Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 08:21

            La campagne électorale présidentielle française aborde surtout les sujets liés à l’emploi, au pouvoir d’achat ou la sécurité, ce qui est bien légitime puisque cela correspond à l’attente de très nombreux citoyens. Mais n’est-ce pas le rôle des politiques que d’alerter l’opinion sur les questions prioritaires, avec pédagogie et propositions. C’est ainsi que l’on parle d’économie, sans jamais se préoccuper, ou si peu, ni de la genèse ni de la prospective de ces questions.

Pourtant le mot économie, du grec oikonomia, signifie l’administration de la maison. Le mot écologie lui, vient de oïkos, habitat, et de logos, science ; soit l’étude des êtres vivants dans leur milieu, y compris les Hommes. Il serait donc logique que l’on se préoccupe d’abord d’écologie, puis en fonction de l’état des lieux, que l’on « administre la maison ». Ce raisonnement paraît toujours un peu dogmatique, pourtant c’est de la vie dont il s’agit. Il faut d’abord assurer les besoins primaires (se nourrir, se loger, se déplacer) avant d’envisager autre chose. Si les priorités sont bien celles-ci, où sont donc les propositions ?

Ainsi pour l’eau potable dont la gestion est devenue un défi à relever pour garantir la sécurité alimentaire et qui ne peut être un enjeu de marché. Ceci d’autant plus au moment où l’on découvre que près de 2 millions de Français reçoivent une eau non conforme et que l’agriculture est à l’origine des 2/3 de la pollution de l’eau potable… Il s’agit bien d’une priorité !

De même pour la biodiversité. Si au niveau mondial, de nombreux pays réfléchissent pour prendre en compte le capital naturel dans la vie économique, en France, les décisions reposent sur les bonnes volontés, plutôt que sur une politique ambitieuse, en refusant tout objectif chiffré... C’est bien une priorité !

 Concernant le climat, nous allons devoir nous habituer aux désordres climatiques, malgré les avertissements répétés du GIEC, et à gérer des migrations humaines importantes. Tout cela sans qu’il ne soit question de la taxe carbone qu’il faudra bien décider un jour… Voilà encore une priorité oubliée !

L’agriculture n’est-elle pas une autre priorité, en relation avec l’eau, la biodiversité ou le climat. Il faudrait la réorienter vers l’agro-écologie plutôt… qu’assouplir l’interdiction de pulvériser certains pesticides par voie aérienne, comme vient de le faire le Ministère de l’agriculture…

La question du nucléaire a été évoquée, mais où est la vision globale de la politique énergétique ? La filière a pris l’importance que l’on sait avec beaucoup de doutes sur la sécurité et l’approvisionnement en uranium. Il faut donc préparer une transition pour produire de l’énergie renouvelable et sécurisée.

Un lien doit être établi entre la crise économique et la crise écologique, du fait de l’hyperconsommation. Faute d’y réfléchir avec rigueur maintenant, il faudra bien vivre l’austérité demain…

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Economie
commenter cet article

commentaires

écodouble 15/05/2012 20:47

Je découvre votre blog. Je le met en lien sur le mien ; pour le lire tranquillement.

Michel Lerond 16/05/2012 08:42



Merci beaucoup Ecodouble. Vous auriez du indiquer l'adresse de votre blog, la voici : http://ecodouble.farmserv.org/


Michel



Dan 03/04/2012 11:20

Guère de temps en ce moment, et j'en suis restée à cette avant-dernière publication de ton blog... une réponse à tes soucis d'écologue épris d'humanité, une réponse verte planifiée, réfléchie, qui
part de la réalité actuelle dans toutes ses dimensions...

Lien vidéo :
http://www.dailymotion.com/video/xpul4v_ep-20-en-marche-la-regle-verte_news?code=AQCkb9K9JJy27KJ_8I_p8ybB7mULxAPu10DWfIUJ52Vn48XeguUirtT7-babkMKvpglrrAhzaf-g2xclJBNW-h71mNz8N4CBnRG93ciNmOWXZ5_67i-ztc0W7yajLkxTynctCru1x-5YEpOK4hVgcSBxgB_5GR9a6QFP2k9rcKvGUmwiwwbkck75X0fE53xWNYI#_=

Michel Lerond 04/04/2012 15:01



Merci Dan de ce complément d'information sur lequel chacun se fera son opinion.


Michel



Robert Meyer 27/03/2012 17:05

D'accord à 98% avec ton analyse, à 100% avec tes conclusions ! Les 2 % manquant concernent les Français qui boivent de l'eau hors norme. Au risque de surprendre je pense de plus en plus que la
norme européenne sur les pesticides dans l'eau du robinet, qui date des années 80, et qui est unique au monde (à ma connaissance)est trop dure. Identique pour tous les pesticides, elle ne tient pas
compte de leur dangerosité, elle a été définie en fonction du niveau de détection des appareils de l'époque, qui a fait beaucoup de progrès depuis. La valeur de la norme (0,1 µg/litre) permet des
comparaisons : 1 Euro sur 10 milliards d'Euros ou 1 mm sur la distance Paris-Tokyo ... Pour les aliments les normes tolèrent au moins 100 et souvent 1000 fois plus ! Ça conduit à un carte de France
de l'eau potable qui, me semble-t-il n'a pas grande signification.

Michel Lerond 28/03/2012 10:44



Merci Robert de cette précision très utile qui montre, une fois de plus, combien il faut garder l'esprit critique par rapport aux informations que nous recevons. La fiabilité des mesures et des
appareils est en effet une donnée importante. Cela dit, et a contrario, on s'interroge beaucoup, et de plus en plus semble-t-il, sur les effets réels des faibles doses de produits "dangereux" sur
le long terme et en cocktail entre eux. Là encore on est bien démuni pour répondre avec certitude. Tout cela montre à quel point il est utile de poursuivre les recherches et de les actualiser
sans cesse pour rester à des niveaux acceptables pour la santé et l'environnement de rejets de produits toxiques dans l'eau, dans l'air ou dans l'environnement en général.


Michel