Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 07:38

3. Nouvelles orientations en cours

     L’agriculture a besoin d’une double révolution, à la fois écologique et technologique. Pour nourrir la population mondiale à venir, il faudrait… doubler la production, ce qui sera difficile sans une meilleure maîtrise de la natalité. Le paysan, devenu exploitant agricole puis chef d’entreprise industrielle va devoir se transformer en ingénieur biologiste, afin de savoir accélérer les processus biologiques tout en respectant les ressources.

      Nous avons besoin, plus que jamais, d’une agriculture respectueuse de l’environnement et des consommateurs. Ce n’est pas nouveau, mais il va falloir bientôt nourrir une population mondiale très nombreuse, et cela dans un contexte de changements climatiques qui pose question. C’est ainsi que progressivement, on redécouvre « l’agro-écologie » (http://www.michel-lerond.com/article-20124265.html) afin de prendre en compte les processus écologiques dans les systèmes agricoles, comme le faisaient les paysans d’autrefois. C’est du coup redonner de l’importance aux « petits paysans » que les grandes exploitations et un système hyperproductif ont littéralement laminés. Les femmes ont un rôle à jouer dans ce secteur qui se féminise, comme beaucoup d’autres, plus sensibles qu’elles sont à la diversification et la protection de l’environnement.

     Bien que l’agro-écologie existe depuis les années 1930, elle s’est surtout développée à partir des années 1970-80 et commence seulement à être connue du grand public. On peut la définir comme un ensemble cohérent de pratiques qui concilient les pratiques agricoles avec les fonctionnalités des écosystèmes. En somme il s’agit d’utiliser la nature comme facteur de production en maintenant ses capacités de renouvellement. Bien que correspondant aux origines de l’agriculture, par rapport à l’agriculture intensive, il s’agit d’une révolution qui nécessite un fort développement de la recherche appliquée pour améliorer la production, tant sur le plan qualitatif que quantitatif, tout en sauvegardant l’eau, les sols et la biodiversité. Les « culs-terreux » savent cela intimement, mais perçus comme plaintifs et conservateurs, ils doivent inverser leur image pour s’affirmer comme nourrisseurs de la population et sauveurs de la planète.

     Comme toute révolution celle-ci prendra du temps, mais une dynamique est en marche, d’autant plus indispensable que le défi climatique constitue une nouvelle donne.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond
commenter cet article

commentaires