Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 09:22

      Si on avait la possibilité de choisir, faudrait-il mieux être une libellule ou un loup ? Une gentiane ou un calamar géant ? La libellule a son avis sur la question, tout comme le petit monde grouillant des mouches, araignées et autres insectes ou mollusques, sur lesquels pèse une menace d’extinction. Les Hommes n’ont toujours pas compris que si tout ce petit monde venait à disparaître, ils pourraient bien suivre le même chemin… Ce sont les scientifiques de l’Union internationale pour la conservation de la nature qui le disent ! D’accord rétorque le loup, mais bon, ils ne sont pas très cohérents ces humains. Ils prétendent me protéger et en même temps certains d’entre eux me déclarent la guerre. Ils me reprochent des carnages de brebis, alors qu’ils ne sont pas capables de reconnaître ces « sans papiers » que sont les chiens errants. Et puis certains humains confondent même les boeufs et les chevaux !

      La gentiane bleue prend un air moqueur et déclare que tout cela, c’est du n’importe quoi ! On ne sait pas qui est vraiment menacé. Evidemment rétorque la libellule, comment veux-tu compter tout ce monde ? D’après les humains, nous serions entre 2 et 100 millions d’espèces. Quel foutoir ! Le loup, avec son air majestueux et un rien moqueur, ajoute que tout cela devrait s’arranger puisque l’organisation patronale, le Medef, s’intéresse de près à la biodiversité et prévoit des compensations écologiques à ses impacts. A moins que l’on soit tous morts d’ici là, ajoute cyniquement un nénuphar. Il a fallu aux humains sept ans pour créer la Plateforme intergouvernementale pour la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), alors… Une mante religieuse glisse « gentiment » : vous finirez peut être tous à la zoothèque du Museum de Paris... 

      Mais un grand remous dans l’eau voisine fait apparaître un « monstre » de huit mètres d’envergure, pourvu de tentacules, qui surmonte toute l’assemblée avec beaucoup d’arrogance. Moi, le calamar géant, je ne joue pas dans la même cour que vous, les humains m’ont enfin découvert à 600 mètres de profondeur, après un temps de recherche invraisemblable. Ils m’ont photographié sous toutes les coutures et fantasment sur mon corps d’argent et ma grâce. C’est autre chose.  Arrivé d’on ne sait où, un bonobo sautille joyeusement, exhibant une partie de son corps qui lui donne accès à tous les bonheurs. Dans une courte intervention il rappelle que lui au moins, il partage volontiers ses repas avec des congénères d’une autre espèce et qu’il a une grande capacité d’empathie.

      Mais soudain, on entend dans le ciel comme un bruit de réacteur d’avion. C’est tout simplement un vol de calmars, ces céphalopodes de vingt centimètres qui arrivent à planer au-dessus des vagues, en escadrille. L’un d’eux a le mot de la fin, à l’intention du calamar géant : « Quand les cons voleront, tu seras chef d’escadrille ». Mais quel foutoir cette nature, on se croirait chez les Hommes !

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Nouvelles
commenter cet article

commentaires

lenormand 08/03/2013 14:01

Oui, cela peut être le foutoir même dans un conseil municipal, une association,un conseil d'administration; certains ont bien des difficultés à supporter les autres.L'humanité actuelle conserve des
traces légitimes du temps de la préhistoire où le règne du chacun pour soi était de règle pour simplement survivre.Aujourd'hui, les conditions ont un peu changé;pour continuer nos existences nous
avons en réalité besoin des autres quelques soient leur façon de penser, la couleur de leur peau. L'enfer ce n'est pas les autres bien au contraire, nous nous enrichissons de nos différences à
tous.Toutes les espèces végétales ou animales sont absolument indispensables pour assurer la continuité de nos vies, à tous.