Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

24 juin 2022 5 24 /06 /juin /2022 07:59

Les jeunes réagissent

          En avril 2022, lors de la cérémonie de remise de leurs diplômes d’ingénieurs agronomes, huit étudiants d’AgroParisTech ont appelé à déserter l’agro-industrie, et à « bifurquer » en dénonçant une « formation qui pousse à participer aux ravages sociaux et écologiques en cours ». Les médias et les réseaux sociaux ont largement relayé l’information et la vidéo de cette intervention, diffusée en mai, a été vue 12 millions de fois !! ce qui signifie, à n’en pas douter, que cette manifestation répond à une attente immense de la société qui n’est pas dupe des politiques hypocrites qui pratiquent le greenwashing plutôt que de s’attaquer pour de bon aux problèmes environnementaux… Cette « anecdote » traduit en fait une lame de fond qui déferle sur la plupart des grandes écoles. De nombreux étudiants désormais, refusent de travailler dans des entreprises qui ne prennent pas en compte les enjeux écologiques. Comme l’a déclaré un étudiant : « Les futures élites intellectuelles disent stop ».

En 2018 déjà des milliers d’étudiants de Polytechnique, HEC et autres, avaient signé l’appel du collectif « Pour un réveil écologique » pour faire pression sur les grandes écoles et entreprises qui n’ont pas opté pour une politique à la hauteur des enjeux environnementaux. Quelques entreprises ont entendu cet appel, le considérant comme un signal à prendre en compte, faute de quoi elles pourraient perdre des viviers de talents. En effet, certains de ces jeunes contestataires ont décidé d’abandonner leurs titres récents d’ingénieurs pour des choix de vie engagée en se consacrant à l’apiculture, l’agriculture vivrière ou l’arboriculture… La dissonance est trop forte entre des formations conventionnelles et des aspirations à une vie plus authentique et respectueuse de l’environnement, c’est pourquoi ces hommes et ces femmes ont choisi de bifurquer ! Voilà bien le cri d’une jeunesse qui rejette le système actuel, un cri que l’on ne peut pas ne pas entendre, un cri d’espoir sans doute ! En tous cas, c’est un sacré avertissement pour les obsédés de la croissance à tout va… Ces jeunes veulent changer les comportements des entreprises, mais aussi les formations qui sont souvent en décalage complet avec l’état actuel du monde. Tous les cursus de formation doivent intégrer les enjeux écologiques, nous l’avons assez répété depuis des années : propositions 71 à 74 de « Les clés de notre avenir ».

Nous avons ouvert cette chronique en mentionnant AgroParisTech, une de nos grandes écoles, mais des constats identiques peuvent être faits aussi chez les jeunes de certains lycées agricoles qui s’interrogent sur leur façon de participer à l’histoire de leur territoire en respectant l’environnement. Nous sommes sans doute à un moment charnière de l’histoire de notre société. L’espoir est là, ne gâchons pas cette chance.

A suivre : 2 - Rappels sur le contexte

                3 - Réorienter la gouvernance

Partager cet article
Repost0

commentaires