Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

16 juin 2020 2 16 /06 /juin /2020 08:25

     La pandémie du Covid19 a mobilisé les médias, ce qui est bien normal. Tous les aspects, sanitaires, économiques, sociaux, politiques de la pandémie ont été passés en revue, avec une certaine insistance parfois un peu… anxiogène. Mais, comme trop souvent, les médias ont omis de replacer les choses dans un contexte plus large afin de mettre en évidence les liens entre des faits apparemment éloignés.

     Dans le même temps que la pandémie, le réchauffement de la planète se poursuivait et on a connu une décennie record en matière de température, avec incendies et canicules. Pendant le confinement, on enregistrait des températures de plus de 30° au-delà du cercle polaire, de 47° en Inde et 50° au Rajasthan... Les incendies liés à ces dérèglements ont brûlé 10 millions d’hectares et 10 000 maisons en Australie. En Inde, un tiers de la population doit rationner l’eau et les rixes se multiplient dans les files d’attente de distribution de « l’or liquide ». Vous en avez entendu parler ?

     L’Inde et le Bangladesh ont subi le cyclone Amphan, qui avec rafales de vent, pluies torrentielles, raz-de-marée et montée des eaux, a ravagé les côtes du Bengale, inondant villes et villages, etc. L’intrusion d’eau salée sur la terre ferme va avoir un impact sur les cultures pour plusieurs années. Vous en avez entendu parler ?

     L’Afrique de l’Est a connu une invasion de criquets d’une ampleur sans précédent, à raison de centaines de millions d’insectes ravageant tout sur leur passage. Cette explosion, liée aux modifications du climat, a migré vers la mer Rouge puis vers l’Inde où des essaims d’un kilomètre carré ont ravagé déjà 50 000 hectares de cultures. Vous en avez entendu parler ?

     Le pergélisol (sol gelé du grand nord, recouvrant 25 % des terres émergées en Russie, Canada et Alaska) continue de fondre, libérant progressivement des milliards de tonnes de gaz à effet de serre, ce qui accélère encore le réchauffement… qui accélère la fonte du pergélisol ! « Accessoirement », cette fonte de terres gelées peut libérer aussi des bactéries et virus qui pourraient se « réveiller ». Vous en avez entendu parler ?

      Le monde n’est que bien peu préparé à ces épisodes, en particulier en Occident. Face à ces périls, la question n’est pas d’être pessimiste ou optimiste, mais de regarder les choses en face, afin non seulement d’y remédier mais de les prévenir. Cette situation à risque impose des changements radicaux dans notre rapport au monde. Les médias ont déjà beaucoup évolué sur ces questions, mais il y a encore un énorme travail d’information à faire auprès du public et surtout des décideurs. Ceci vaut en particulier pour la presse économique. Le monde d’avant, c’est fini !

Partager cet article

Repost0
8 juin 2020 1 08 /06 /juin /2020 10:56

Et maintenant, anticiper :

     L’anticipation, voilà le maître mot de toute cette aventure. La pandémie n’était peut-être que le déclencheur d’une vaste crise débouchant sur un effondrement. Aux crises économique, sociale et politique à venir pourraient s’ajouter des violences pour la survie… On a confirmé que les politiques manquaient de prospective et qu’ils étaient contraints de faire face à l’urgence, faute d’avoir anticipé. Et puis le vulgum pecus qui, comme toujours, sait ce qu’il faut faire, râle, et déclare à tout va sur les réseaux sociaux y a qu’à, faut qu’on… On nous a habitués à trop de rationalité, sans rappeler que la nature est complexe, parfois imprévue et pas toujours rationnelle. Il faut faire avec… ou disparaître.

