Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

3 mai 2016 2 03 /05 /mai /2016 08:03

     Nous vivons actuellement une période troublée, entre terrorisme, fortes migrations ou scandales politiques et financiers. Dur dur ! Dans ce contexte, on sent bien des hésitations incessantes entre plus de mondialisation et de gestion plus globale des enjeux planétaires ou, au contraire, un repli sur la nation, le pays avec force drapeaux, hymnes nationaux et parfois barbelés en guise de frontières…

     Bientôt, le 9 mai, ce sera la fête de l’Europe qui, comme chaque année, sera largement oubliée et peu commentée. Quelle belle occasion pourtant de renouer des liens forts entre les peuples, de regarder l’avenir avec sérénité plutôt que se replier sur son petit pré carré tout riquiqui… Mais qui donc sait qu’il existe un hymne européen ? La mélodie symbolisant l’Union Européenne est un arrangement d’environ deux minutes du thème musical de l’Ode à la joie, dernier mouvement de la Neuvième symphonie de Ludwig van Beethoven. Cet hymne sans paroles, adopté par le Conseil de l’Europe en 1972, puis par les chefs d’Etat et de gouvernement des Etats membres en 1985, évoque les idéaux de liberté, de paix et de solidarité incarnés par l’Europe. Malgré de nombreuses controverses, et sans consensus, des paroles ont été proposées pour l’hymne européen. Les voici :

 

     Joie ! Joie ! Belle étincelle divine,

     Fille de l’Elysée,
     Nous entrons l'âme enivrée
     Dans ton temple glorieux.
     Ton magique attrait resserre
     Ce que la mode en vain détruit ;
     Tous les hommes deviennent frères
     Où ton aile nous conduit.

     Si le sort comblant ton âme,
     D'un ami t'a fait l'ami,
     Si tu as conquis l’amour d’une noble femme,
     Mêle ton exultation à la nôtre!
     Viens, même si tu n'aimas qu'une heure
     Qu'un seul être sous les cieux !
     Mais vous que nul amour n'effleure,
     En pleurant, quittez ce choeur !

     Tous les êtres boivent la joie,
     En pressant le sein de la nature
     Tous, bons et méchants,
     Suivent les roses sur ses traces,
     Elle nous donne baisers et vendanges,
     Et nous offre l’ami à l’épreuve de la mort,
     L'ivresse s’empare du vermisseau,
     Et le chérubin apparaît devant Dieu.

     Heureux,
     Tels les soleils qui volent
     Dans le plan resplendissant des cieux,
     Parcourez, frères, votre course,
     Joyeux comme un héros volant à la victoire!

     Qu'ils s'enlacent tous les êtres !
     Ce baiser au monde entier !
     Frères, au-dessus de la tente céleste
     Doit régner un tendre père.
     Vous prosternez-vous millions d’êtres ?
     Pressens-tu ce créateur, Monde ?
     Cherche-le au-dessus de la tente céleste,
     Au-delà des étoiles il demeure nécessairement.

 

     Pas franchement hilarantes les paroles, mais tout de même plus adaptées que notre « qu’un sang impur abreuve nos sillons »… légèrement dépassé !

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond
commenter cet article

commentaires

Lucile 03/05/2016 09:33

ce n'est pas tant sur l'hymne et ses paroles ( sur ce sujet je propose le chant des esclaves dans Nabucco: Je chante avec toi Liberté) que sur le fond qu'ira mon commentaire. l'Europe n'a plus de souffle, ne fait plus rêver; ce n'est qu'un agrégat de 28 pays où chacun tire la couverture à soi et se replie sur son pré carré..Quel chef de gouvernement ou autre tel Delors aura le courage de nous sortir de ce marasme et entrainera les autres à sa suite?

Michel Lerond 06/05/2016 16:07

Merci Gérard et Lucile. Les avis sont partagés et on est bien d'accord, les paroles de l'hymne à la joie sont assez sirupeuses... Le vrai problème, et Lucile a raison, c'est que l'agrégat européen ne fait plus rêver et on peut même craindre qu'il ne se désagrège... Quelle désolation et que faire pour rassembler autour de cette idée européenne ?
En tous cas, pour ma part, je n'arrive pas à me faire à l'idée que l'on puisse faire chanter à des enfants "qu'un sang impur abreuve nos sillons", surtout dans le contexte actuel... Je ne vois aucune justification historique à cela.
Michel

gérard baudry 03/05/2016 08:40

ah non ! je préfère la marseillaise et ses paroles à replacer dans leur contexte. cela veut dire quelque chose au moins. Je n'aime pas beaucoup cet air de la joie (je ne parle que de cette "mélodie") mais cette paroles pleines de bons sentiments, c'est sirupeux à souhait ! c'est ce que beaucoup prennent pour de la poésie, il suffit qu'il y ait des rimes ! quelle horreur, ces paroles passe-partout qui viennent se plaquer comme ça sans motif, rien que pour faire un hymne !!!
je n'ai pas un amour immodéré pour les hymnes, il paraît que c'est un mal nécessaire, mais qu'au moins ils soient chargés d'histoire, qu'ils aient un sens, que les gens y retrouvent leurs racines!