Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 08:42

         Le film de Jean-Paul Jaud, qui raconte la conversion au Bio de la cantine scolaire dans un petit village des Cévennes, connaît un succès mérité. Certes le film « Nos enfants nous accuseront » est teinté de militantisme et certaines affirmations seraient peut être à pondérer, mais le ton est juste et l’alarme, face à l’augmentation des cancers dus aux pesticides, justifiée.

En 1962, la biologiste américaine Rachel Carson publiait son ouvrage Silent Spring (Printemps silencieux) qui accusait certains pesticides d’être dangereux pour les oiseaux (d’où le titre justifié par l’absence de leur chant) et pour l’homme. Ce livre fut à l’origine d’une prise de conscience de l’opinion publique en Amérique, puis en Europe et fut en quelque sorte fondateur du mouvement écologiste. C’était il y a… 47 ans.

Si l’on fait un parallèle avec la problématique de l’amiante, les premiers morts sont connus en 1906 en Basse-Normandie et le produit est interdit en 1996, 90 ans plus tard. Avec juste un peu de cynisme, on pourrait donc craindre qu’il faille attendre encore 43 ans pour que soient interdits les pesticides dangereux… Sans doute, le Grenelle de l’environnement. a-t-il prévu des mesures dans ce sens, mais elles sont contestées et toujours atténuées et différées.

Comme souvent, si le consommateur est bien informé, il peut effectuer ses achats alimentaires de façon responsable et sélective et, de fait, boycotter les denrées qui contiennent des produits dangereux pour la santé. Cela suppose que les systèmes de production et de distribution soient bien orientés et suffisamment contrôlés, ce qui relève du politique. Comme toujours le tandem citoyens - politiques est indispensable au bon fonctionnement de la société.

La bonne voie à suivre est-elle nécessairement l’agriculture biologique, afin de se passer des pesticides, au moins des plus dangereux ? Sans doute peut-on admettre que cohabitent différentes formes d’agriculture, mais aucune ne doit être nocive à la santé. L’agriculture conventionnelle actuelle s’apparente plutôt à un écocide en portant atteinte gravement à la faune et la flore sauvages, aux paysages et à la santé humaine. Même dite « raisonnée », l’agriculture a de gros progrès à faire pour devenir raisonnable et acceptable par tous les consommateurs. Il y a urgence pour que nos enfants et petits enfants ne nous accusent pas.

 

Voir aussi notre chronique « Paysan, un métier du futur ? » du 3 juin 2008.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Environnement
commenter cet article

commentaires

Pierre 23/02/2010 19:08


Tout à fait d'accord avec vous. C'est à l'agriculture dite 'conventionnelle" de revenir vers celle que l'on appelle biologique.
A ce propos, depuis la rentrée 2009, l'école dans laquelle étudie mes filles, a totalement revu l'alimentation servie à la cantine. Bien. Changement de fournisseurs et "surprises à venir" à la clé.
Après moultes renseignements glanés auprès de mes taupes, c'est un fait : les enfants mangent mieux, des choses qui leur plaisent et meilleures pour la santé ( plus de légumes, moins de pommes de
terre).
Au cours d'une discussion (sur l'agriculture je crois), ma fille ainée (9 ans) me dit :"Moi, j'en prends pas du bio.à la cantine" L'air de dire faut pas me la faire.J'apprenais, en même temps, que
la cantine allait jusqu'à servir du bio.(bien) et que ma fille n'avait rien compris. J'ai réussi à lui faire dire que pour elle, le bio était moins bien (moins bonne image) que le "standard".
Je prends çà comme un échec de ma part (soit) mais aussi une image "bizarre" véhiculée par les producteurs bio, leurs différentes campagnes de pub et leur logo vert.
Ma conclusion, mais vous pouvez me contredire, est que le fait que le bio soit récupéré par la grande distribution depuis 10 ans en a terni totalement l'image et surtout la compréhension.
Tout çà pour revenir vers votre reflexion : arrêtons le bio et raisonnons notre agriculture "conventionnelle".


Michel Lerond 24/02/2010 09:30


Je me réjouis Pierre que votre fille bénéficie d'une alimentation "bio" à l'école. Il semble que ce type d'expérience se multiplie et c'est tant mieux. Mais je vous rejoins sur une certaine
"perversité" du bio du fait du marketing. Si c'est vraiment bio, tant mieux. Mais l'essentiel serait que TOUTE l'alimentation soit de très bonne qualité gustative et sanitaire. Si j'en juge par la
foule d'articles scientifiques sur les méfaits des pesticides et autres intrans agricoles, il reste du chemin à faire. Il faut surtout éviter une dualisation de l'agriculture, avec d'un côté le
bio, très bon, et de l'autre des produits de moindre qualité, voire douteux...
Michel


dorothée 08/06/2009 16:36

Cher Michel, en ce "D Day" écolo, j'avais envie de lire ton blog.. félicitations pour ton papier sur les risques de dictature écolo, je partage à 200% ton point de vue, je signe!! ça mérite d'être dit en ce moment... notamment après la sortie de Home, cette grosse machine de propagande financée par PPR... Félicitions chaleureuses,
Dorothée

Michel Lerond 08/06/2009 17:34


Merci Dorothée de ces compliments. Effectivement l'actualité nous rattrape ! Attention toutefois à ne pas mélanger divers éléments tant l'analyse des élections européennes est subtile... La poussée
des Verts marque, à mon avis, un certain rejet des gens vis-à-vis des partis politiques traditionnels et une prise de conscience réelle (voire la trouille) des problèmes de la planète. C'est une
bonne nouvelle ! Je m'interroge toutefois sur "l'aptitude à gouverner" des écolos, compte-tenu de ce que l'on a déjà vu. A suivre... L'important est que les choses bougent, il y a urgence.
Michel


Danielle Lerond 23/04/2009 23:25

Mon frère est ton homonyme, d'où mon atterrissage par inadvertance d'abord sur l'Harmattan puis ici...en suivant un lien trouvé sur mon blog ! Saisie par cette étrange coïncidence et une certaine proximité de penser le monde, je t'invite à venir le visiter, mon blog... faux frère, mais vrai militant !!

Michel Lerond 24/04/2009 08:04


Enchanté Danielle de cette coïncidence ! Je vais regarder ton blog, mais une adresse me faciliterait les choses. Merci.
Michel


EtieN 01/04/2009 06:03

Même remarque que Philippe : Le 3ème paragraphe est incompréhensible suite à une inversion de phrase ... Michel, Il faut bien lire les com avant d'y répondre ;-)

Michel Lerond 01/04/2009 13:56


Merci EtieN de ce commentaire qui prouve combien je suis lu (et relu) avec attention. Effectivement, à bien y regarder il s'est produit une incidence non maîtrisée au moment de la publication, d'où
cette inversion. J'espère que cette fois-ci tout est en ordre. Merci encore de l'intérêt porté à mes chroniques et de l'attention scrupuleuse que vous apportez à la forme.
Michel


Philippe 31/03/2009 10:16

Juste une petite inversion de phrase :

Sans doute, le Grenelle de l’environnement a-t-il prévu des mesures dans ce sens, mais elles sont contestées et toujours atténuées et différées.
Avec juste un peu de cynisme, on pourrait donc craindre qu’il faille attendre encore 43 ans...

Michel Lerond 31/03/2009 10:57


Merci Philippe. On pourrait faire un concours de cynisme effectivement... Pour ma part j'ai de gros doutes sur les suites concrètes du Grenelle, mais espérons tout de même un sursaut de raison.
Michel