Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

17 septembre 2018 1 17 /09 /septembre /2018 18:04

Les prévisions

Les prévisions que l’on peut faire actuellement ne sont pas forcément gaies, mais pas désespérées si nous réagissons à temps… :

  • On peut prévoir des records de températures dans le futur et des épisodes caniculaires plus fréquents et plus longs. Il faut s’attendre à des écarts grandissants entre zones humides et zones sèches. Ces changements climatiques génèrent une augmentation de la fréquence et de l’intensité des phénomènes météorologiques extrêmes, tels que sécheresses, inondations, typhons ou cyclones.
  • En France, il faut se préparer pour 2050 à des températures de 40° à Paris ou 43° à Nîmes… Selon Météo-France, les vagues de chaleur devraient être deux fois plus fréquentes d’ici 2050. Inversement, la perturbation du Gulf Stream pourrait bien entraîner des épisodes de froid polaire en Europe.
  • La France a connu 8 vagues de chaleur entre 1947 et 1982, puis 30 depuis 1983 ! Depuis quelques années ces épisodes sont plus précoces ou plus tardifs, ce qui complexifie encore un peu plus la situation.
  • Les modifications climatiques pourraient bien avoir un impact sanitaire du fait de l’accroissement de l’incidence des maladies sous l’effet des vagues de chaleur et inondations. Ces évolutions peuvent, en effet, allonger la période de transmission des maladies, notamment celles propagées par les moustiques, comme nous l’avons constaté, modestement encore, en 2018. On peut également prévoir un développement des maladies diarrhéiques provoquées par la contamination de l’eau.
  • Les populations les plus pauvres seront les plus menacées, du fait des évolutions climatiques et de la flambée des prix qui va les accompagner. En Afrique, cette situation pourrait devenir cruciale.
  • Un monde plus chaud est potentiellement plus conflictuel, ce que le Conseil de Sécurité de l’ONU a enfin considéré en juillet 2018…
  • La biodiversité sera également concernée à raison de la disparition d’une espèce sur six d’ici quelques années… N’oublions pas combien nous sommes dépendants de la biodiversité pour notre alimentation notamment.

Ces prévisions ne sont pas très roses… mais il est encore temps d’agir, vite !

A suivre : que vais-je faire ?

Partager cet article

Repost0

commentaires