     Le monde est fait de dominations, que ce soit entre individus ou états. Le recul des Etats-Unis et les manquements de la Chine laissent le siècle commençant sans vrai leader. Rien de grave à cela, surtout si les Européens en profitent pour repenser et renforcer leur union, et si les citoyens du monde appellent à une organisation planétaire des questions prioritaires. Les fléaux planétaires qui arrivent, tels que conséquences du dérèglement climatique, érosion de la biodiversité, démographie et migrations non maîtrisées, risque nucléaire ou cybercriminalité ne pourront être maîtrisés qu’à une échelle mondiale ! Cette grave crise qui va concerner toute la planète, pour encore un moment, a été une expérience commune qui doit conforter un réflexe de solidarité et de prise de conscience que l’intérêt supérieur est bien la vie, la santé, le bonheur et non pas le fric, les intérêts financiers de quelques-uns ou les dominations de telle catégorie ou de telle nationalité. Voilà le moment d’une refondation de l’Humanité !

      Puisque tout le monde semble se préoccuper du « jour d’après », il est temps de revenir aux fondamentaux, à savoir que la satisfaction alimentaire va de pair avec la préservation des écosystèmes. On a cru que le bonheur reposait sur le bien-être matériel, le progrès technique et la consommation, pourquoi pas en partie, mais c’est une vision passablement erronée. Les êtres humains ne sont pas les outils de la machine économique, ils doivent pouvoir s’épanouir, développer leurs facultés et harmoniser leurs besoins et satisfactions entre l’individuel et le collectif.

          A paraître début juillet : Les clés de notre avenirEditions Persée.- 100 p. 10 €.

A réserver dès maintenant dans toutes les bonnes librairies.

 

Anticipons ! 2/2

Partager cet article

Repost0
1 juin 2020 1 01 /06 /juin /2020 11:46

Une grande leçon :

     Depuis un demi-siècle, les innombrables discours, actions en tous genres et conférences internationales n’ont pas été entendus par les décideurs politiques… Nous y voilà donc, devant le mur ! Sur les origines de cette crise du Covid19, il est bien acquis que la déforestation favorise les contacts entre l’homme et la faune sauvage porteuse de virus, que le dégel du permafrost va libérer des microbes, que les élevages intensifs sont des foyers potentiels de contamination, soit des nouveaux risques épidémiques en perspective.

     Cette crise nous a fait prendre conscience, pour de bon, que nous étions dans l’ère de la communication, avec une omniprésence du numérique qui nous permet de communiquer, travailler ou éduquer les enfants en étant confinés. Le monde est à l’arrêt mais fonctionne quand même ! Inversement on a découvert aussi les limites du numérique, tant il est difficile de se passer de tout contact humain. Cette crise a été un révélateur des inégalités de notre société. Le confinement a pu être très différent selon que l’on habite un pavillon avec jardin ou un petit appartement, avec enfants et vue sur le mur d’en face… C’est aussi une leçon pour les concepteurs de l’urbanisme. Comment réinventer des lieux de citoyenneté pour être chacun chez soi tout en gardant le contact avec les autres dans l’espace public. Cette crise peut annoncer aussi un certain retour vers la campagne, en ayant montré la possibilité du télétravail et les possibilités de recréer des emplois ruraux, avec les avantages en termes de cadre de vie.

     On a appris, par cette crise que le « marché » ne peut pas tout. Avec la moitié de l’humanité en confinement, une des conséquences va être une récession mondiale sans précédent depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Le souci de protéger les populations l’a emporté sur le risque d’effondrement de l’économie, il faut s’en réjouir, mais l’économie reprend ses droits… et le dilemme n’est pas entre la Bourse et la vie, il faut réinventer la société mondiale. Alors que l’on rabâche depuis des années qu’il faut corriger la trajectoire, voilà qu’en seulement deux mois, toute l’économie s’est effondrée, avec en France une perte de revenu de 10 %, qu’il faudra bien répercuter sur les contribuables… Les économistes n’avaient pas imaginé une telle situation et sont un peu… dépassés ! Alors, augmenter les impôts, les taxes, réduire les dividendes, prélever sur les comptes épargne, réduire les retraites, recourir à l’Europe ?... ou changer de paradigme ! Bien plus qu’une crise économique, nous allons vivre une crise sociale, sociétale, profonde. C’est un défi immense, difficile à relever, mais une opportunité formidable de repenser le monde pour l’Humain.

