Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 10:29

Longtemps on a opposé le monde urbain au monde rural, comme par ailleurs la nature à la culture. Avec un rien de condescendance, la ville (la culture), était au-dessus de la campagne (la nature). Fort heureusement cette opposition est devenue assez désuète, d’autant plus que les agriculteurs, longtemps les principaux acteurs du monde rural, sont maintenant très minoritaires en nombre et que ruraux et citadins vivent de la même façon, avec les mêmes besoins.

Toutefois, il est des aspects spécifiques tout à fait paradoxaux, ainsi pour les plantations ou les pollutions de l’air. En effet, dans les années 1970-80, d’abord en relation avec la construction de grands ensembles, puis dans les centres urbains eux-mêmes, de nombreuses plantations d’espaces verts, ou d’arbres d’alignement, ont été opérées pour verdir les villes. La réussite a été variable, mais dans le même temps, on assistait à des dégradations très importantes en milieu rural, sous l’emprise notamment des remembrements agricoles. De même en ce qui concerne les pollutions de l’air, plusieurs études récentes témoignent de la baisse significative des niveaux en milieu urbain, du fait des efforts conduits par les industriels et de la réduction de la circulation automobile dans bien des centres villes au profit des transports en commun. Par contre, en milieu rural, les quelques rares études menées sur les pesticides montrent que les campagnes sont largement contaminées. Certes il ne s’agit pas obligatoirement des mêmes types de pollutions, mais le renversement de situation est bien là.

Les efforts accomplis en ville ne compensent pas les dégradations du milieu rural, mais on constate cet apparent paradoxe qui résulte d’une sensibilisation plus forte des citadins et de le pression qu’ils exercent sur les décideurs, alors que les ruraux régissent moins, ou moins vite, à l’appauvrissement biologique de leur milieu de vie. Maintenant que la sensibilisation du public et des décideurs urbains a atteint un bon niveau, on constate le réaménagement de quartiers avec des espaces verts significatifs ou la restitution de l’espace aux piétons. Même si cette nouvelle approche urbaine a encore de gros progrès à faire, les avancées sont indéniables. Dans le même temps, les campagnes connaissent bien des difficultés pour respecter les zones Natura 2000 ou simplement pour prendre conscience des pollutions des rivières ou des dégradations engendrées par l’agriculture industrielle.

Demain, le brassage des populations urbaines et rurales peut faire avancer la sensibilisation vers un meilleur équilibre. La réorganisation des collectivités locales, en donnant l’avantage aux Communautés de communes, doit aussi contribuer à repenser l’espace dans lequel nous vivons, en facilitant la cohérence du territoire et permettant un minimum de prospective.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Environnement
commenter cet article

commentaires

Danielle+Lerond 28/04/2009 14:20

Hélas oui, le monde rural a nourri tout autant ce "développement" anti-nature qu'est notre système économique que le monde urbain... Pour influer dans l'autre sens, aussi vite que les urbains, il faudrait déjà que les ruraux soient aussi nombreux...et parmi eux, que les cultivateurs soient moins endettés et mieux informés... La conversion au bio nécessite d'être convaincu et d'en avoir les moyens, disent-ils... Venez donc aux portes ouvertes du Biopole du Bocage le week-end prochain(2 et 3 mai 2009)!! Culture y rime avec Culture, oui!

Michel Lerond 30/04/2009 08:11


Merci Danielle de ce commentaire avisé. Pour ma part je pense que les agriculteurs sont bien informés mais sont contraints dans un système  qui doit nécessairement et rapidement évolué vers
une autre agriculture. La conversion au bio est une possibilité, mais sans aller jusqu'au "tout bio", il faudrait, a minima, que l'agriculture produise des denrées saines et consommables sans
risques pour la santé, ce qui n'est pas le cas actuellement...
Michel