Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 16:04

 

La campagne présidentielle française est maintenant terminée, elle a été très décevante. Hormis les coups bas et discours démagogiques, c’est surtout l’absence de débat sur les questions essentielles qui a frappé.

Parmi ces questions, il y avait bien sûr celles relatives à notre avenir, en commençant par les besoins vitaux : eau et biodiversité, climat et énergie. Mais dans la pensée fragmentée qui caractérise notre époque, l’utilitaire et le court terme l’emportent sur la réflexion et le long terme. Malgré tous les appels, les mises en garde répétées, les proclamations et médiatisations sur l’urgence à agir, demain paraît encore loin et ces prévisions de pénurie ou de perturbations ennuient beaucoup de monde, les politiques en premier lieu. Continuons de vivre à crédit sur le dos de la planète, c'est-à-dire de nos successeurs… D’abord le pouvoir d’achat et, repliés derrière nos frontières, au diable les considérations écologiques globales. C’est aussi la question du fonctionnement de notre démocratie qui est posée : les candidats ont sûrement bien écouté l’opinion publique majoritaire et se sont bien gardés d’aborder les problèmes de fond, qui nécessairement, vont à rebrousse poil. Mais peut-on faire preuve de courage politique en allant contre l’opinion et espérer être élu. C’est une équation quasi impossible.

Les politiques n’ont toujours pas pris acte des mutations profondes de notre époque, quitte à nous renvoyer parfois des décennies en arrière. On aurait pu attendre davantage de pédagogie sur le monde qui nous attend, si différent de celui d’aujourd’hui. L’équilibre géopolitique sera bouleversé, l’accès aux ressources sera plus compliqué, la satisfaction de nos besoins primaires sera parfois compromise… Faute de l’avoir expliqué, d’avoir fait croire que tout serait comme avant, avec un repli nostalgique illusoire, l’opinion publique pourrait bien se retourner contre ceux-là même qui ont entretenu l’illusion.

Les lilliputiens du parti vert devraient peut être aussi s’interroger sur leur stratégie (http://www.michel-lerond.com/article-le-hulot-ou-la-hulotte-68849279.html), d’autant plus quand la « politique autrement » ressemble étrangement aux manœuvres et compromissions des autres partis…

Si comme le pense le philosophe Edgar Morin, la crise que nous traversons est bien une crise de civilisation, alors les politiques doivent indiquer la voie pour changer la logique dominante, en nous associant à cette mutation, cette « métamorphose » comme dit le philosophe.

Michel Serres, le philosophe et académicien a résumé la situation dans une interview donnée au journal Le Monde (13 avril 2012) : Vraiment, croyez-moi, cette campagne, c’est la campagne des vieux pépés ! Et si les vieux pépés, c’était nous tous ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Gouvernance
commenter cet article

commentaires

shizrine 12/05/2012 11:20

J'attends qu’il y ait quelqu’un qui me parle.
Pourquoi un personnage comme Coluche a-t-il réussi a faire en neuf mois ce que des politiciens n'arrivent pas à faire depuis des milliers d'années ? (je parle des resto du cœur).
Pourquoi dois-je choisir entre la droite et la gauche ?
J'aimerais entendre des propos qui ne divisent pas, pourquoi ne demande-t-on pas aux enfants le genre de ministère qu'ils aimeraient avoir? Il n'y a que des mômes pour le dire : eux, ils voudraient
un ministère des étoiles,un ministère de l'amour pour quand les parents divorcent et que leur maman est triste, un ministère des animaux et des plantes.
eh oui si l'on faisait simple ce serait moins compliqué.
un ministère des animaux et des plantes

Michel Lerond 14/05/2012 08:58



Merci Rémi et Shizrine de ces contributions, tout de même réconfortantes. Un ministère des étoiles ou de l'amour ! J'en rêve déjà.


Michel



lenormand 12/05/2012 09:41

Tout est hélas parfaitement exact. Cette campagne fut menée à "l'américaine", sans aucun intérêt, une véritable arène de cirque.Les sujets fondamentaux ont été occultés délibérément.Le vote des
français démontre leur manque de maturité, d'information sérieuse et d'instruction.La porte est largement ouverte -à brève échéance - pour les extrémistes laissant s'obscurcir un ciel menaçant.Ne
nous faisons aucune illusion mais restons vigilants et actifs