A suivre : Et maintenant, anticiper

Partager cet article

Repost0
25 mai 2020 1 25 /05 /mai /2020 16:52

     Nous venons de vivre une situation assez surréaliste… Un romancier de science-fiction aurait peiné à inventer un tel scénario décrivant un pays de contestataires virant soudainement en régime autoritaire, sous la pression d’évènements majeurs, et tout cela avec un assentiment quasi général de la population. La réalité dépasse la fiction ! Mais ce fut une bonne occasion de se retrouver soi-même, de réfléchir à notre société, notre façon de vivre, nos évolutions à envisager… collectives et individuelles.

 

     Ce blog n’a pas tout dit, il ambitionne seulement de faire réfléchir… depuis 13 ans ! Avec plus de 600 chroniques, brèves, faciles à lire. Un sujet vous taquine ? Allez sur le blog www.michel-lerond.com, colonne de gauche, rubrique « recherche », tapez un mot clé ou une expression brève puis cliquez sur « recherche », ce qui vous donne les liens avec les chroniques sur le sujet.

     Vous pouvez aussi vous abonner à mon blog afin de pouvoir disposer d’informations et réflexions, ni dogmatiques, ni simplistes sur les questions environnementales et sociétales. Et en plus, c’est gratuit ! Pour cela, vous allez sur le blog, colonne de gauche, rubrique « newsletter ». Vous inscrivez votre adresse mail, vous recevez une confirmation et c’est tout. Vous êtes informés directement de chaque parution.

      Merci de me rejoindre et bonnes lectures.

 

      Et n’oubliez pas : parution prochaine de « Les clés de notre avenir », un texte synthétique et concret,  afin de convaincre de la nécessité de s’impliquer personnellement, en tant que consommateur, travailleur et citoyen pour peser sur les décisions politiques relatives notamment au dérèglement climatique, à l’érosion de la biodiversité et la gestion des ressources… et ainsi d’éviter de nouvelles crises. 93 propositions pour surmonter les périls environnementaux, une véritable révolution qui va demander beaucoup d’efforts, et comporter des restrictions. C’est pourquoi des évolutions de nos modes de gouvernance sont indispensables.

 

 (Les clés de notre avenir - Persée, 2020.- 100 p.10 €). Parution prévue courant juin. 

Commander dès maintenant dans toutes les bonnes librairies.

     Ou à défaut, commander sur internet : https://www.editions-persee.fr/catalogue/ dès la parution.

Partager cet article

Repost0
18 mai 2020 1 18 /05 /mai /2020 09:00

 

Cinquantesixième jour de confinement :

     Après 56 jours de confinement, les choses s’éclaircissent un peu. La crise n’en est pas terminée pour autant. Maintenant, il s’agit de tirer les enseignements de cette aventure inédite. D’abord résoudre cette crise sanitaire et environnementale, puis il va falloir faire face à une crise économique grave, accompagnée d’une crise sociale et peut être suivie d’une crise politique… Sans oublier les souffrances de toutes sortes que cette crise a généré, on pourrait dire que le plus simple a été fait,  puisqu’il s’agit maintenant de réinventer notre façon de vivre, à l’échelle planétaire, juste ça ! Pour cela, après ce journal émaillé de quelques propositions globales, il faut aller plus loin avec des propositions d’actions concrètes.

