Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 08:37

 

La révolution numérique est en marche, et alors que l’on ne cesse de regretter l’individualisme galopant, les réseaux sociaux explosent, recréant une communication, virtuelle certes, mais réelle. Ainsi le moteur de recherche Google a été créé en 1998 par deux étudiants en informatique de Californie, Larry Page et Sergey Brin. Aujourd’hui Google emploie 20 000 salariés dans le monde et est consulté par 146 millions d’utilisateurs par mois… Google s’est donné pour mission « d’organiser toutes les informations à l’échelle mondiale dans le but de les rendre utiles et accessibles à tous », 97 % des recettes étant apportées par la publicité. Quelle belle gueule, au moins en apparence. Facebook vise lui, juste le monopole de la gestion de nos identités sur la toile… Créé en 2004 par Mark Zuckerberg, étudiant à Harvard, ce réseau social compte 500 millions de membres et permet aux internautes de se construire des profils et de communiquer avec ceux des autres. Mais cette mine de données personnelles, qui peuvent être monnayées à des annonceurs en quête de publicités ciblées, pose quelques problèmes quant au respect de la vie privée. Quelle face de bouc !

Cette révolution n’a qu’une dizaine d’années et déjà Google va plus loin en proposant de devenir « le troisième hémisphère de notre cerveau ». Google conserve la trace de toutes les navigations, ce qui peut permettre de mieux cerner le profil d’un internaute. Facebook est une source d’étonnement devant le récit détaillé d’une mauvaise nuit ou d’un talon cassé avec commentaires... Insidieusement, le système amène à donner de plus en plus d’informations sur soi-même et construit ainsi un dispositif d’hypersurveillance très efficace.

D’autres réseaux, comme Yahoo, Twitter, YouTube, ou autres Microsoft, permettent de rétablir un peu d’équilibre par leur concurrence entre eux. C’est ainsi que Wikipédia, créé par Jimmy Wales et Larry Sanger en 2001 a pour projet fou de concevoir une encyclopédie en ligne, gratuite et rédigée par les internautes eux-mêmes. C’est aujourd’hui le 5ème site le plus visité du web, avec 17 millions d’articles en 270 langues et sans but lucratif.

Cette nouvelle société du numérique est soutenue par la déferlante des tablettes qui rendent accessible internet n’importe où et n’importe quand. Plus de 23 millions de Français sont équipés d’un téléphone mobile avec accès internet. Drôle de communication où chacun est dans sa bulle, seul mais ensemble. Communication restrictive sans doute, mais aussi très ouverte, dépassant les frontières, les cultures, les couleurs de peau, en somme une collectivisation de la pensée qui contredit l’individualisme. La société numérique bouleverse notre rapport à la réalité et invente une nouvelle communication. Elle aura une belle gueule ou une face de bouc ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Société
commenter cet article

commentaires

lenormand 20/04/2011 12:54


Facebook et wikipédia n'ayant pas les mêmes finalités, n'ont pas à être comparés.Wikipédia est une bonne encyclopédie générale de base. Hormis quelques exceptions,les écrits des scientifiques,
chercheurs, universitaires, historiens chevronnés,médecins restent infiniment supérieurs à l'encyclopédie du net.(celle-ci est pratique ,facile mais souvent très incomplète et pire erronée). Si
google fait disparaître le document écrit -papier - La prophétie de Georges Orwel se réalisera.La fin du livre ou autres documents écrits sera catastrophique pour tous.Le Net et L'imprimé doient
cohabiter intelligemment car ils sont complémentaires. rl.
PS: Google est aussi un monstre tentaculaire, ne l'oublions pas.


Michel Lerond 21/04/2011 08:52



Merci Rémi et Robert. Effectivement, on ne peut pas mettre tout sur le même plan. Si Wikipédia peut être comparé à d'autres sites en terme de fréquentation et d'outil de communication, il n'en
est peut être pas de même en terme de qualité, de fiabilité et de respect de la vie personnelle. Rien n'étant parfait, il faut se réjouir de l'existence de ces outils que nous utilisons tous et
qui nous rendent de grands services, mais il faut rester vigilant pour éviter les dérives et / ou tomber dans le panneau de l'utilisation abusive de données personnelles. Wikipédia n'est sans
doute pas toujours "au top", mais cette encyclopédie participative, gratuite, sans publicité, constitue une innovation remarquable en terme d'outil de communication.


