Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

13 février 2018 2 13 /02 /février /2018 08:27

     En 1992, lors de la Conférence de Rio, dite « le sommet de la planète Terre », 1 700 scientifiques exhortaient l’humanité à freiner la dégradation de l’environnement : raréfaction de l’eau douce, dépérissement de la vie marine, déforestation, destruction globale de la biodiversité, changement climatique et croissance continue de la population humaine… Ils appelaient à des changements fondamentaux et d’urgence. Chacun jugera des avancées en un quart de siècle !

     Depuis 1992, rappelons un succès à ne pas oublier, démontrant que lorsqu’on le veut, on peut ! L’amenuisement de la couche d’ozone stratosphérique a été stabilisé, évitant ainsi de gros soucis. Par contre, pour toutes les autres problématiques, la situation s’est considérablement aggravée… comme pour un suicide collectif.

     Qu’avons-nous donc raté ? Relisons le dossier spécial du journal du Monde de mai 1992 : « Rio, sommet de la vérité ». 13 pleines pages pour expliquer les attentes de plus de 10 000 participants. Il s’agissait de rappels par rapport  à des décisions antérieures, comme la mise en place d’une taxe carbone décidée par les chefs d’Etat et de gouvernement à Dublin en 1990 ou la création d’un conseil de la Terre ou d’une commission de l’ONU pour le développement durable, déjà proposée. Ce dossier était aussi une alerte en titrant « L’ardente obligation de préserver le futur » ou encore « Un monde à reconstruire ». Et de conclure : « Plutôt que penser le monde en fonction de paramètres économiques…, ne faudrait-il pas entreprendre de le reconstruire à partir de données écologiques ? »

     Il est urgent de prendre conscience de la nécessité de préserver le capital naturel à l’échelle planétaire en harmonie avec les disponibilités et instaurer une gouvernance mondiale des ressources. C’est la condition première pour se nourrir…

      Face à de tels enjeux, il nous faut vite réconcilier les habitats naturels, la vie sauvage et les hommes. Cela passe aussi par une réorientation totale de l’agriculture qui doit retrouver sa vocation vivrière, en France, mais aussi partout dans le monde. On ne pourra résoudre cette équation difficile qu’en commençant par établir un bilan réel de l’agriculture, comme nous l’avons évoqué à de multiples reprises.

Rien n’est désespéré, mais le temps presse ! Avons-nous encore 26 ans ? Pas sûr…

Partager cet article

Repost0

commentaires

Lucile 21/02/2018 14:30

j'ajoute une citation d'Humboldt que je viens de lire:
"“La fève de cacao est un phénomène que la nature n’a jamais répété ; on n’a jamais trouvé autant de qualités réunies dans un aussi petit fruit.”"

lenormand 15/02/2018 10:35

Vouloir c'est pouvoir, mais qui veut vraiment un monde vivable? Tout le monde participe allègrement à la destruction de notre planète y compris ces classes aisées qui vont se faire bronzer les fesses et détruire le monde animal en Afrique. Que d'hypocrisies permanentes pour défendre un égoïsme viscéral permanent........