Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 08:09

 

La société française vieillissante semble avoir peur de sa jeunesse, forcément un peu remuante. La jeunesse semble perçue comme un danger plutôt qu’un atout. La marmite intergénérationnelle est sous pression, tant les disparités se multiplient entre jeunes et seniors, en termes d’emploi, de logement, de richesse ou de précarité. Et les jeunes ont contre eux de ne pas être très « rentables » électoralement : ils votent peu ou pas…

On sait combien il est toujours difficile dans ce pays de regarder le long terme plutôt que de se complaire dans l’esprit franchouillard, conservateur, rentier… qui prend peur à l’idée d’imaginer un avenir différent, plutôt que s’accrocher égoïstement aux « avantages acquis ». C’est à peine caricatural que d’affirmer que les seniors sont préoccupés par leur retraite et leurs placements tandis que les jeunes le sont par leur emploi (ou non emploi) et leur logement (ou logement précaire). Ainsi le pouvoir politique protège les aînés, qui votent, reportant la charge financière sur les jeunes actifs, par ailleurs largement absents du débat politique. C’est ainsi que notre parlement est composé essentiellement de mâles sexagénaires cumulards…

Il faut être aveugle pour ne pas voir que l’on entre dans une période difficile, avec une dette monstrueuse laissée en héritage aux générations à venir, un pouvoir politique largement autiste et parfois menteur, et une perte de toute autorité. Et cela d’autant plus que la peur, toujours mauvaise conseillère, recrute massivement chez les jeunes eux-mêmes. Les Français ont peur de tout, du monde et des autres, se sentent en insécurité et veulent éradiquer tout risque réel ou supposé dans tous les domaines. C’est bien une souffrance qui s’exprime ainsi. Les jeunes perçoivent la société comme une machine à exclure, en commençant par l’école, où toujours domine la compétition. Ainsi, malgré des discours enflammés, l’orientation vers l’enseignement professionnel, par exemple, continue à se faire par défaut, alors qu’il y a tant à inventer, à innover avec intelligence dans ces métiers. La grève, la manifestation dans la rue, l’acte violent deviennent alors un rite de passage à l’état d’adulte responsable.

Pour éviter l’affrontement des générations, il faudrait vite réinvestir dans la formation des jeunes, en rajeunissant les concepts. Il faut donner la priorité à l’emploi des jeunes pour une véritable insertion dans la société et leur permettre de participer réellement à la décision politique pour réinventer une société multi-générationnelle et multi-culturelle. Au fait, partager l’emploi, la richesse et le pouvoir, ce ne serait pas cela la gauche ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Société
commenter cet article

commentaires

shizrine 14/02/2011 10:16


On a de plus en plus de moyens d'apprendre et de se cultiver
mais paradoxalement les jeunes sont de moins en moins attirés cela. Jeunes vieux, vieux jeunes, à force de vivre dans une société aseptisée, surprotégée où l'on ne se remet pas en question, on
coupe aux jeunes l'envie d'avoir envie par peur de ce qui pourrait arriver.


Michel Lerond 14/02/2011 10:32



Merci Shizrine. Je crois que c'est assez bien vu et je crains que cela ne soit la vérité. On a encore du boulot !


Michel



Robert Meyer 08/02/2011 21:13


Tout à fait d'accord avec toi , Michel, il faut que chacun arrête de se plaindre et essaie de trouver ses propres pistes vers un avenir qui, à mon avis, n'est pas perdu pour les Français ...
Amitiés.

Robert Meyer


Michel Lerond 09/02/2011 10:31



Merci Robert. Non bien sûr que l'avenir n'est pas perdu. Au contraire, je suis persuadé qu'il y a des opportunités magnifiques pour les jeunes. Il faut... "seulement" qu'ils prennent leur destin
en main et corrigent les erreurs de leurs aînés. Certes ce ne sera pas facile, mais le défi vaut sacrément le coup !


Michel