     Après « Faire passer le message » il fallait une suite pour inviter à l’action. La voici sous peu avec « Les clés de notre avenir », un opuscule écrit avant la pandémie (manuscrit déposé chez l’éditeur en février 2020) et… rattrapé par l’actualité. Mon but est de proposer un texte synthétique et concret,  afin de convaincre de la nécessité de s’impliquer personnellement, en tant que consommateur, travailleur et citoyen pour peser sur les décisions politiques relatives notamment au dérèglement climatique, à l’érosion de la biodiversité et la gestion des ressources… et ainsi d’éviter de nouvelles crises. Mes 93 propositions pour surmonter les périls environnementaux n’auront de sens que si elles s’accompagnent de transformations profondes de notre système économique. Cette véritable révolution va demander beaucoup d’efforts, et comporter des restrictions. C’est pourquoi des évolutions de nos modes de gouvernance sont indispensables.

     En voici deux extraits avec les propositions N° 5 ► Revoir les aéroports régionaux, en n’en conservant qu’un seul par Région, pour le trafic voyageurs et les autres uniquement pour les services de secours et urgences.

    Les avions sont bien placés dans le hit-parade des producteurs de gaz à effet de serre et il est urgent de se poser des questions quant à ce mode de transport… Etc.

 

     Et N° 68  Mieux contrôler limpact de l’environnement sur la santé.

     Les modifications climatiques auront un impact sanitaire du fait de l’accroissement de l’incidence des maladies sous l’effet des vagues de chaleur et inondations. Ces évolutions peuvent allonger la période de transmission des maladies, notamment celles propagées par les moustiques ou les virus… Etc.

 

(Les clés de notre avenir - Persée, 2020.- 100 p.10 €). Parution prévue courant juin.  

Commander dès maintenant dans toutes les bonnes librairies.

Ou à défaut, commander sur internet : https://www.editions-persee.fr/catalogue/ dès la parution.

 

Partager cet article

Repost0
11 mai 2020 1 11 /05 /mai /2020 08:42

 

Quarantième jour de confinement :

     Et voilà, fin de la quarantaine ! Sans doute irons-nous jusqu’à une cinquantaine ! Pourvu que l’on n’aille pas jusqu’à une centaine, quoique… Malgré tout il est temps de conclure ce journal d’un confiné, et d’esquisser ce que pourrait être la suite. Pour conclure, nous retiendrons en priorité l’avis de Bruno David, président du Museum d’histoire naturelle de Paris qui s’est magnifiquement exprimé à l’occasion d’une interview dans l’hebdomadaire Le Point du 16 avril 2020. Comme il le rappelle, une pandémie n’est jamais certaine, mais trois paramètres la déterminent : la promiscuité entre Humains et la faune sauvage en perte de milieu naturel, la densité de la population humaine et les déplacements des marchandises et des Humains. Dès lors que ces paramètres n’ont cessé de s’amplifier au cours des dernières décennies, la pandémie était prévisible et nous en sommes tous responsables.

     Les déforestations massives des zones tropicales et équatoriales mettent les humains au contact de virus encore inconnus. Le dégel du pergélisol va lui aussi être un agent de diffusion de virus. Tout cela sans oublier de citer le rôle des élevages intensifs, avec des animaux stressés, également bons propagateurs de virus. Redisons-le encore, nous faisons partie de la nature, nous sommes dans la nature. Bien qu’espèce dominante, nous n’avons pas à considérer notre planète comme un supermarché et n’oublions pas que nous sommes aussi le meilleur véhicule pour les pathogènes, donc victimes de nous-mêmes. Cette pandémie nous aura appris aussi combien la science est complexe comme en ont témoigné les hésitations et controverses entre scientifiques. En d’autres termes, c’est notre mépris pour la nature qui est à l’origine de cette pandémie, prédite de longue date par certains scientifiques. Par exemple, lorsque nous détruisons la forêt, les animaux qui l’habitent se trouve en promiscuité et se « repassent » leurs maladies de l’un à l’autre. L’un de ces animaux, rapproché des Humains, peut les infecter. Ce peut être aussi des animaux sauvages, vendus sur les marchés africains, asiatiques (cela nous rappelle quelque chose !), ou des animaux d’élevages intensifs qui facilitent le saut des virus entre espèces… En résumé, dans un écosystème riche, un pathogène a plus de chances de rencontrer facilement des hôtes peu aptes à sa multiplication ; au contraire, dans un écosystème pauvre, les chances augmentent de passage à l’Homme. La pression accrue de l’Homme sur les écosystèmes est donc bien la cause de cette pandémie… et de celles à venir ! Retenons la leçon et CHANGEONS !

