Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 08:47

 

La biosphère, c’est cette fine pellicule à la surface de la Terre dans laquelle prend place la vie, toute la vie. La vie s’appuie, elle-même pour une grande part, sur le sol, celui-ci est donc une ressource essentielle. Pourtant, au terme de 10 ans de travaux d’analyses des sols français, le rapport de l’Institut national de recherche agronomique (INRA) dresse un bilan qui, pour le moins, invite à la réflexion. Béton, érosion et pollution riment en effet avec… disparition.

L’imperméabilisation des sols est ce qui se voit le plus, avec l’étalement urbain, les infrastructures et les grandes surfaces commerciales. Ce « bétonnage » se fait essentiellement aux dépens des sols agricoles. Du fait de pratiques agricoles intensives, toutes les aspérités du paysage (haies, talus ou fossés) sont supprimées, ce qui favorise l’érosion des terres sous l’effet de la pluie et du vent. Les changements climatiques en cours pourraient bien accélérer ce phénomène. Par ailleurs, d’anciens sites industriels ou des décharges, autorisées ou pas, sont concernés par des contaminations, parfois de faible niveau, mais très pérennes dans le temps. Ceci sans omettre les résidus de pesticides, volatilisés bien au-delà des zones d’épandage et qui perdurent dans les sols.

Sous les sols, il y a… le sous-sol, largement exploité lui aussi  pour procurer les ressources nécessaires en minerais, produits pétroliers ou gaz. Les conditions d’exploitation sont parfois « limites », engendrant des gros dommages environnementaux en surface et des conflits potentiels entre exploiteurs, parfois néo-colonialistes et pays exploités, parfois peu scrupuleux.

Au total, ce grignotage des terres agricoles en France est en moyenne de 74 000 hectares par an. En Europe, les sols imperméabilisés représentent environ 400 m2 par habitant… Au niveau planétaire, ce sont 25 % des terres agricoles qui sont dégradées ! Cela rend encore plus difficile le défi qui consistera à nourrir 9 milliards d’humains en 2050, pour lesquels il faudrait 70 % d’aliments supplémentaires sur des terres de moins en moins fertiles, voire dans certaines contrées… sans sol.

Cette situation se constate en France malgré les Grenelle ou autres déclarations tonitruantes, malgré les directives européennes ou de la FAO (Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) au niveau mondial. Prenons garde aux conflits dont sont porteurs les accès aux denrées alimentaires, aux ressources naturelles, à l’eau en particulier. Beaucoup d’entre nous, dans leur village, dans leur quartier, dans leurs responsabilités locales ou professionnelles peuvent amorcer un virage. Il est grand temps d’agir, mais il est encore temps d’investir pour l’avenir. Quel beau challenge pour la jeunesse.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Environnement
commenter cet article

commentaires

Daniel 18/04/2012 08:45

Belle analyse (j'ajouterai : comme habituellement)
en n'oubliant pas (Michel l'évoque vers la fin) que sur le sol et dans le sous-sol chemine l'eau.
Quand aux 74 000 Hectares, sans contester le chiffre, il serait interressant de connaître la part grignotée par les agriculteurs eux-mêmes (certains agriculteurs), en transformant des terres (leur
outil de production) valant ~6500 € l'Ha en parcelles à batir à ~600 000 € l'Ha ; ça partage les responsabilités (ou les culpabilités).
Enfin, j'ai envie de reprendre un refrain de Francis l'Agenais : "Est-ce que ce monde est sérieux ?" quand Michel cite le chiffre attendu de 9 milliards d'humains en 2050.
Quand les "grands" de ce monde deviendront-ils adultes ?
Quand se décideront-ils à réguler les naissances ? Les chinois l'ont bien fait, pas très adroitement il faut bien en convenir.
N'en déplaise aux pourvoyeurs de chair à canon, aux fournisseurs de bénis-oui-oui, aux spéculateurs friands de masses jamais assez volumineuses de consommateurs ; "réguler les naissances" n'est pas
un gros mot, du moins à mon avis.

Michel Lerond 18/04/2012 18:04



Merci Philippe et Daniel de ces compléments. Effectivement, les agriculteurs ne sont pas toujours... très nets.


Michel



Philippe SAUVAJON 17/04/2012 09:47

Voyons ça comme un challenge,
positivons,
ça ne peut qu'aller mieux (ou pas...),
mais il faut y croire !

En tout cas, agissons à notre échelle !