Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 16:11

 

Après des « Grenelle » à tout va et des discours à n’en plus finir, la Stratégie Nationale de la Biodiversité (SNB) a été lancée le 19 mai dernier, sans vraiment convaincre… Le gouvernement se donne 10 ans pour enrayer la destruction des écosystèmes, mais avec une stratégie floue et des financements réduits. Tous les acteurs concernés se sont toutefois engagés sur une « déclaration d’engagement volontaire », à l’exception… des agriculteurs. S’il est vrai que depuis plusieurs décennies le monde industriel a pris à bras le corps les problèmes environnementaux, le Medef reste cependant prudent en s’impliquant « sans contrainte économique ».

Au niveau mondial pourtant, de nombreux pays réfléchissent pour prendre en compte le capital naturel dans la vie économique. En France, la nouvelle SNB va surtout reposer sur les bonnes volontés, plutôt que sur une politique ambitieuse. Une fois de plus c’est l’Union Européenne qui tente de redynamiser le processus : les 27 se donnent 10 ans pour mettre fin à la disparition des espèces et restaurer 15 % des écosystèmes dégradés. Cela pour la valeur intrinsèque de la biodiversité, mais aussi pour « sa contribution à la prospérité économique ». De plus, la biodiversité ne sera plus considérée comme un secteur autonome, mais devra être intégrée aux politiques de l’agriculture, la forêt et la pêche. Ainsi le document officiel prévoyait d’accroître les aides de la PAC conditionnées à des mesures de protection de la biodiversité, avec un objectif de 60 % des terres cultivées. Mais la France s’y est opposée en proposant le seuil de 40 %, et finalement tout chiffrage a été abandonné…

La problématique des pollutions azotées est éloquente à cet égard : l’ « Evaluation européenne pour l’azote » est une étude, rendue le 11 avril après 5 ans de travaux de nombreux chercheurs européens. Elle montre que le coût annuel des dommages causés par l’azote dans l’UE est le double des gains de production générés par ces épandages ! Certes, les pollutions azotées viennent de l’agriculture, mais aussi de l’industrie et de la circulation routière, avec des impacts sur l’eau, la biodiversité et la santé humaine. Les petites anecdotes éclairent parfois les grandes problématiques : au début des années 2000, je recevais un coup de fil discret d’un chercheur de l’Inra à Rennes. Sachant que je travaillais sur l’utilisation des lichens comme bio-indicateurs de qualité de l’air, il voulait savoir si je pourrais faire un travail sur les nitrates dans l’air. Cela n’était pas de ma compétence, mais la motivation de la démarche était intéressante : les mesures faites par l’Inra Rennes étaient très inquiétantes et les résultats avaient été interdits de publication…  Comme disait quelqu’un : l’environnement, ça commence à bien faire !

 

Et plus que jamais d’actualité : « Qu’est-ce qu’on attend ? Chroniques (2008-2009) ». A commander sur http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=31058

150 pages – 13,78 €, ou dans toutes les bonnes librairies.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Environnement
commenter cet article

commentaires

Thierry Rigaux 31/05/2011 22:37


Bonsoir,

Comme déjà dit, j'ai désormais beaucoup de difficultés à accorder un véritable crédit aux annonces qui sont faites mais pourquoi la vingtaine d'objectifs affichés conduirait-elle à démobiliser les
différents secteurs ? En tout cas, essayons d'utiliser les aspects positifs des annonces de la SNB pour en revendiquer l'application !
Cordialement,
Thierry


Michel Lerond 03/06/2011 16:43



Merci François et à nouveau Thierry. Oui, c'est vrai qu'il y a de quoi démobiliser les acteurs concernés faute de conviction dans cette stratégie. Mais, dans le même temps essayons aussi de
positiver pour avancer un peu avec ce qui existe... Mais au bout du compte, c'est quand même lassant, pour le moins, d'avoir à répéter les mêmes regrets depuis... une cinquantaine d'années, pour
ce qui me concerne. Oui, c'est vraiment lassant !


Michel



LERAT 31/05/2011 22:24


Michel, je te trouve extrémement gentil. C'est la première fois que je vois une stratégie avec une vingtaine d'objectifs!
La démarche part d'une bonne intention, responsabiliser les différents secteurs maisla démarche va plutôt les démobiliser. Bien à toi


Thierry Rigaux 31/05/2011 08:52


Bonjour Michel, bonjour à tous,

je partage ton analyse. Le décalage est évidemment considérable entre les belles (?) déclarations et la réalité de la volonté qui les accompagne. Et ceci vaut pour la quasi totalité des
institutions qui s'expriment : que ce soit l'Etat, la plupart des collectivités locales, les entreprises, ... et aussi, bien souvent, les individus. Ce que, personnellement, j'ai de plus en plus de
mal à supporter, ce sont les décalages énormes entre les annonces et les faits. Pour moi, ça devient difficilement acceptable car la parole n'a plus de valeur. Peut-être serions nous plus honnêtes
et sincères si nous limitions notre langage aux cris de bêtes que nous sommes restés, et ça n'est pas très sympa de dire ça pour le reste de la faune sauvage !
Je pense qu'il faut, envers et contre tout, dénoncer la propagande et, parallèlement, conduire à nos échelles respectives, à celles que nous maîtrisons, les changements que nous attendons ou
revendiquons. Ceci risque de ne pas être suffisant mais il n'est pas nécessaire d'espérer pour agir. Même si c'est plus facile !
Cordialement,
Thierry Rigaux


Michel Lerond 31/05/2011 15:13



Merci Thierry. Je ne sais que répondre à cela si ce n'est pousser un grand cri... et continuer.


Michel



Lecouteur Michel 30/05/2011 18:35


Merci Michel pour toutes vos réflexions, vos observations et informations. Je reste persuader malgré tout l'optimisme que j'essaie d'avoir que la planète est bien mal partie...et les volcans qui
s'en mêlent....
bien cordialement.


Michel Lerond 30/05/2011 19:24



Merci Michel... pour vos remerciements. Restons optimistes, il le faut absolument. La planète s'en sortira de toutes façons, nous c'est pas sûr !


Michel



Dan 30/05/2011 17:02


Alors, tes mesures à toi, sur les nitrates? Interdites de publication aussi?
Et l'eau de pluie, en contient-elle, des nitrates?
Que de questions! Bon, je crois que je vais l'acheter, ce bouquin...


Michel Lerond 30/05/2011 19:22



Non, Dan, je n'ai pas fait de mesures puisque ce n'était pas de ma compétence. L'eau de pluie peut contenir des nitrates, mais cela est plus redoutable dans les eaux souterraines, dans certaines
zones de grandes cultures... Quant à acheter "Qu'est-ce qu'on attend ?", c'est vraiment une très bonne idée !


Michel