Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 15:18

Quelle prise de conscience après Fukushima ?

 

Dans ma chronique du 12 avril 2011, « La planète en fusion ? » (http://www.michel-lerond.com/article-la-planete-en-fusion-71530206.html), j’évoquais ma perplexité, le jour où Louise, ma petite fille, me demanderait ce que j’ai fait pour éviter les drames de l’énergie nucléaire. Réflexions :

L’accident de Fukushima (11 mars 2011) a marqué les esprits. Il s’agit bien là d’un accident lié à la technologie occidentale et de centrales bénéficiant des techniques « les plus sûres », à la différence de Tchernobyl qui était renvoyé à un passé désuet et marqué par un contexte politique peu enviable… L’impact de la catastrophe est d’autant plus fort qu’il concerne les Terriens actuels, mais aussi des générations d’individus qui ne sont pas encore nés.

Mais pourquoi donc avoir construit au Japon 50 réacteurs nucléaires sans prendre en compte les failles sismiques sous-marines dans un archipel très exposé ?? Bien plus qu’après Tchernobyl, la prise de conscience s’est faite que l’énergie nucléaire est un choix de société très fort. Celui-ci doit être fait en fonction des coûts économiques totaux et des risques à long terme ; ce doit être un engagement et non pas un pari sur le futur.

Ainsi ne pas prendre en compte les conséquences sanitaires insidieuses de la contamination de faible intensité pose un réel problème. Par exemple, les cancers des personnels sous-traitants intervenants en zones radioactives (25 à 35 000 travailleurs en France) ne sont pas répertoriés en tant que tels et sont fondus dans les statistiques générales. Dans les pays émergents (en Inde par exemple), la vente de centrales se fait « clés en main » dans un contexte concurrentiel quasi exclusivement commercial. C’est ce qui a expliqué la révolte récente de la population indienne contre la construction de six réacteurs EPR par Areva dans le district de Ratnagiri au sud-ouest de l’Inde. L’Allemagne vient de décider de fermer toutes les centrales nucléaires d’ici à 2022, voilà une sacrée remise en question ! En France, malgré les coups de mentons des dirigeants, un sondage Ifop, publié par le Journal du Dimanche du 5 juin, révèle que 77 % des Français seraient favorables à un arrêt progressif du nucléaire…

La conclusion reviendra à Oriza Hirata, auteur japonais de théâtre (Le Monde du 13 avril 2011) : « La culture japonaise s’est développée autour de l’idée d’une vie en harmonie avec la nature. Contrairement à l’Europe, où la culture est plutôt de la maîtriser. Mais les cinquante dernières années de modernisation du pays nous ont trop donné confiance en la technologie et la science… Mais tout cela ne doit pas faire oublier que la nature reste la plus forte et que nous devons être humbles. »                               A suivre

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Environnement
commenter cet article

commentaires

Robert Meyer 07/06/2011 13:04


au delà du lancinant message : dans combien d'années est-il raisonnable de sortir ... etc, il y a des faits à regarder de près :
Le Japon a pris des risques sérieux : sur les 18 centrales nucléaires qu'il a construites, 4 sont sur la côte Est où les risques sismiques et bien plus encore tsunami sont extrêmement importants
(apparemment il s'est contenté du risque statistique, sans prendre en compte le risque déterministe).
Si Fukushima avait bénéficié d'une plate-forme rehaussée de 10 à 15 m,la catastrophe aurait probablement été évitée. Le coût de construction n'aurait augmenté que de l'ordre de 3 %, mais c'est vrai
que le rendement de la centrale aurait diminué puisqu'il aurait fallu pomper l'eau de mer un peu plus haut ... toujours les sous !


Michel Lerond 08/06/2011 10:31



Merci Robert. Eh oui, toujours les sous. C'est sans doute la question centrale du nucléaire, comme dans bien d'autres domaines. Sommes-nous, serons-nous un jour assez raisonnable, pour prendre
des décisions en faveur de l'humain, plutôt que du financier... Tes compléments d'information montrent combien cette question est complexe et ne peut pas être résolue par des "y a qu'a".


Michel



Dan 06/06/2011 16:01


Alors tu lui as répondu quoi, à la petite? Avant notre temps, la conscience collective avait des excuses: le manque d'informations. Ensuite, nous, nous avons subi la désinformation... jusqu'à
maintenant. Car aujourd'hui, agir se peut au quotidien, non? A l'échelle de tout un chacun... hors travail de conviction politique ou syndicale, il y a la faculté de choisir ce que l'on consomme.
Le Bio en est la preuve. Alors j'espère que de plus en plus de gens feront des choix qui rendront le nucléaire inutile... Au moins "non rentable", dans un premier temps, ce qui reviendra vite au
même! Car qu'est-ce qui empêche l'utilisation des sources d'énergie non-polluantes telles que l'éolien, la géothermie etc? Les profits !!! Je ne vais pas faire un plaidoyer politique sur ton blog,
alors j'arrête là! Mais rien que de penser que l'Homme préfère l'Argent à l'Homme me mets toujours en colère!!! Je ne suis pas fille de Géronimo pour rien!


Michel Lerond 08/06/2011 10:26



Merci Dan... de ne pas te mettre en colère. Nous sommes certainement sur des points de vue très proche. Mais c'est bien le problème, tout le monde est-il prêt à réduire ses consommations pour
commencer ? Pas si facile.


Michel