Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

31 octobre 2017 2 31 /10 /octobre /2017 09:17

La fin d’un monde

 

Devant de tels enjeux, on peut se demander si notre planète va pouvoir supporter de tels à-coups, et si notre civilisation pourra survivre. C’est la question que posait cet été, entre autres, l’ancien ministre de l’environnement Yves Cochet dans Libération (http://www.liberation.fr/auteur/3674-yves-cochet). Au vu des rapports successifs sur le climat ou la biodiversité, Yves Cochet pense que l’effondrement est imminent. Il établit un calendrier approximatif pour les années 2020-2050 qui seront, selon lui, les plus bouleversantes que l’humanité aura jamais connue en si peu de temps. A savoir : la fin du monde que nous connaissons (2020-2030), l’intervalle de survie (2030-2040) et le début d’une renaissance (2040-2050). Ce n’est donc pas désespéré !

Dans un premier temps, Yves Cochet est certain de l’effondrement mondial en raison d’un triple clash énergétique, climatique et alimentaire. Il pense que nous sommes alors contraints à la décroissance.

La seconde période serait la plus pénible avec un abaissement brusque de la population mondiale (épidémies, famines et guerres) et la diminution drastique des ressources énergétiques et alimentaires. Que des réjouissances, avec une survie précaire de l’humanité.

Puis l’espoir revient vers 2050 avec une étape de renaissance pendant laquelle les humains les plus résilients réinventent des formes nouvelles de gouvernance pour garantir la stabilité de la civilisation.

Yves Cochet tient à préciser en conclusion qu’il n’est pas psychopathe, mais qu’il examine les choses froidement avec l’espoir que l’on puisse limiter les dégâts en proposant dès aujourd’hui un projet de décroissance rapide « pour la moitié survivante de l’humanité dans les années 40 ».

Pessimiste ou réaliste Yves Cochet ? A chacun d’y réfléchir… et bon courage.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Robert Meyer 31/10/2017 17:51

Un projet qu'on pourrait avoir : avant d'attendre que ce soit les épidémies, les famines et les guerre qui diminuent la population mondiale, est-ce qu'on ne devrait pas assayer de réguler cette population en négociant à l'amiable avec ceux qui ne rêvent que de produire plus de chair à canon ? Après tout Gorbatchev a tout de même fait sortir le Bloc Soviétique de la dictature sans effusion de sang, même s'il n'en a pas vraiment été remercié ... un exemple interessant tout de même.

Michel Lerond 01/11/2017 11:05

Très bon commentaire Robert. La démographie semble être un sujet tabou sur toute la planète ou quasiment, ce qui est incroyable ! En effet si les rats peuvent vivre en bonne intelligence entre eux, lorsqu'ils sont en surnombre dans la cage, ils se bouffent entre eux ! C'est ce que risquent les humains... Mais que faire, alors que tout le monde le sait. Là encore, me semble-t-il, il faut des mesures prises à un niveau élevé au plan international et rapidement.
Michel