Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

23 février 2016 2 23 /02 /février /2016 11:59

     Dans le domaine de l’environnement, les bonnes nouvelles ne sont pas si fréquentes, réjouissons-nous lorsqu’elles arrivent. La Convention internationale sur les zones humides a été adoptée en 1971 à Ramsar en Iran et regroupe 159 pays. Cette Convention concerne les zones humides prises au sens large et constitue un label qui récompense et valorise les actions de gestion durable de ces milieux naturels. A ce jour, la Convention regroupe 1 800 sites dans le monde, dont 44 en France pour une superficie de 3,5 millions d’hectares. Et voilà que la 44ème zone inscrite le 18 décembre 2015 se situe en Normandie : le Marais Vernier et la vallée de la Risle maritime sur 9 500 hectares.

      Le Site est un grand complexe estuarien composé de marais alluvionnaires, vasières, eaux estuariennes, rivières, tourbières ainsi qu’un réseau de fossés et de pièces d’eau qui convergent vers l’étang naturel de la Grand’ Mare, porté par la Communauté de communes de Quillebeuf-sur-Seine et le Parc naturel régional des Boucles de la Seine Normande. Le Marais Vernier, méandre mort de la Seine, accueille le plus important gisement de tourbe de France. Quant à la Risle maritime, c’est une zone de transition entre eaux salées et douces qui accueille des migrateurs et de nombreuses espèces pour leur reproduction. Le site compte 43 espèces de poissons, dont 32 indigènes, c’est un lieu de reproduction de l’Anguille européenne (espèce en danger), du Brochet et de la Lamproie de Planer. Parmi les oiseaux, on y observe le Pluvier doré et le Vanneau huppé, notamment. En plus de son intérêt écologique, le site offre un aspect socio-culturel associé à un passé de gestion des milieux par des pratiques traditionnelles qui ont permis de maintenir des espaces ouverts avec une mosaïque d’habitats favorable à la biodiversité. Les chaumières présentes sur le site reflètent également l’usage traditionnel des ressources offertes par le marais.

     Cette reconnaissance a été rendue possible grâce à l’action coordonnée des acteurs locaux : élus, agriculteurs, chasseurs, naturalistes, services de l’Etat, PNR et associations. Bien sûr une action de cette ampleur ne va pas à terme sans l’implication forte d’un acteur particulier, ce qui fut le cas avec l’association Courtils de Bouquelon et son instigateur Thierry Lecomte. C’est un aspect d’autant plus important à souligner qu’il n’a pas pu en être de même juste à côté, sur l’estuaire de la Seine en raison des conflits répétés.

 

A noter : Manifestation régionale au Marais Vernier le 26 avril 2016 ; Journées nationales Ramsar à Pont-Audemer (27) du 19 au 21 octobre 2016 ; et dès maintenant le jus de pomme Courtils de Bouquelon est le premier produit labellisé Ramsar pour valoriser les producteurs locaux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond
commenter cet article

commentaires

lenormand 24/02/2016 16:57

Michel, il ne fallait pas parler du Marais Vernier, il rappelle trop de souvenirs. J’ai eu une amie au lycée de Lillebonne habitant Bouquelon, j’ai participé à des manœuvres militaires à St Samson de la Roque à proximité immédiate du Marais Vernier. Ce terroir - situé de « l’autre côté de l’iau « - est radicalement opposé au Pays de Caux lui-même complètement différent de celui de Bray.
C’est tout simplement une région unique en France, magnifique par ses chaumières, son bâti traditionnel, son environnement d’une richesse prodigieuse avec ses ressources biologiques exceptionnelles, faune, flore, géologie. Il est bien que tout le monde se soit entendu pour préserver un tel patrimoine et encore plus assurer son avenir. Il est d’ailleurs tellement réputé qu’il peut y avoir un risque de ghettoïsation de la population quand on voit les très belles demeures fermées avec des portails pleins en certains endroits ; mais peut-être, je me trompe. Merci pour la belle présentation d’un « pays « cher à certains cauchois d’origine.