Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

14 janvier 2019 1 14 /01 /janvier /2019 08:34
  1. Un grand malaise :

     La France vient de connaître un de ces épisodes qui font la France. Après les bonnets rouges en 2013, nous connaissons les gilets jaunes de 2018… Cela nous rappelle des souvenirs anciens, comme mai 1968 par exemple, où les étudiants, puis les ouvriers, déploraient la dureté de leurs conditions de travail et voulaient bénéficier d’une meilleure reconnaissance. Le thème de l’environnement, accessoire et sous-jacent, était néanmoins présent, importé des Etats-Unis sous l’impulsion du New Age, un courant spirituel un peu confus qui se voulait pacifique, alternatif et écologique. En 2018, c’est l’environnement qui marque le départ de la contestation avec l’augmentation du prix de l’essence du fait de la taxe carbone. Le thème du pouvoir d’achat a vite pris le dessus avec, à nouveau, l’expression d’un mal être généralisé.

     Voilà en fait des siècles que les classes dites « inférieures » se sentent méprisées et de temps à autre élèvent le ton pour se faire entendre, avec un temps fort que fut la Révolution française de 1789. Force est de constater que nous n’avons toujours pas réussi à résoudre cette équation qui consisterait à donner à chacun sa place dans la société, avec reconnaissance pour sa contribution au bien-être général, dans une harmonie pacifique. Il est vrai que lorsqu’un PDG, d’une entreprise importante certes, perçoit 5 à 600 fois le Smic, ou qu’un politique tire trop d’avantages de son mandat, on peut craindre que les « bas de l’échelle » trouvent cela amer… Mais souvent, hélas, le mouvement de contestation, légitime au départ, dérape sous l’impulsion des plus radicalisés ou du fait de casseurs qui profitent de l’occasion pour « jouer à la révolution ». Les violences, insultes et dégradations diverses deviennent alors intolérables, appellent à la réaction forte du pouvoir et c’est un enchaînement qui se répète de siècle en siècle avec une spirale de la violence, dérives et excès entre contestation/répression. Le débat devient alors très difficile jusque parfois, le renversement du pouvoir en place. Il faudrait aussi que certains médias fassent preuve d’un peu plus d’objectivité, en ne recherchant pas toujours le « scoop » au risque de passer à côté de l’analyse de fond. Ces défauts de hiérarchisation de l’information nuisent à la cause initiale et mettent de l’huile sur le feu…

     S’il est légitime que le pouvoir en place réagisse en assurant l’ordre public, il doit d’abord prendre en compte le mal être d’une partie de la population pour y apporter des remèdes d’urgence afin de « calmer le jeu », et il faut aussi qu’il « revoie sa copie » pour répondre à l’angoisse montante de notre société face aux interrogations du futur : sans doute le pouvoir d’achat et la reconnaissance au travail, mais aussi les modifications climatiques ou l’érosion de la biodiversité, pour lesquelles la prise de conscience est maintenant réelle, enfin. C’est cela qui devrait constituer la base du « Grand débat national », afin d’apporter des réponses au stress, à l’anxiété, voire l’angoisse d’une grande partie de la population. Entendez-vous dans les campagnes cette clameur qui monte, annonciatrice de bien des tourments. Faisons, tous ensemble, que ce pressentiment ne soit qu’un mauvais rêve vite oublié…

 

A suivre : 2. Répondre à l’urgence – 3. Sortir du « vieux monde » - 4. Revenir à l’essentiel.

 

Des solutions plus détaillées sont proposées pour construire ce monde nouveau dans « Faire passer le message », une vision personnelle sur les grandes thématiques de l’environnement.

Faire passer le message - Persée, Paris, 2018.- 158 p. - 14€20 : https://www.editions-persee.fr/catalogue/recits/faire-passer-le-message/#.W1hl6sIyWpo

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2019 7 13 /01 /janvier /2019 09:07

          L’actualité récente l’a rappelé maintes fois, nous sommes à un tournant de notre civilisation. Nous vivons une crise à la fois climatique, sociale et économique. On va devoir refaire le monde pour reconstituer le climat, restaurer la biodiversité, préserver les ressources, inventer une social-économie et organiser la société planétaire. Des solutions sont proposées pour construire ce monde nouveau dans « Faire passer le message », une vision personnelle sur les grandes thématiques de l’environnement. En plein dans l’actualité, c’est une contribution au « Grand débat national. »

 

Faire passer le message - Persée, Paris, 2018.- 158 p. - 14€20

- Acheter dès maintenant dans toutes les bonnes librairies.

 - Ou à défaut, commander sur internet : https://www.editions-persee.fr/catalogue/recits/faire-passer-le-message/#.W1hl6sIyWpo

 

Quelques avis de lecteurs :

- Christine Dhenain, correspondante de presse : « Des propositions concrètes laissant présager l’espoir d’une nouvelle ère entre l’homme et son environnement, ou l’ère d’une civilisation toute entière qui doit se renouveler à échelle planétaire. »

- Nicolas Gaillard, journaliste Le Bulletin : « Dans ce livre, Michel Lerond souhaite ouvrir des pistes pour porter un message d’espoir, auprès du grand public et notamment des jeunes ».

