Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

3 septembre 2018 1 03 /09 /septembre /2018 17:02

Les faits

     Le dérèglement climatique n’est plus perçu comme un fantasme ou une malédiction, il est avéré et admis par la majorité des gens, avec l’idée que les activités humaines sont à l’origine de ce phénomène. Mais pour autant prend-on les décisions qu’il conviendrait ? Certes non et ce n’est pas faute d’avoir alerté à ce sujet. Pour notre part modestement, depuis onze ans sur ce blog, nous avons publié 30 chroniques à ce sujet (dont 6 en 2009 et 6 en 2017).

     Pour ne pas se répéter indéfiniment, résumons en reprenant les choses par ordre : voyons d’abord quels sont les faits avérés maintenant.

  • Depuis 2011 le niveau de la mer augmente par rapport à l’année précédente. Cette élévation varie sur la planète en fonction des changements dans la circulation des vents.
  • Les températures des océans continuent de croître et leur acidification touche les mollusques et les coraux (95 % sont morts en certains endroits de la grande barrière de Corail australienne).
  • Depuis 2017, nous sommes confrontés aux plus fortes concentrations de gaz à effet de serre jamais enregistrées.
  • Le nombre de cyclones tropicaux a légèrement augmenté en 2017.
  • Sur terre, les températures moyennes croissent sans cesse depuis ces dernières années. En 2018, des records ont été battus partout dans l’hémisphère nord (près de 34° en Norvège en juillet 2018), y compris dans les régions polaires, avec plus de 30° au-delà du cercle polaire ! Le record saharien a été battu avec 51,3° en juillet. Record mondial absolu de 52,9° dans la vallée de la mort en Californie. 
  • Il en est de même aux pôles où les couvertures de glace se sont réduites de l’ordre de 25 % ces dernières années.
  • Avec la hausse des températures, les sols séquestrent moins le carbone, ce qui renforce le phénomène.
  • Fin août 2018, au nord du Groenland, la hausse des températures a ouvert des espaces d’eau libre au sein de la glace la plus vieille et la plus épaisse de l’Arctique.

     Allons-nous rester indéfiniment inertes, ou quasiment, face à ce désastre à venir ? Voyons d’abord quelles sont les conséquences déjà connues et les prévisions de ce qui nous attend…

A suivre : les conséquences, les prévisions, que vais-je faire ?

Partager cet article

Repost0

commentaires