A suivre : Cinquantesixième jour de confinement – dernière page de ce journal avec des « clés pour notre avenir ».

A paraître courant juin : Les clés de notre avenirEditions Persée.- 100 p. 10 €.

A réserver dès maintenant dans toutes les bonnes librairies.

 

Partager cet article

Repost0
4 mai 2020 1 04 /05 /mai /2020 11:28

 

Trenteseptième jour de confinement :

     En France, des mesures drastiques ont été prises, émaillées de quelques cafouillages, imprévisions et contradictions, avec une communication hésitante...  Comme d’habitude, face à la difficulté, on a essayé d’y remédier sans s’interroger sur les causes. Nous avons insisté dans ce journal sur l’opportunité que présente cette crise pour préparer l’après, en prenant en compte le dérèglement climatique couplé à l’extinction de la biodiversité. Soyons clairvoyants : la crise actuelle n’est peut-être qu’une répétition de ce que nous pourrions connaître d’ici peu… marquant l’entrée dans une époque nouvelle. En visant des profits à court terme, on a créé des chaînes d’approvisionnement à flux tendus : en caricaturant à peine, les ateliers sont en Chine et les stocks de marchandises dans les cargos, les avions et les camions… Si un maillon de la chaîne casse (grève, accident, pandémie…) c’est la cata. Cette globalisation marchande a reposé sur un recours aux énergies fossiles sans limites, contribuant massivement au réchauffement climatique, avec ses conséquences… notamment des pandémies auxquelles s’attendent les climatologues.

     Outre les conséquences environnementales et sanitaires, n’oublions pas les impacts énormes sur l’économie : sans doute des faillites en chaîne de PME. C’est l’occasion de s’interroger sur la mission des entreprises et sans doute de reconstruire le service public, un peu branlant, trop souvent perçu comme coûteux, sauf… lorsque l’on en profite. Concernant la santé, il faudra articuler davantage les différents niveaux d’intervention avec au plan national un service hospitalier public mieux pourvu en moyens et en interrelation avec les pays européens. Au niveau mondial, il faut que les préconisations de l’OMS deviennent contraignantes, ce qui ne l’a pas été assez cette fois-ci.

     Il faut reconnaître que la crise du Covid-19 nous a déjà beaucoup appris en nous permettant de mesurer les limites du consumérisme à tout va et nous faisant redécouvrir les besoins essentiels, la richesse des solidarités humaines et aussi notre besoin de nature lorsque l’on est confiné dans un petit appartement avec pour horizon le mur d’en face… Cette cure de désintoxication est difficile pour certains, mais sans doute salvatrice, elle a montré que la santé pouvait passer avant le fric, c’est une bonne nouvelle.

     Les voix sont nombreuses pour appeler à construire l’avenir après cette pause forcée du confinement. D’abord relocaliser les filières de production, ralentir le productivisme, lutter contre les pollutions, sauvegarder la biodiversité et maîtriser les dérèglements climatiques.

A suivre : Quarantième jour de confinement

          A paraître courant juin : Les clés de notre avenirEditions Persée.- 100 p. 10 €.

A réserver dès maintenant dans toutes les bonnes librairies.

