Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 07:44

    4. Perspectives

 

     Si l’agro-écologie peut constituer un axe essentiel de la révolution agricole en cours, ce ne sera pas la seule innovation. On peut penser que le retour à des principes basiques, tels qu’une certaine harmonie agriculture/nature, soit accompagnée d’innovations beaucoup plus technologiques. La révolution numérique en cours va concerner de plus en plus l’agriculture en ouvrant des perspectives d’anticipation et d’automatisation des tâches agricoles. Par exemple, on commence à pratiquer la complémentarité entre des drones qui repèrent des zones, parfois très localisées, infestées par un parasite et des robots qui vont effectuer un traitement (chimique, mécanique ou thermique) très adapté en termes de surfaces et de doses. Le « big data » appliqué à l’agriculture doit permettre de recueillir les informations, les gérer et les utiliser dans diverses applications, que ce soit pour la culture des céréales, l’élevage ou la production laitière.

     Par ailleurs, si les systèmes agricoles varient beaucoup d’un continent à l’autre, il va falloir s’interroger sérieusement sur la « mondialisation des marchés ». Peut-on continuer à cultiver sur un continent des denrées qui vont être consommées sur un autre, en laissant éventuellement les producteurs affamés ? On peut penser que les agricultures familiales, et donc de proximité, constituent le socle de systèmes alimentaires équilibrés pour se donner des chances de nourrir toute la planète.

     Sur le plan économique, il faudra enfin nous interroger sur notre double schizophrénie : des agriculteurs qui veulent à la fois être indépendants, mais ne peuvent se passer de la PAC, des consommateurs qui veulent des produits de qualité, mais sans en payer le prix réel…

     Toute cette évolution nécessite également de revoir la formation des agriculteurs. Ceci est d’autant plus aisé et d’actualité que de nombreux jeunes recherchent du sens pour leur métier et veulent l’exercer avec une approche positive pour la nature. Il est de moins en moins contestataire ou « écolo de base » que d’envisager son métier d’agriculteur avec le souci des circuits courts, une transition énergétique avec de la méthanisation par exemple, un recyclage plus performant, etc.

     Le développement de l’agriculture biologique est un témoin de cette évolution, avec une augmentation de près de 20 % du nombre de fermes laitières biologiques entre 2015 et 2016.

     Paysans, soyez fiers de vous, la révolution est en marche ! Nous vous suivons.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond
commenter cet article

commentaires