Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

20 novembre 2018 2 20 /11 /novembre /2018 08:52

     Le Canard Enchaîné est un journal souvent très perspicace. Ce fut le cas encore dans la rubrique « Plouf » du 7 novembre 2018. Jean-Luc Porquet comparait alors le désarroi des historiens à comprendre comment les gens vivaient pendant la Grande Boucherie de 14-18… au désarroi des historiens à venir à comprendre l’autisme des gens qui auront vécu le cataclysme de l’effondrement de la biodiversité sans réagir.

      Parmi les quelques survivants du début du 22ème siècle, il y aura bien des historiens pour s’interroger sur cette énigme : comment a t’il été possible que l’ONU, les Etats, les citoyens n’aient pas réagi plus tôt avec vigueur pour sauver l’humanité, c’est-à-dire les enfants et petits-enfants des gens qui vivaient au début du 21ème siècle, c’est-à-dire nous… Ravages des pesticides, extinction massive des espèces sauvages, disparition des abeilles, rien n’y fit et tout continua comme si de rien n’était, ou presque. J.L. Porquet s’interroge : Pourquoi ont-ils tant tardé à signer l’armistice ? Peut-être ne se rendaient-ils pas compte qu’ils étaient en guerre ?

      Dans un autre registre, quasi le même, on peut rappeler que l’on pressent la problématique des changements climatiques depuis 1861, que le GIEC a été créé en 1988, qu’en 2001 il a apporté la preuve que le réchauffement est imputable à l’activité humaine, qu’en 2007 il s’inquiète de la multiplication des phénomènes climatiques, qu’à partir de 2013 tous les records de sécheresses, pluies ou canicules sont battus et que le réchauffement est plus important que prévu, qu’en 2018 la Californie est en feu, différentes régions d’Asie et le sud de la France sont inondés et ravagés par les inondations et les tempêtes, les glaces de l’Arctique fondent, l’insécurité alimentaire progresse, des maladies nouvelles se répandent… Nous en sommes, sur la planète, à des centaines de morts et des millions de sinistrés, tout cela de notre vivant !

      La population planétaire continue de croître sans régulation, on consomme à tout va la biodiversité qui nous nourrit, on bourlingue avec nos bagnoles, nos camions et nos avions comme jamais, on regarde les catastrophes se multiplier, tout cela… de notre vivant !

      Commémorer les guerres anciennes, c’est bien, éviter les prochaines, c’est mieux. Or nous sommes en guerre… contre nous-mêmes, nous ne voulons pas le savoir, tant pis !

Partager cet article
Repost0

commentaires