Partager cet article

Repost0
29 avril 2020 3 29 /04 /avril /2020 16:34

 

Trentedeuxième jour de confinement :

     Dans le village passent davantage de voitures qu’au début du confinement et certaines roulent… vraiment très vite. Un signe de lassitude, de besoin de défoulement ? Les chauffeurs doivent être pressés d’en sortir…

     Bon, OK, ce n’est pas nécessaire d’en rajouter, mais tout de même. Vous avez entendu ce silence assourdissant des médias à propos de Tchernobyl… Chacun se souvient en effet de l’accident nucléaire de la centrale de Tchernobyl, en Russie, en 1986. Hormis sur les réseaux sociaux et dans la presse spécialisée en environnement, on a très peu entendu parler de cette info : un incendie géant a eu lieu dans la zone interdite, irradiée,  autour de Tchernobyl, du 3 au 14 avril. Cet incendie a remis en suspension les particules radioactives dans l’atmosphère, emmenées par les vents de nord-est à cette période, vers l’Europe et la France… Le danger semble écarté, mais à la mi-avril, les flammes se rapprochaient des sites de stockage de déchets radioactifs et du sarcophage du réacteur. Ah si le césium 137 pouvait éliminer le Covid-19 ! Dormez tranquilles braves gens, tout est sous contrôle ! Encore un thème de réflexion sur les dérives de nos sociétés et la transparence de l’information...

     Heureusement tout n’est pas aussi triste. Par exemple, « Le sauvetage financier des compagnies ne doit pas permettre au secteur aérien de reprendre ses activités habituelles une fois la crise du Covid-19 terminée ». C’est ce que demandent 250 associations internationales dans une lettre ouverte. Certes la pandémie de Covid-19 a durement touché les compagnies aériennes qui demandent aux états seulement 200 milliards de dollars pour faire face à la crise, en pleine contradiction avec les exigences climatiques et alors qu’elles bénéficient déjà d’exemptions fiscales sur le kérosène ! Voilà encore une opportunité pour remettre en question la place du transport aérien sur l’ensemble de la planète.

     Par ailleurs, les Régions françaises aussi se mobilisent pour une relance sociale et  économique. Mais à part quelques mots bien choisis et l’annonce d’un « new deal environnemental », cela ressemble étrangement au monde d’avant… Pas de quoi se réjouir ! Malgré ces quelques timides avancées, c’est bien au-delà qu’il faut aller pour « redresser » le monde.

A suivre : Trentcinquième jour de confinement

A paraître courant juin : Les clés de notre avenirEditions Persée.- 100 p. 10 €.

A réserver dès maintenant dans toutes les bonnes librairies.

Partager cet article

Repost0
27 avril 2020 1 27 /04 /avril /2020 15:15

Trentième jour de confinement :

     Jour anniversaire du début de confinement… Environ 100 000 morts dans le monde, dont à peu près 13 000 en France. Rien que ça. Ici tout va bien si ce n’est que le printemps nous nargue avec son soleil, son explosion florale et sa clémence, d’autant plus appréciable au jardin. Dans notre campagne, les vaches sont revenues dans la prairie voisine, on se sent moins seuls ! Mais tout de même, je rêve de chemins de campagne, de forêts, de bords de mer… Après des mesures de gestion immédiate de la crise, il faudra par-dessus tout, comprendre son processus, entre ses origines et son explosion planétaire, afin d’être mieux préparés pour la prochaine, inévitable. Pour cela les solutions existent…

     Sans entrer dans des discours idéologiques ou dogmatiques, il faut tout de même s’accorder à repenser la répartition des richesses sur la planète. La décision du ministre français de l’Economie est à cet égard assez renversante par son caractère inattendu ! Il a recommandé aux entreprises de ne pas verser de dividendes lorsqu’elles ont recours au chômage partiel, faute de quoi elles ne pourraient prétendre aux aides publiques. Cette préconisation relayée par l’association française des entreprises privées (Afep) atteste de la pression qui monte sur les actionnaires. Tout cela reste à confirmer et acter, mais convenons que c’est une révolution, d’autant plus que les banques devraient être concernées aussi.

