Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 08:14

 

Après le désarroi de Copenhague, en décembre 2009, et la réhabilitation des conclusions du GIEC par l’Académie des Sciences de Paris, la conférence de Cancun était très attendue… C’est un immense espoir qui s’est levé fin 2010, même si les conclusions sont insuffisantes. La conférence de Copenhague n’était parvenue à aucun accord et fut qualifiée « d’incroyable désastre » par certains participants. La « Conférence des parties à la convention sur les changements climatiques », à Cancun (Mexique), a adopté un texte consensuel fixant des obligations, y compris pour les pays en développement. Ces derniers devront comptabiliser leurs émissions et rendre leur rapport public. Ce succès est dû en grande partie à Patricia Espinosa, ministre mexicaine des affaires étrangères et présidente de la conférence, qui a su faire preuve de beaucoup de diplomatie.

Le texte adopté par les 194 pays présents sauvegarde le principe des négociations multilatérales sur le climat, crée un Fond vert mondial pour aider les pays en développement et concrétise le programme REDD+ sur la déforestation. En revanche, on sait d’ores et déjà qu’il ne permettra pas de limiter l'augmentation de la température terrestre à 2° d'ici 2050. Reste à préciser quelles ressources alimenteront le Fond vert et quelle sera la véritable portée juridique des décisions de Cancun…

Malgré tout le « tintamarre médiatique » fait sur les conclusions du GIEC, force est de constater que celles-ci étaient en réalité en deçà de ce que l’on constate déjà. On sait maintenant que la teneur en CO2 est plus élevée de 29 % qu’au cours des derniers 800 000 ans. Dans l’Arctique, les Inuits vivent de façon très concrète les effets en chaîne des modifications climatiques : effondrement des constructions suite au dégel du pergélisol. La banquise arctique pourrait avoir disparu en été pour le milieu du siècle, entraînant une élévation importante du niveau de la mer, comprise entre 50 cm et 1m50 selon les zones, d’ici 2100. En 2010, le sud-ouest chinois a connu des sécheresses extrêmes, tandis que le nord était ravagé par les inondations, etc. La France ne sera pas épargnée par les conséquences des modifications climatiques, notamment en agriculture et risques naturels.

Les gouvernements sont-ils prêts à imposer une limite à l’utilisation de l’énergie fossile, en instituant une taxe carbone, par exemple. Ceci d’autant plus que ce sont les pays les plus pauvres qui auront le plus à subir des modifications climatiques (tempêtes, inondations ou sécheresses) sans avoir les moyens financiers d’assurer les protections nécessaires.

Cancun marque une avancée sérieuse mais qu’il faudra concrétiser à Durban (Afrique du Sud) en 2011 pour tenter de désamorcer la bombe climatique dans le cadre d’une gouvernance mondiale.

 

A propos de biodiversité, on peut voir sur le site de ARTE télévision : http://global.arte.tv/fr/2011/01/12/de-nagoya-au-grand-mont/

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Environnement
commenter cet article

commentaires

Prieur 18/01/2011 19:04


Quand cessera-t-on de parler de réchauffement climatique alors que nous avons traversé il y a peu un cycle lunaire particulièrement froid?
Ne faudrait-il pas se cantoner à parler de changements climatiques importants et demander à chacun, notamment aux politiques locaux d'établir et de divulguer une liste d'évènements dangereux liés
aux conséquences prévisibles des changements? Inondations? tornades? sécheresse? etc.? puis de prendre des mesures à long terme ... Prévoir, Exécuter les décisions, vérifier les données de la
prévision et de l'avancement de l'exécution des décisions, Etablir et divulguer un nouveau plan ....
Un cycle qui a permis de venir à bout de nombreux problèmes!
Le monde vivant (l'Homme aussi) s'est toujours adapté à l'évolution de ses conditions de vie: je ne m'inquiète pas pour sa survie!


Michel Lerond 19/01/2011 09:03



Merci Gérard de votre commentaire sémantique avisé. En effet, vous avez raison, si le réchauffement climatique GLOBAL est avéré, il n'est pas toujours perceptible localement. Pour être bien
compris, il faut mieux parler de modifications climatiques, c'est exact. Je reviendrai sur cette question, sans doute dans 15 jours, à propos de
notre hiver neigeux.


J'approuve aussi les grandes orientations politiques que vous proposez, si ce n'est que la prévision, en ce domaine, est extrêmement difficile compte-tenu du caractère aléatoire des évènements
attendus et de toutes les incertitudes qui pèsent encore sur cette question complexe de l'évolution du climat.


Comme vous, je crois à la survie de l'humanité, mais... toutefois, je crains que ces évènements climatiques ne fassent beaucoup de dégâts. Les instances internationales ont annoncé qu'en
2010, un milliard de personnes avaient été concernées par les catastrophes naturelles (y compris les tremblements de terre qui n'ont rien à voir avec notre sujet d'aujourd'hui). Malgré
l'incertitude des chiffres, c'est énorme. Cela dit, à plus petite échelle, certains épisodes pluvieux par exemple, voient leurs conséquences amplifiées, faute de précautions élémentaires en
matière d'urbanisme.


Mais après tout, c'est cela la vie, les choses changent, évoluent, nous devons nous y adapter et ne pas sombrer dans le catastrophisme.


Michel