Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 09:27

 

Irène a toujours très mal au genou. Elle a repris rendez-vous avec Régine, la rhumatologue. Vous vous souvenez : http://www.michel-lerond.com/article-irene-regine-et-marie-une-petite-histoire-irm-116937924.html. Son mari, Maurice, l’accompagne et ceci pour deux raisons : Irène en est à sa seconde récidive de cancer du sein, ce qui coûte très cher à la Sécu (30 à 70 000€ selon les cas) bien qu’elle ne paye rien, étant prise en charge à 100 %. De ce fait elle a droit aussi à une ambulance. Mais Maurice a pensé qu’il était normal qu’il participe un peu financièrement en faisant la route à ses frais (80 km aller-retour). De plus, Maurice estime qu’il est de son devoir d’accompagner son épouse, de la soutenir moralement et de l’aider physiquement, autant que possible.

Alors voilà la suite : Irène et Maurice partent en voiture vers le CHU pour consulter Régine. La route est rapide et ils sont vite arrivés à l’entrée du CHU, Maurice s’arrête au poste de garde et demande à rentrer en voiture compte-tenu de l’état de son épouse qui marche difficilement avec deux cannes en ne pouvant tenir debout plus de 5 à 6 minutes. L’autorisation est accordée sous réserve qu’il dépose la patiente et ressorte son véhicule, pour gagner le parking extérieur, exigu et sur lequel, le plus souvent, il n’y a aucune place disponible…

Maurice entre dans l’enceinte de l’hôpital, gagne le pavillon de rhumatologie et stationne sur une place disponible, non attribuée, parmi une dizaine de places encore libres. Il aide son épouse à descendre de voiture, lui passe ses deux cannes et emporte les produits demandés ainsi que les formulaires à remettre au médecin. Mais à peine commencent-ils à marcher vers l’entrée du pavillon que surgit un agent de sécurité qui s’écrie : « Ressortez immédiatement ! » Maurice essaie de lui expliquer la situation, qu’il accompagne son épouse jusque la salle d’attente, ce qu’elle ne peut faire seule, puis va ressortir son véhicule. Mais l’agent de sécurité ne veut rien entendre, rappelle à Maurice qu’il a été seulement autorisé à déposer la patiente à l’entrée du pavillon et qu’il doit ressortir immédiatement. Maurice insiste, se sent désemparé et le ton monte… L’agent de sécurité lui accorde 5 minutes, pas plus et l’attend. Maurice se demande s’il n’est pas en train de cauchemarder, accompagne son épouse, explique la situation à l’infirmière d’accueil, compréhensive, qui vient vers l’agent de sécurité pour le supplier de faire une exception pour ce cas particulier. L’agent finit par accepter et la pression retombe.

Nouvelle affabulation ? Non, c’est encore une histoire vécue sur la planète hôpital ! Sans doute y a-t-il des abus de stationnement dans les hôpitaux, et il faut donc réglementer, certes. L’agent de sécurité fait le travail qui lui a été demandé, certes. Mais il n’y aurait pas aussi un peu de lobbying des ambulanciers dans cette affaire… par hasard ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Nouvelles
commenter cet article

commentaires

Christiane Obers 19/10/2013 12:55

J' ai envie de donner à Irène et Maurice un moyen d'échapper à cette situation ubuesque sans vendre leur âme au diable ou aux lobbies en gardant leur humanité : faites vous amener par un ami qui
ressortira immédiatement!

lenormand 16/09/2013 16:51

Oui, le lobbying des ambulanciers existe; il est même parfois scandaleux dans l'art de surfacturer et de "truander" la sécurité sociale. Quant au stationnement au CHU de Rouen ou ailleurs, c'est
aussi parfois et même souvent l'enfer surtout quand on a à faire à des imbéciles qui ne savent rien d'autre que d'appliquer le règlement.