Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

21 août 2017 1 21 /08 /août /2017 18:55

          Nous continuons nos « rediffusions » pendant l’été et nous souvenons de nombreux propos relatifs à l’agriculture. Par exemple « Repenser l’agriculture pour le futur » du 1er mai 2012. Relisez :

        … Ces constats ramènent à des considérations basiques : l’agriculture doit assurer d’abord l’alimentation des populations locales. Ainsi la planète semble redécouvrir brutalement l’importance stratégique de l’agriculture vivrière. Il faut maintenant assurer l’autosuffisance alimentaire d’un pays, d’une région, d’un territoire, ce qui suppose une réorientation totale de l’agriculture autour des savoirs locaux, notamment dans les pays du Sud. Il est urgent de faire évoluer l’agriculture vers une priorité des politiques publiques afin d’assurer le besoin primaire de nourriture, en soutenant notamment la petite agriculture familiale. Il faut aussi que les consommateurs fassent leur propre révolution en privilégiant les produits locaux de saison et en ne faisant plus de l’expression « paysan » une injure, mais un compliment.

        Et puis, un peu plus tard, le 20 novembre 2012 : « Une agriculture pour la nature ! » Relisez :

        … Pourtant, si l’agriculture peut être source de menaces sur les habitats et les espèces, elle peut aussi contribuer à leur maintien, comme les prairies naturelles humides, les landes et garrigues, les prés salés, etc. Certains systèmes agricoles sont considérés comme étant de haute valeur environnementale (HVE) parce qu’ils sont à l’origine de ces avantages… Cette démarche va de pair avec une révision des systèmes de production qui visent un faible niveau d’intrants (engrais et pesticides), la diversification des espèces cultivées et le maintien d’une biodiversité sauvage… Il s’agit, en fait, de réinscrire les processus culturaux dans le fonctionnement des écosystèmes, comme cela se pratiquait assez spontanément autrefois. Le principe est toujours le même : composer avec la nature, plutôt que s’y opposer, même si ce n’est pas toujours simple. Cela suppose également de revoir le relationnel sociologique et économique entre les acteurs des territoires : agriculteurs entre eux, agriculteurs et industriels et aussi agriculteurs et semenciers. Là encore, revenons aux fondamentaux, quel est l’objectif ? Faire du fric pour certains groupes ou nourrir la population de façon équitable et équilibrée ?

        Il faut croire en l’avenir, c’est-à-dire que les industriels de l’agriculture vont redevenir des paysans ! J’aime les paysans.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond
commenter cet article

commentaires

lenormand 22/08/2017 10:53

Il faut en effet espérer et travailler pour un monde vivable. Malheureusement et en ce qui concerne l'agriculture, il ne faut à mon avis ne rien attendre du gouvernement Macron et de son ministre de l'agriculture Travert. Ce ministère est truffé de grands directeurs de services totalement inféodés à l'agriculture industrielle et à tous ses lobbies. Le communiqué adressé par Travert à la FNAB dit:" de ne prévoir aucun budget pour les aides à l'agriculture biologique dans les trois prochaines années. Aucune nouvelle conversion biologique ne sera possible " .

Ainsi tout va t-il le mieux possible dans le meilleur des mondes.

Rémi Lenormand.

Michel Lerond 24/08/2017 08:43

Merci Rémi. Non assurément rien n'est facile et rien n'est gagné. Mais ne désespérons pas !
Michel