Michel



Robert Meyer 19/04/2011 22:48


Est-ce bien de mettre Wikipedia sur le même plan que Facebook ou Google qui sont des entreprises à surveiller de très près ? j'en doute. Des analyses faites par de grands organismes montrent, même
si ça surprend, que Wikipedia est au niveau des meilleures encyclopédies. Ca permet en outre de comparer rapidement les définitions entre plusieurs langues.
Une anecdote : il y a 4 ans un groupe de Japonais apprenant le français à Tokyo décide de proposer à Wikipedia, en accord avec leur professeur français, un article en français sur un sujet sensible
: l'armée japonaise en Corée durant la 2e guerre mondiale. Une semaine après sa parution, l'article avait été amendé par une tierce personne. Les grandes encyclopédies n'ont pas cette réactivité,
surtout sur un sujet aussi pointu.


lenormand 19/04/2011 20:36


Pour la conclusion, c'est à nous d'en décider.Concernant facebook, j'y suis inscrit mais m'en méfie comme de la peste;Le respect de la vie personnelle est loin d'y être acquis.Internet est une
fabuleuse source de connaissances et un moyen superbe de communiquer rééllement quand on le veut. Mais, attention, l'injustice sociale y règne aussi, tout le monde n'a pas les mêmes bases de
connaissances, de diplômes, de culture.Beaucoup s'en servent - et c'est tant mieux - mais tellement mal. A ce sujet il est effarant de lire trop de commentaires des lecteurs monde aux articles même
journal très mal écrits, orthographe et syntaxe nuls; quant à la manière de penser de ces mêmes lecteurs du "monde" -que l'on peut imaginer instruits et diplômés- il y a de quoi s'interroger...
Toujours un réel bonheur de lire les articles de Michel Lerond. Sans internet, ce serait impossible.

amitiés. rl.


Sophie C. 19/04/2011 14:28


Eternel débat... même si je peste régulièrement sur les écrans de pub qui envahissent les écrans internet bon je suis utilisatrice sans doute énergivore. Je pense qu'il faut rester optimiste et
quand je vois comment mes enfants 22 et 19 ans, utilisent à bon escient (sans doute pas toujours) facebook et compagnie, cela leur permet de faire des choses que je ne faisais pas à leur âge et les
ouvrent vers les autres bien plus qu'on ne peut imaginer. Par exemple, (un coup de pub) pour (éventuellement) vous rajeunir: un journal étudiant distribué gratuitement en forme papier et depuis peu
archivé sur internet http://www.letudiantautonome.fr/ bonne journée


Michel Lerond 19/04/2011 18:29



Merci Sophie. Bien sûr que tout cela n'est pas si simple. Comme Toi, je suis un grand utilisateur d'internet. En fait, je me suis sans doute mal exprimé : c'est vrai, je suis un peu critique, et
moqueur, sur tous ces réseaux qui deviennent dévorants ; mais je voulais aussi faire passer le message que cette nouvelle forme de communication contredit, au moins en partie, le discours
ressassé sur la montée des égoïsmes. Alors restons optimistes, comme il se doit, mais aussi vigilants par rapport aux dérives possibles.


Michel



Jean-Mi 19/04/2011 10:49


Rassures-toi Michel, je ne te ferai aucun reproche, d'une part parce que je n'ai aucune leçon à donner, étant moi-même très consommateur de "clics", et d'autre part, parce que ton apport
hebdomadaire à la réflexion globale contribue à une prise de conscience face aux enjeux écologiques dont le bilan est largement positif pour l'environnement.


Jean-Mi 19/04/2011 10:02


Bonjour Michel, je profite de ton billet pour poser une autre question : que penses-tu de ces voix qui s'élèvent de plus en plus pour dénoncer le fait que l’industrie high-tech ne serait pas plus
propre ou économe que la métallurgie ou la pétrochimie. Qu'une recherche sur Google équivaudrait à une ampoule allumée pendant une heure en matière de consommation énergétique. Bref, nous pensions
jusqu'alors que la dématérialisation de nos échanges était bonne pour la planète et donc pour l'homme, mais j'ai l'impression que nous allons devoir gérer une contradiction de plus dans notre vie
quotidienne, et je culpabilise déjà de publier ce billet dont le coût énergétique n'est pas neutre, le fameux effet papillon ?


Michel Lerond 19/04/2011 10:31



Merci Jean-Mi. Bonne question ! Comme Toi je m'interroge et j'ai retenu, pour le moment que le high-tech est effectivement très énergivore. Au bout du fil de l'ordinateur... il y a une centrale
nucléaire. "Accessoirement", les appareils qui supportent notre communication sont fabriqués avec des métaux rares, parfois très toxiques et sont "recyclés" en grande partie au Bengladesh ou en
Inde, loin de notre vue. Bon j'abrège pour ne pas subire tes reproches de contradiction, d'autant plus que tu aurais raison.


Michel



Dan 19/04/2011 09:01


Je crois, pour rester dans tes termes, qu'elle aura, comme l'humain, toujours ce double visage.... Jean qui rit, Jean qui pleure, bon et mauvais, chercheur et formaté, libre et enchainé... Reste à
savoir de quel côté penche la balance...


Michel Lerond 19/04/2011 10:24



Mais oui bien sûr Dan, Jean qui rit, Jean qui pleure ; la médaille et son revers ; le yin et le yang, etc. Et pour nous, Normands, rien n'est jamais tout blanc ou tout noir. Nous aurons donc
belle gueule et face de bouc. On fera avec !


Michel



Philippe 19/04/2011 08:47


Du coup, j'ai fait un p'tit "j'aime" sur Facebook ;)


Michel Lerond 19/04/2011 10:19



Merci Philippe pour ce p'tit "j'aime". A suivre.


Michel