Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 08:59

Les réformes de l’Education nationale française passent et certaines préoccupations demeurent. Ainsi est-ce le cas pour l’enseignement de l’anglais. La France serait au 69ème rang mondial dans des tests internationaux sur la langue de Shakespeare. Accessoirement, ce constat ravive sans cesse le débat entre anglophiles et anglophobes. Ainsi les bambins Hollandais, Danois ou même Espagnols seraient bilingues avec l’anglais tandis que les petits Français seraient… Gaulois.

Malgré la multiplication des plans en tous genres sur ce thème, la France reste le mauvais élève pour l’enseignement des langues vivantes et 41 % des Français ne parlent aucune langue étrangère.

La problématique de la langue parlée renvoie, pour partie au moins, à celle de l’identité. Il est vrai que de nombreuses langues sont menacées du fait d’une certaine uniformisation des langages. Sur les 6 à 7 000 langues parlées actuellement dans le monde (dont beaucoup sans enseignement public, ni accès aux médias), environ 2 500 seraient en danger de disparition d’ici 2100 selon l’Unesco. 52 langues seraient menacées en France, dont 26 en métropole (plutôt des patois et dialectes que des langues à proprement parler).

Sans doute faut-il s’inquiéter de cette perte de diversité culturelle, mais ne faut-il pas, dans le même temps, se réjouir de l’existence d’une langue internationale, de fait, qui est l’anglais.

Il fut un temps (dans les années 1970) où beaucoup fondaient des espoirs sur la pratique de l’Esperanto comme langue internationale. Sans doute les arguments développés étaient-ils fondés, mais l’expérience a montré que les peuples ne s’approprient pas un langage créé ex abrupto, même si on peut voir à nouveau des publicités pour relancer cette langue.

La langue anglaise est parlée quasiment partout sur la planète, y compris en Chine et en Inde. Cela fait mal aux anglophobes qui gardent le souvenir de conflits anciens, mais c’est un fait avéré qu’il faut bien admettre. Alors tous bilingues ? Assurément, en conservant sa langue d’origine, en évitant les « mélanges » hasardeux des anglicismes et en bénéficiant d’une facilité de communication avec l’énorme majorité des Terriens.

Au diable toutes les réformes passées qui n’ont connu que de biens piètres succès. Dès la fin du lycée tous les Français devraient être, obligatoirement, bilingues Français-Anglais, ce qui ne les empêche pas d’apprendre d’autres langues s’ils le souhaitent.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Société
commenter cet article

commentaires

kerloen 18/02/2010 10:30


Je rejoinds assez l'analyse de Thomas sur l'esperento. Langue facile à apprendre, très utilisée dans les milieux "alternatifs mondialistes" au sens large.
Petite réserve sur les langues "folkloriques"... on parle beaucoup de biodiversité aujourd'hui, on est bien dans le même ordre d'idée... personnellement, ma fille a 2 ans, et elle est en immersion
breton. Je ne sais si elle le pratiquera réellement, mais je sais que cela lui ouvrira les yeux et les oreilles sur une culture minauritaire, une histoire, que cela la prépare à penser en plusieurs
langues, voir, entendre en plusieurs couleurs... la vie est plus beau :) je m'égare...


Michel Lerond 19/02/2010 10:16


Comme vous Kerloen, et Thomas précédemment, je partage votre point de vue pour l'intérêt de l'Esperanto. Le problème c'est que cela ne prend pas ! On peut rester idéaliste et soutenir ce point de
vue, quitte... à parler tout seul. On peut aussi être réaliste (comme je pense l'être, à tort ou à raison) et soutenir que l'anglais est, de fait, LA langue internationale. C'est bien ou pas, mais
c'est un fait. Cela n'interdit aucunement d'apprendre le breton ou une autre langue pour ses aspects culturels et historiques. Si un jour l'Esperant peut prendre, tant mieux, mais je crois que nous
en sommes loin...
Michel


Thomas CORDONNIER 19/01/2010 22:14


Désolé mais puisque vous avez cité l'espéranto je dois tempérer votre enthousiasme.

Premièrement concernant le niveau en langues des français. Avec 41% nous serions mauvais élèves, tout comme les espagnols, les italiens, les portugais... et les anglais (à peine 30% à
l'Eurobaromètre) qui semblent dispensés d'apparaître dans de tels classements.
Ah, le fameux résultat du TOEFL qui nous classe parmi les derniers, un must en matière de manipulation tellement son échantillon n'est pas représentatif. Un peu comme si pour juger du niveau en
maths je m'intéressais aux candidats au passage en bac S pour ceux qui viennent d'une 1ere L. Ridicule.

