Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 09:03

 

La directive européenne THMPD (Traditional Herbal Medicinal Products Directive) de 2004 est entrée en application le 30 avril 2011, après une longue période de transition. Etant un peu assoupis après avoir, peut être, abusé de tisanes apaisantes, les défenseurs de la médecine naturelle ont vivement réagi à cette nouvelle par force pétitions et manifestations. Sans doute ceux-ci sont-ils coupables de lenteur dans leur réaction, mais on mesure là, une fois de plus, le manque de transparence et de concertation des décisions européennes.

Le but initial, très louable, était de simplifier l’enregistrement d’une substance à effet thérapeutique en fonction de son usage traditionnel. Le résultat est… une usine à gaz qui se révèle très compliquée et très onéreuse (de l’ordre de 60 000 € par produit). Entre autres, l’enregistrement d’un médicament à base de plantes suppose un usage depuis au moins 30 ans, dont 15 au sein de l’UE. C’est ainsi que bien qu’il existe environ 20 000 plantes médicinales dans le monde, dont 1 500 en France, seulement 149 sont autorisées à ce jour, sur les 600 initialement proposées par la Commission.

Sans entrer dans les détails de la polémique en cours, on peut retenir que, certes ce cadre réglementaire contraignant va créer des difficultés pour se procurer certaines plantes européennes, et plus encore asiatiques, africaines ou américaines, mais va aussi remettre un peu d’ordre par rapports aux abus d’administrations nationales ou aux conflits d’intérêts au sein des agences du médicament, notamment en France.

Par contre, la mise en application de cette directive aurait pu être l’occasion de repenser la profession d’herboriste. Bien qu’officialisée en 1778, avec la création d’un diplôme, c’est seulement en 1927 qu’a été fondée l'Ecole nationale d'herboristerie à Paris. Le diplôme de cette école a été supprimé le 11 septembre 1941 par la loi du gouvernement de Vichy qui prévoit que la vente des plantes inscrites à la pharmacopée française est réservée aux pharmaciens et aux herboristes diplômés avant cette date, ce qui condamne la profession.

A l’occasion d’une exposition au Museum de Rouen en 1976, nous l’évoquions dans la brochure d’accompagnement : « Enfin, il faut bien évoquer des falsifications qui prouvent s'il en était besoin que la vente de ces produits doit  être rigoureusement contrôlée. C'est l'objet de nombreux laboratoires de recherche et notamment des facultés de pharmacie. La commercialisation de ces produits pose donc des problèmes qui soucient autant les catégories professionnelles concernées que les consommateurs eux-mêmes. » Cela reste d’actualité, il faut un cadre légal à la médecine naturelle et de vrais professionnels pour la mettre en œuvre. Naturel ne signifie pas sans danger.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Environnement
commenter cet article

commentaires

Sophie Condé 23/05/2011 09:31


La campagne menée au sujet de cette directive était vraiment très confuse, donc merci pour ces clarifications.
Pour info quelques députés européens se sont exprimés à ce sujet:
http://www.bbec.lautre.net/www/spip_truks-en-vrak/spip.php?article1127


Michel Lerond 24/05/2011 16:14



Merci Sophie pour ce complément d'information à un débat, c'est vrai, un peu confus.


Michel