Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 08:46

         Nous étions tout un groupe d’élus et de techniciens, partis de Rouen et du Havre pour visiter les nouveaux aménagements de Paris Tropiques. A notre arrivée en gare Saint-Lazare, Linda, chargée de communication à la mairie de Paris, nous invita à gagner les Champs Elysées par le métro. Descendus à la station de la place Clémenceau, nous fûmes tout de suite ébahis : la perspective depuis la Concorde jusqu’à l’Arc de Triomphe était devenue une coulée de verdure au sein de laquelle ne subsistaient plus que deux files de circulation automobile.

       C’est qu’en effet, après la canicule de 2003 qui avait fait 15 000 morts en France, les responsables de l’aménagement urbain avaient fini par admettre qu’il faudrait bien faire avec les modifications climatiques et plutôt les anticiper pour s’en prémunir. A Paris, il fut décidé vers 2015 de planter la voirie, au moins en partie, dès qu’elle dépassait 15 mètres de largeur. Le but était de modifier l’aménagement urbain en vue d’atténuer les effets des futures canicules qui allaient être de plus en plus fréquentes. La végétalisation des chaussées et des terrasses d’immeubles permettait d’espérer une baisse des températures de 3 à 5° en journée pendant une canicule. A cela s’ajoutaient de nombreux plans d’eau de petites surfaces qui contribuaient à la régulation thermique. Cette eau servait aussi à l’arrosage des plantations et provenait, bien sûr, du recyclage des eaux usées. Cette opération de longue haleine avait été dénommée Paris Tropiques, allusion au Paris Plage d’autrefois qui, d’une certaine façon, anticipait ce grand mouvement. Aujourd’hui, en 2028, Paris avait pris un tout autre visage et attirait encore plus de touristes que par le passé, tant cela paraissait révolutionnaire. Après la baisse de la circulation automobile de 25 % pendant la première décennie du siècle, celle- était maintenant réduite au minimum et la ville avait des airs de campagne en majesté !

       D’autres villes avaient les mêmes préoccupations, comme en Normandie. A Rouen, après que les quais aient été complètement réaménagés dans les années 2010-2015, il était question maintenant de déconstruire l’Ile Lacroix pour en faire un grand parc. Au Havre, la réflexion portait sur le verdissement d’une grande partie du port, après les tentatives réussies de transformation d’un bassin désaffecté en jardin aquatique.

       L’un des membres de notre groupe, bien que très satisfait de cette visite, temporisait notre enthousiasme : il disait avoir visité Singapour au début du siècle, c’était une cité verte dégoulinante de verdure, offrant des jardins botaniques, des serres et même une forêt vierge privée… en pleine ville. Il avait même pu visiter l’hôtel Marina Bay Sands qui disposait au sommet, à 200 mètres, d’une piscine bordée d’un bois de palmiers ! Que la nature soit parmi les Hommes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Nouvelles
commenter cet article

commentaires

Robert Meyer 11/12/2012 20:51

Très belle fresque ! Singapour a des possibilités multiples en ce qui concerne les jardins botaniques et les orchidées ... mais je voudrais réagir sur les 15000 morts de la canicule de 2003.
Aujourd'hui les statistiques de mortalité ont été lissées au long des années, et on se rend compte que cette canicule n'a pas affecté la courbe générale : elle a simplement réduit de quelques mois
l'espérance de vie de personnes qui, de toute façon, étaient au bout du rouleau ... c'est un peu triste, mais c'est comme ça !
amitiés.

Robert Meyer

Michel Lerond 12/12/2012 17:09



Merci Robert de cette remarque pertinente concernant les statistiques de mortalité. Toutefois, ce raisonnement peut s'appliquer à toutes sortes de situation, comme par exemple la mortalité due à
la pollution de l'air. Attention donc à ne pas pousser le raisonnement trop loin : quelque soit les types d'incidents, accidents ou cataclysmes, les personnes concernées auraient fini par mourir
de toute façon... 


Je retiens aussi de ton commentaire le regard pointu que les abonnés à ce blog portent sur mes écrits, même s'agissant de fictions. Cela me réjouis et m'encourage à persévérer avec la plus grande
attention et un souci scrupuleux de rigueur... même pour les fictions.


Michel



Philippe 11/12/2012 09:04

Qu'il en soit ainsi !