrés sur les émissions de dioxyde d’azote, la prise de conscience de l’impact de ces gaz est lente, désespérément lente… Les nitrates, autres dérivés polluants de l’azote, sont très suivis et réglementés dans l’eau, beaucoup moins dans l’air. C’est le protoxyde d’azote qui interpelle le plus, produit surtout lors de la transformation des engrais azotés en agriculture. C’est en effet le second gaz à effet de serre (GES) après le C02, avec un potentiel de réchauffement global 310 fois plus élevé que le C02. Et c’est celui dont les modalités d’émission par les sols agricoles sont les plus mal connues. Quand on préfère ne pas savoir, n’est-ce pas…

     Les impacts de ces dérivés de l’azote sur l’environnement sont multiples : outre la contribution à l’effet de serre, ils acidifient les milieux naturels ; et sur la santé, ils engendrent des difficultés respiratoires. Je me souviens d’un appel téléphonique d’un chercheur d’une station INRA de l’ouest de la France, au début des années 1990, il cherchait quelqu’un qui pourrait doser les nitrates dans l’air, à l’aide des lichens par exemple, pour confirmer les mesures, inquiétantes, qu’il venait de faire et qui étaient… interdites de publication. Je me souviens aussi de cette collaboration avec la presse agricole régionale en 1997 afin de publier régulièrement des articles de sensibilisation à l’environnement jusqu’à ce que je propose un article sur la pollution d’origine agricole : refusé et fin de la collaboration ! Quand on préfère ne pas savoir, n’est-ce pas…

     Mais rien n’est désespéré : l’INRA vient de mettre en œuvre une étude en Eure-et-Loir pour mesurer les émissions de N20 en continu afin d’élaborer un dispositif prévisionnel. De façon plus abordable et empirique, regardez les clochers d’église en pierre calcaire qui deviennent vert jaunâtre du fait du développement de plantes nitrophiles : des algues comme le Pleurocoque ou des lichens comme le Xanthoria. Ce n’est pas une preuve, pas une inquiétude, mais un bon indice de la présence probable de composés azotés dans l’atmosphère de façon significative.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond
commenter cet article

commentaires

Sophie Condé 30/05/2015 18:30

" C’est en effet le second gaz à effet de serre (GES) après le C02, avec un potentiel de réchauffement global 310 fois plus élevé que le C02"
Merci Michel d'éclairer ma lanterne: le second en quantité avec un impact beaucoup plus élevé (310 fois) ?

Michel Lerond 30/05/2015 21:02

Merci Sophie de ta question qui me permet de préciser mon propos : le protoxyde d’azote est un gaz à effet de serre dont le potentiel de réchauffement global est de 310 fois celui du CO2, sur une base massique, selon le GIEC. Il représente 16% des émissions.

Danielle 26/05/2015 17:12

Tu zozotes, en effet, et au regret d'enfoncer le clou (vert de gris), nous sommes nombreux à zozoter à l'insu de notre plein gré! Mais pour autant, il me semble que les consciences prennent du poil de la bête, cherchent à comprendre, à imaginer d'autres voies, d'un vert plus...vif !

Michel Lerond 28/05/2015 10:26

Merci Philippe et Danielle. Effectivement, la controverse bat son plein et comme souvent, il faudrait remettre un peu d'ordre dans les arguments pour que chacun puisse comprendre quels sont les vrais enjeux, notamment de santé, au-delà des intérêts de tel ou tel lobby... Quant à Danielle merci de toujours zozoter avec les mots ! A force de zozoter, on finira par réveiller les consciences.
Michel

Philippe SAUVAJON 26/05/2015 09:09

Puisqu'on te dit, Michel, que ce n'est pas grave, c'est même bon pour la santé...

http://mobile.lafranceagricole.fr/actualite-agricole/nitrates-de-nombreux-benefices-averes-pour-la-sante-colloque-medical-41144.html