     Au-delà de l’urgence économique, il faut aller maintenant et très vite vers des modifications plus globales. Des propositions existent depuis longtemps déjà et demandent « seulement » à être appliquées : les Objectifs de développement durable (ODD) ont en effet été établis par l’ONU en 2015. Cet agenda 2030 définit 17 objectifs pour « éradiquer la pauvreté, protéger la planète et garantir la prospérité pour tous ». Beau programme, il n’y a plus qu’a !... La grille d’analyse des ODD montre bien la chaîne de causalité de la crise actuelle entre atteintes à l’environnement et pandémies. Elle met aussi en évidence la nécessité de travailler en partenariat entre acteurs publics, économiques et citoyens au niveau mondial. La crise actuelle du Covid 19 a montré une certaine solidarité au niveau local et national, mais un déficit criant au niveau international. Qu’en sera-t-il en termes de conséquences pour les pays en développement, notamment en Afrique. Ce sont aussi des Humains !

A suivre : Trentedeuxième jour de confinement

 

Partager cet article

Repost0
23 avril 2020 4 23 /04 /avril /2020 08:37

Vingthuitième jour de confinement :

     Un mois de confinement ! Cette situation inédite a montré des élans de solidarité exemplaires, révélant combien notre société peut être généreuse et humaine face à l’adversité. Mais,… dans le même temps on a pu assister à des scènes surréalistes de gens jetant leurs masques et gants dans leur caddie ou sur le sol du parking, après s’être protégés pour faire leurs courses au supermarché. D’autres ont insulté des soignants, résidant trop près de chez eux… On pourra cependant compter sur une grande part d’entre nous pour refonder une société plus prévoyante et plus Humaine, j’en suis convaincu.

     L’économie étant la base de notre société, c’est sans doute par là qu’il faudra commencer la révolution à faire, à condition toutefois de ne surtout pas laisser les économistes seuls aux commandes ! On en a vu assez comme cela ! Nous n’en sommes encore qu’à l’étape des questions, qu’il ne faut pas occulter, et préparer des réponses. Si l’on commence par « le plus facile », ou le plus évident, il y a la relocalisation de nos productions, déjà évoquée, et aussi la question des revenus quand tout s’arrête… Lorsque les entreprises ferment, que les commerces végètent, que le secteur du tourisme s’effondre, etc., on improvise dans le plus grand désordre. Subitement, on institue du chômage partiel, des primes en tous genres, des subventions de sauvetage, des prolongations de délais de paiement… sans savoir d’où l’on va sortir cet argent et qui va payer et quand. Il est clair qu’après ce marasme, une forte crise économique va sévir, avec une baisse du pouvoir d’achat inévitable. C’est l’occasion de réfléchir à ce défi pour être mieux préparés à la prochaine crise. Il sera inutile de manifester et de brûler des pneus ! Les solutions seront à inventer collectivement, avec des décisions démocratiques et un maximum de sérénité. La présente crise n’est pas le fait du hasard, elle résulte de manquements collectifs au bon sens.

     Nous en sommes à ce que certaines collectivités distribuent des bons alimentaires aux familles pauvres, ce qu’en d’autres temps on appelait des « tickets de rationnement »… Il faudra bien remédier à cette situation en urgence. Dans plusieurs pays européens dont la France, mais aussi aux USA, on s’interroge à cette occasion sur le revenu universel, versé à tous sans condition. On voit combien la crise accentue les inégalités face à des difficultés, elles, bien partagées. Il s’agirait de verser à chacun, sans conditions de ressource, toute la vie, un revenu dont le montant serait fixé collectivement. Ce procédé apporterait à chacun un « minimum de survie » qu’il pourrait compléter par son statut professionnel et/ou social. C’est une piste, une réflexion à ne pas négliger.

A suivre : Trentième jour de confinement

Partager cet article

Repost0