Dan 08/05/2012 10:53

Je suis moi aussi très déçue du peu de conscience de la majorité des citoyens en ce qui concerne le respect de la planète. Quand on voit ce qu'il a fallu comme malheur pour que les japonais ferment
- sous la pression populaire - leurs réacteurs nucléaires, on se rend compte de la puissance du verrouillage des consciences imposées par les oligarchies pour continuer leur course aux profits
financiers au mépris de toute vie présente et future... Chacun est à même de constater - s'il va chercher l'information bien cachée par les médias - qu'ils n'en sont pas morts !
Eh oui: il a fallu cette catastrophe pour que le "danger de mort" passe du "bon" côté dans les consciences!
Et ce n'est qu'un exemple... Pour que les gens puissent s'informer, se conscientiser, s'éduquer, sur la réalité des enjeux de ce monde, il faut utiliser les outils dont nous disposons: il en est un
tout neuf, à ne pas bouder : ce mouvement, révélé et suivi par le seul Front de Gauche, s'organise. L'élection de François Hollande, apporte une libération, mais son projet minimaliste ne changera
rien si les gens ne "l'aident" pas : pour ce faire, le FdG organise des assemblées citoyennes dans tout le pays.
Tu te dois d'y participer, là où tu vis, comme tous ceux qui ont des propositions concrètes, des propositions pour légiférer "utile", afin que ces sujets puissent faire partie des débats et
s'inscrivent dans les préoccupations prioritaires des français, non pas à côté, mais en totale corrélation avec la lutte contre la misère, la culture, les discriminations, le pouvoir des banques
etc... car tout est lié, n'est-ce pas?
Agir ne peut venir des "politiques", mais des hommes et des femmes rassemblés autour de leur désir commun de créer l'avenir dont ils rêvent.
Je me répète: la "révolution" ne peut exister sans celle de la conscience du plus grand nombre, et c'est en ce sens que le programme du FdG est le seul outil politique révolutionnaire: il redonne
le pouvoir aux citoyens. Encore faut-il que ceux-ci s'en emparent...
Il faut cesser de penser le monde avec les vieux rapports humains diviseurs et pyramidaux. Il faut que chacun devienne force de proposition et d'éducation au concret...
Je ne cite ci-dessous que le début du chapitre écologie de ce programme du FdG:
"Nous le savons désormais, la catastrophe écologique remet en cause potentiellement les conditions mêmes de la vie humaine sur Terre. Or le réchauffement climatique, la destruction de la
biodiversité, l’épuisement rapide des ressources naturelles ne sont pas des catastrophes
d’origine naturelle, mais le résultat des logiques capitalistes du profit maximal à court terme. Face à la tyrannie du productivisme, nous proposons la planification écologique comme moyen de
redéfinir nos modes de production, de consommation et d’échange en fonction de
l’intérêt général de l’humanité et de l’impact de l’activité économique sur l’écosystème. Elle permettra de préciser les orientations et les investissements publics nécessaires pour enclencher une
transition écologique et promouvoir un développement humain durable créateur
d’emplois et facteur d’égalité sociale. Elle s’appuiera sur un plan écologique débattu et voté au Parlement, assorti d’une loi de programmation financière.
Agir tout de suite :
– Moratoire sur toutes les politiques de déréglementation de l’énergie,abrogation de la loi NOME
– Mise en place d’un plan de transition écologique réintroduisant la maîtrise publique de l’énergie et promouvant des investissements publics conditionnés à des critères écologiques, sociaux et
démocratiques
– Mise en place d’un plan de financement pour la sobriété et l’efficacité énergétiques et pour la diversification des sources d’énergie Agir pour un changement durable
– Maîtrise publique de la gestion de l’eau et de l’assainissement
DES CHOIX ÉNERGÉTIQUES SOUS CONTRÔLE CITOYEN
Nous réaffirmons l’exigence de la maîtrise publique, sociale et démocratique du secteur de l’énergie, seule garante de la transparence, de l’indépendance, de l’expertise et de la qualité des
installations et des exploitations. Nous créerons un pôle 100 % public de l’énergie comprenant EDF, GDF, Areva et Total re-nationalisé. Ses salariés seront toutes et tous sous le même statut. Ils
et elles seront associés étroitement aux choix de gestion de l’entreprise publique, et leur liberté
d’expression sera garantie. Les citoyens seront également associés à la direction de ce pôle. Nous agirons parallèlement pour la création d’un tel pôle public au plan européen."

Le réel contenu des réformes reste donc sous le pouvoir des citoyens que nous sommes tous : C'est cette ouverture là qui n'a nulle autre pareille dans les programmes qui nous étaient soumis aux
présidentielles.
Qu'attendons-nous?

Michel Lerond 09/05/2012 08:07



Merci Dan de ce message long et très militant... En respectant la diversité des opinions.


Michel