Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

22 avril 2019 1 22 /04 /avril /2019 10:21

     Bio, AOP, AOC, AB, STG, IGP, Label rouge… sans oublier les Produits certifiés, le Label international Max Havelaar, les labels Bleu-Blanc-Cœur, Viande de France, Elu produit de l’année, Atout certifié qualité, Critère qualité certifié, Indication géographique protégée, Reconnu saveur de l’année… Autant de labels de qualité, de provenance ou d’équitabilité auxquels il est difficile d’y comprendre quelque chose ! Ne serait-il pas temps d’arrêter ce délire ?

 

     Et pour en remettre une couche… voilà qu’un nouveau label bio vient d’apparaître pour indiquer que les cultures sont "en conversion" pour inciter les agriculteurs comme les consommateurs à passer au bio. Certains produits sont donc vendus comme étant "en conversion vers l'agriculture biologique", le vrai label bio étant obtenu après trois ans d'ajustement. Pourquoi pas, mais voilà encore une strate de plus dans ce labyrinthe totalement incompréhensible… Il n’y a pas de raison de douter de la sincérité et de l’honnêteté des agriculteurs bio, ni de l’intérêt de ces démarches pour informer les consommateurs, mais avouez que ces gesticulations ont de quoi nous faire perdre tout sens pratique.

     Un label officiel pour l’alimentation est reconnu par les pouvoirs publics et contrôlés par des organismes indépendants. La loi française exige que le label comporte un cahier des charges, un organisme certificateur accrédité, un certificat de conformité et une homologation. Donc tout va bien ! Mais comment le consommateur peut-il s’y retrouver dans cette jungle ? Bien entendu, tous les labels ne se valent pas selon qu’ils sont attribués par tel ou tel organisme de certification, à caractère officiel, indépendant, associatif, ou… émanant de la grande distribution ou d’industriels de l’agro-alimentaire. C’est la France ! Tout en simplicité ! La preuve, il existe un guide (plusieurs ?) interactif qui permet de décrypter les principaux logos visibles sur les produits des magasins. Chacun l’aura compris, il s’agit soit d’informer sur la vraie qualité d’un produit, soit de faire du marketing. Info ou intox ? L’objectif, pour les grands groupes au moins, n’est pas tant la santé du consommateur que le fric que l’opération peut rapporter. Bouffe puisqu’on te dit que c’est bon !

     Au stade où nous en sommes, on peut se demander s’il ne faudrait pas, dans l’intérêt du consommateur, supprimer tous les labels. Les produits que l’on peut trouver sur le marché sont consommables ou pas. Si oui tout va très bien. Si non ils doivent être retirés du marché et les producteurs pénalisés. Oui je sais, facile à dire, mais… les normes, les contrôles, les lobbies, les sanctions, etc. A nous de savoir quel type de société on désire, de menteurs un peu escrocs ou de gens soucieux du bien-être de chacun et honnêtes ?

     C’est vrai que je suis un grand naïf…

Partager cet article

Repost0

commentaires

Jolivel 11/09/2019 22:24

Non non pas naïf du tout mais bien réaliste de la vie réelle et du sort des citoyens face aux normes et aux labels
Difficile de s’y retrouver

Michel Lerond 12/09/2019 10:33

Merci Yves et bonne santé !
Michel