Evidemment les hollandais, les danois... parlent une langue tellement proche de l'anglais, même si ça ne saute pas aux yeux des étrangers, que l'effort à faire est tellement grand... Tiens regardez
par exemple la différence de niveau avec la Finlande, tellement proche du Danemark mais avec une langue tellement différente... (voir Eurobaromètre langues pour des statistiques précises)

Quant à parler anglais en Chine, essayez donc. Mais pas dans un hôtel de luxe à Pékin, dans une petite ville de banlieue, pour voir. Et pour ce qui est de l'Inde, n'oubliez pas son passé colonial,
et allez donc vous faire comprendre avec votre anglais occidental, je doute que vous irez bien loin.

Tout ça pour dire que moi aussi je rêve d'une langue vraiment universelle... mais mon expérience de voyageur me dit que pour l'heure on est très loin du compte.

L'espéranto n'a pas été accepté... non par les peuples, à qui on n'a jamais posé la question, mais par les élites politiques qui ont tout fait (refus de le proposer, de façon optionnelle dans les
écoles; boycottage dans les médias; etc.) pour que le peuple ne puisse jamais en connaître l'existence ou en ait une image faussée. Car une langue qui pourrait permettre à des gens "normaux" de
s'associer pour faire bouger le monde, ça ne sert pas vraiment leurs intérêts.
La publicité dont vous parlez n'est pas récente, elle est juste un peu plus visible depuis l'arrivée de l'internet. L'espéranto n'a jamais cessé d'exister il est juste boycotté par le monde
bien-pensant.

Vous déplorez la disparition d'autres langues? Nous aussi. Je déplore par exemple que travaillant à la commission européenne, les allemands me parlent anglais alors que je parle allemand, les
polonais me parlent anglais alors que je connais le russe et comprends un peu leur langue, etc etc. Oui à la survie des autres langues mais si c'est pour être un folklore local à ne surtout pas
utiliser au niveau international, non merci.


Michel Lerond 20/01/2010 10:58


Merci Thomas de votre long commentaire très argumenté de la part de quelqu'un qui sait de quoi il parle. Vos arguments nourrissent utilement le débat et modulent mes propos. Je serais
toutefois plus nuancé sur vos affirmations par rapport à l'esperanto. Quoi qu'il en soit, j'ai le sentiment que malgré nos différences d'analyse, nous nous rejoignons sur l'utilité d'une langue
internationale. C'est bien ou pas, mais je crois pouvoir confirmer que, de fait, c'est l'anglais qui joue ce rôle actuellement. Merci encore.
Michel


Danielle Lerond 19/01/2010 16:33


Mon anglais était ... impropre à la communication, dès après les dix années d'apprentissage "à l'école"...Oui, tu as bien raison... Mais 40 ans après, à la retraite, ayant besoin d'un peu de sous,
j'ai donné des cours de français aux anglais résidant près de chez moi...certains sont devenus des amis...les cours furent abandonnés au profit d'un échange bien plus "riche" : je ré)apprends
l'anglais et eux le Français...


Michel Lerond 19/01/2010 17:08


Merci Danielle. Voilà bien une conclusion heureuse et pacifique entre Anglais et Français. Puissions-nous en faire autant avec tous les terriens.
Michel


Robert Meyer 19/01/2010 15:23


Félicitations, tu as raison à 100 pour 100 ...
amitiés


Michel Lerond 19/01/2010 15:31


Merci Robert. Cela me consolera de ne pas avoir été assez bon en anglais...
Michel


Sophie Condé 19/01/2010 13:17


Hi Michel :)
Mes activités européennes me permettent d'avoir une certaine vision de cette question. Pourquoi les citoyens de certains pays parlent mieux l'anglais que d'autre. Vu des danois, par ex, c'est grâce
aux séries américaines ou anglaises sous-titrées. Depuis tous petits, ils "entendent" l'anglais ce qui leur facilite grandement la tâche et les habituent à voit des films en VO.En France, j'ai déjà
vu des jeunes ou des moins jeunes renoncer à voir un film parce qu'il était en VO. Comme tu le dis,Internet peut aider à cet apprentissage à condition de s'y coller. Et en plus cela permet de
voyager de façon durable !
See you soon, hasta luego, tschuss!


Michel Lerond 19/01/2010 13:54


Merci Sophie de ton commentaire. C'est bien vu ! Pour ma part, feuilletons américains ou pas, j'ai raté une prestation super intéressante à Bruxelles il y a quelques années. Il s'agissait d'animer
des réunions de travail sur la thématique de l'eau, pour les pays de l'Est... en anglais. My taylor n'était pas assez rich !!
Michel