Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 07:27

     Teilhard de Chardin fut paléontologue, philosophe, mais aussi prêtre jésuite. Né en 1881 dans le Puy de Dôme, il est mort à New York en 1955. Ce fut un scientifique de renommée internationale, théoricien de l’évolution. Il vécut sa foi chrétienne à la dimension de la cosmogénèse et non pas à l’échelle d’un cosmos statique comme le proclame la Bible, et connut pour cette raison quelques troubles avec le Vatican. Il poursuivit sa carrière scientifique, ponctuée de nombreux voyages d’études, et fut gratifié de nombreux diplômes et promotions telles que la Légion d’honneur, l’élection à l’Académie des sciences ou la nomination de directeur de recherche au CNRS.

     Après sa mort, c’est sa secrétaire et collaboratrice Jeanne Mortier, qui fait publier l’intégralité de son œuvre, ce qui attire les foudres du Vatican contre « les dangers de ces ouvrages » qui offensent la doctrine catholique, notamment « en remettant en cause la nature spirituelle de l’âme humaine ». Cependant, en 1981, le centenaire de la naissance de Teilhard est célébré à l’Unesco en présence d’un représentant du Vatican. Pas facile de concilier science et religion… même si l’on est un peu jésuite. C’est ainsi que le pape Benoît XVI a pu écrire : « Dieu a pu, au-delà de la biosphère et de la noosphère, comme le dit Teilhard de Chardin, créer encore une nouvelle sphère dans laquelle l’homme et le monde ne font qu’un avec Dieu. » Ainsi tout le monde est content et chacun sauve la face.

     Bien entendu, c’est l’ouvrage « La place de l’homme dans la nature »,  écrit en 1949 et publié en 1956 la première fois (Editions Albin Michel), qui a retenu le plus notre attention. Teilhard retrace l’histoire de la terre de l’origine à maintenant en partant du moment où la terre est formée, sans se soucier de l’origine de notre planète. Cependant à la fin de son livre, il n’exclut pas l’hypothèse selon laquelle l’univers entier serait né d’un seul atome !

     Au départ donc, avant l’apparition de la vie, la terre est une sphère matérielle. Mais l’auteur met en évidence l’existence d’une troisième grandeur, en plus de l’espace et du temps, la « complexité ». En effet, au fur et à mesure que le temps s’écoule, la matière évolue dans l’espace, elle est en expansion et en même temps, elle se « complexifie » :

  •  La complexité, c’est « la combinaison, c’est-à-dire cette forme particulière et supérieure de groupement dont le propre est de relier sur soi un certain nombre fixe d’éléments… tels l’atome, la molécule, la cellule, le métazoaire, etc. »

       Cette complexité ne va pas sans questions… métaphysiques, c’est le cas de la dire :

  • « Qu’il y ait eu, et qu’il y ait encore, une genèse des atomes, personnes n’en doute plus. Mais de quel type peut bien être cette genèse ? Sur ce point il semble bien qu’astronomes et physiciens soient encore loin d’être unanimes. »

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond
commenter cet article

commentaires