Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 08:13

 

A l’occasion de la « Conférence sociale », au début de l’été, la présidente du Medef a souhaité que la liberté d’entreprendre soit inscrite dans la constitution. Que rêver de plus fort pour l’entreprise ? On peut se demander tout de même s’il n’existerait pas une forme de schizophrénie à vouloir toujours défendre le libéralisme de l’entreprise, pourvu qu’elle puisse être aidée par les services publics, selon le patronat, bien encadrée, selon l’Etat, et en tous cas la plus affranchie possible des contraintes administratives… Une sorte de quadrature du cercle.

Quelques jours plus tard, c’était l’annonce de licenciements massifs chez Peugeot-Citroën, ce qui est dramatique pour les personnes concernées et leurs familles. On nous a alors ressorti le discours sur l’économie mondialisée, la compétitivité, le « made in France », mais il n’a pas été question d’un principe pourtant basique : pourquoi donc s’enfermer dans ce schéma absurde qui consiste à produire toujours plus, ou au moins autant, de voitures alors que quasiment chaque famille française en dispose d’une, souvent de deux, parfois de trois… Dans le même temps c’était aussi le « sauvetage » de Pétroplus, une raffinerie qui emploie plus de 500 personnes, menacée de fermeture. C’est un autre drame, certes, mais qu’ont donc fait les responsables industriels et politiques depuis près d’un siècle qu’existe cette entreprise pour limiter de façon drastique ses pollutions de l’air et de l’eau qui empoisonnent le site de Rouen. Au nom de la sauvegarde de l’emploi, il y a alors un étrange consensus… et le silence des Verts est assourdissant. On pourrait multiplier les exemples du même genre.

Ce système ne peut perdurer qu’avec des « artifices » très discutables, tels que l’obsolescence programmée qui consiste, par exemple, à concevoir des imprimantes ou des appareils ménagers qui ne peuvent pas aller au-delà de tant d’heures d’utilisation, ou le marketing vert qui encourage à des achats éco-citoyens, alors qu’il n’en est rien. On a ainsi construit un système qui tourne sur lui-même, à vide on pourrait dire, et qui a perdu tout bon sens.

Il est urgent de repenser l’économie, l’entreprise, la signification du travail (épanouissement ou contrainte) et l’acte d’entreprendre. Sans doute, il n’est pas aisé de construire un projet entreprenarial, entre les contraintes administratives et financières, et le dédain anti-patrons de l’opinion publique française, mais il n’est pas possible de continuer à « monter » ou maintenir des entreprises qui ne répondent plus à des besoins réels. Une prospective indispensable devrait aider à faire évoluer l’outil industriel. Liberté d’entreprendre, oui bien sûr, mais dans un contexte défini, anticipateur, en ayant à l’esprit la notion de service au bénéfice du plus grand nombre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Economie
commenter cet article

commentaires

lenormand 20/07/2012 09:51

Il y a trop de bagnoles, infiniment trop.. Mais le productivisme outrancier condamne le monde à sa propre destruction. Quand on lit dans le "canard enchaîné" de cette semaine les bourdes énormes de
Peugeot concernant la production et la commercialisation de la nouvelle 208, on croit rêver.Il est à penser que les constructeurs nationaux désirent absolument que l'acheteur se tourne vers les
voitures étrangères.Quand les dirigeants d'entreprise ne savent pas diriger, tout est bien sûr reporté sur les politiques, un peu facile!

Michel Lerond 20/07/2012 10:24



Merci Laurent et Rémi. Voilà des éléments de plus au débat. En fait, tout est dit, il n'y a plus qu'à... Et c'est le plus difficile qui reste à faire : changer.


Michel



Laurent Meuret 18/07/2012 10:27

Sans faire d'étude plus complète sur l'économie de l'automobile, je dirais que :
-oui les français sont équipés de 1 à 2 voitures par foyer, d'où la mévente des voitures. Il y a sans doute surproduction en Europe.
-oui, à partir de cette décennie, je dirais que la civilisation de l'automobile, telle que nous la connaissons, c'est fini. Il vaut mieux se consacrer à l’aménagement du territoire.

martine cartier 17/07/2012 09:44

Tout à fait d'accord avec vous Michel. Riveraine de Pétroplus j'assiste aux pénibles tentatives de redémarrage de cet outil industriel d'un autre âge... C'est l'énergie du desespoir, pourtant dans
le village où je vis, il est impossible de remettre en question quoi que ce soit ou d'en dénoncer les nuisances : c'est l'emploi avant tout, le débat ne peut exister... (lire page facebook du Val
de la haye)

Michel Lerond 18/07/2012 09:06



Merci Martine. C'est bien ce que j'entends et... je n'entends pas d'autres voix plus prospectives et constructives. Hélas.


Michel