Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 10:02

        En 2006, le Museum de Rouen prépare sa réouverture au public, après 10 ans de fermeture pour raisons de sécurité. Une nouvelle équipe est recrutée qui, sur demande de la municipalité, met en œuvre le nouveau projet culturel et scientifique. Très vite, naît l’idée de restituer à la Nouvelle-Zélande, qui le réclame depuis de nombreuses années, la tête humaine tatouée et momifiée, dite tête maorie, conservée au musée depuis 1875.

C’était le début d’une aventure laborieuse qui, pendant une décennie, a mobilisé le monde politique pour vaincre les obstacles juridiques à la restitution des restes humains. Depuis les années 1980 en effet, les Maoris réclament la restitution de ces têtes, qui furent prisées par les collectionneurs étrangers dès le XVIIIe siècle, suscitant un important trafic. Après bien des débats, une loi a été votée le 4 mai 2010, déclassant ces restes humains des collections inaliénables des musées, afin de pouvoir les rendre au Musée national Te Papa en Nouvelle-Zélande. La tête de Rouen a été restituée le 9 mai 2011 à la Nouvelle Zélande.

       Le film La fabuleuse histoire de la tête maorie du Museum de Rouen, écrit et réalisé par Philippe Tourancheau, a été projeté en avant-première le 4 octobre au cinéma Omnia République de Rouen. Il relate toute cette aventure et la replace dans son contexte muséographique et éthique (voir aussi : http://www.dailymotion.com/video/xiqz6t_sebastien-minchin-relate-la-decouverte-de-la-tete-maori-du-musee-de-rouen_creation et http://vimeo.com/22288017 .

        Il faut saluer ici le travail réalisé par Sébastien Minchin, conservateur du Museum de Rouen, qui par sa ténacité a permis un aboutissement heureux de toute cette affaire, en plaçant le Museum de Rouen à l’avant-scène sur une problématique nationale d’actualité.

        C’est ainsi, à la suite de « l’affaire de Rouen », que l’ensemble des têtes maories des collections de France se trouvent déclassées pour pouvoir retourner vers leur terre d'origine. Une vingtaine de têtes maories seront restituées en janvier 2012, à la clôture de l’exposition sur la culture Maorie au Musée du Quai-Branly à Paris. Tous les Maoris de haut rang, guerriers et chefs de tribus, étaient tatoués selon des motifs rappelant leur tribu. En effet, selon leurs traditions, la tête est considérée comme la partie sacrée du corps et le tatouage comme une véritable signature sociale et religieuse. Le peuple Maori avait ainsi coutume de conserver les têtes tatouées des guerriers morts au combat, et de les exposer dans un endroit consacré à leur mémoire, où chacun pouvait les vénérer jusqu’au moment où ils estimaient que l’âme du défunt était partie. Les têtes étaient alors inhumées près du village.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Société
commenter cet article

commentaires

lenormand 05/11/2011 16:50


Le muséum de Rouen a été exemplaire dans cette affaire. Il n'y avait pas d'autre solution que la restitution dans ce cas particulier.
Si les musées de France doivent rendre aux autres pays leurs oeuvres parfois soustraites de manière un peu cavalière, cela promet bien des difficultés. Mais ce n'est pas le même problème que
l'affaire du muséum.


Michel Lerond 06/11/2011 15:41



Merci Rémi. Effectivement il s'agit bien ici de la restitution des restes humains uniquement. Pour des oeuvres ou tout autre objet, c'est une autre histoire...


Michel



shizrine 02/11/2011 08:59


En parlant des collections du muséum, je me demande si vous savez où se trouvent celle des papillons qu'a donné Ernest le Noury. ça pourrait être intéressant de voir les spécimens collectés et de
les comparer à ceux qui existent aujourd'hui?.
j'aimerais beaucoup pouvoir en prendre des photos pour agrément 'lun de mes articles sur mon blog


Michel Lerond 02/11/2011 14:44



Merci Shizrine. Les collections d'Ernest Noury sont effectivement déposées au Museum de Rouen, mais en réserve et non présentées au public.


Michel