- Agnès Poli, avocate : « (ce livre) se déguste comme un bonbon, à toute vitesse et succulent ».

- Marie-France Ramelet, ancienne restauratrice : « Plus on avance dans la lecture et plus on se dit que Michel avait tout compris et étudié avant tout le monde. On peut dire que "Faire passer le message "est d'une actualité brûlante ».

- Joce Hue, journaliste Paris-Normandie-Dimanche :

https://www.paris-normandie.fr/accueil/figures-de-style--michel-lerond-la-science-de-l-urgence-ecologique-CJ13920772

- Jacques Calu, médecin ORL retraité : « Grâce à ton livre je cerne mieux aujourd'hui cette nébuleuse qu'était pour moi le mot écologie ».

- Richard Gauthier, France Bleu :

     https://www.francebleu.fr/emissions/france-bleu-et-vous-l-invite/normandie-rouen/michel-lerond-faire-passer-le-message

- Anne Rubinstein, cheffe de cabinet de Nicolas Hulot : « Le ministre a pris connaissance de ce livre avec intérêt… Il vous félicite pour votre engagement et pour votre contribution ».

- Yvon Robert, maire de Rouen : « Vous avez eu la gentillesse de m’offrir votre livre intitulé « Faire passer le message ». C’est avec beaucoup de plaisir que je vous adresse mes remerciements pour cette délicate attention ».

- Bernard Boullard, professeur émérite : « (votre livre) transpire de sincérité, de sensibilité. Il est riche de mille facettes qui situent excellemment l’homme et son œuvre. Il clame votre attachement à la nature. Il hurle (et le mot est de circonstance) votre inquiétude devant le comportement de l’Homme face à la nature. Il regorge de judicieuses suggestions ».

 

Pour vous abonner à ce blog : aller sur www.michel-lerond.com,  colonne de gauche, rubrique newsletter. Inscrire son adresse mail, attendre le mail à confirmer. C'est fait ! A bientôt.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2019 1 07 /01 /janvier /2019 16:34

     A de multiples reprises, nous avons attiré l’attention sur les menaces qui pèsent sur les abeilles, sur ce blog (http://www.michel-lerond.com/article-les-abeilles-ont-le-bourdon-62516877.html). Et voilà que Beaubec Productions diffuse son nouveau film : « Demain l’abeille. La dette humaine ». Un film qui s’inquiète de la disparition des insectes pollinisateurs due, pour une large part, aux produits phytosanitaires.

     Tourné intégralement dans le Pays de Bray, comme les films précédents « La bergère et l’orchidée » et « Des racines et des haies », « Demain l’abeille, la dette humaine » donne la parole aux témoins privilégiés que sont les apiculteurs, professionnels et amateurs.

     Les réalisateurs, Jean-Yves Ferret (images) et Marie Benoît (écriture), sont eux-mêmes apiculteurs et donc témoins des atteintes portées aux abeilles : pesticides, mais aussi parasites comme l’acarien Varroa ou le prédateur, le frelon asiatique Vespa velutina. Les apiculteurs sont les premiers à oeuvrer pour tenter d’assurer un avenir aux abeilles, et à plus grande échelle aux insectes polinisateurs, ils tentent de réinventer les rapports unissant hommes, agriculture et apiculture.

     En octobre 2018, la Normandie a accueilli le premier Congrès international d'apiculture et d’apithérapie à Rouen et c’est à cette occasion qu’a été confiée à Beaubec Productions la réalisation du film, projeté en avant-première lors du congrès.

     La production de miel n’est pas le seul aspect des services que les insectes rendent à l’homme. Ni l’agriculture, ni l’espèce humaine ne peuvent se passer de la pollinisation. Le documentaire évoque les pistes qui peuvent être explorées pour améliorer la situation actuelle et pérenniser le lien entre l’humain et son environnement.

     Le film se veut positif. Les différents témoignages dépassent les constats pour indiquer des pistes pour réconcilier l’apiculture et l’agriculture, afin que tous, ruraux et citadins, se mobilisent et « pour qu’enfin les êtres humains puissent commencer à rembourser la dette qu’ils ont contractée envers la nature qui les a engendrés ».

     Le film existe aussi en DVD que l’on peut commander sans problème.

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2018 1 31 /12 /décembre /2018 09:48

      En onze ans, 569 chroniques et micro nouvelles ont été publiées sur ce blog, avec 1 294 commentaires. La fréquentation totale a été de 49 250 visiteurs pour 84 917 pages vues, avec 187 abonnés. Voici le rappel des titres pour 2018 :

  • Le « Rapport du Club de Rome » a 50 ans ! - 2 janvier 2018
  • Johnny est mort, mais Dieu est vivant ! - 9 janvier 2018
  • Petit patrimoine, grande misère ! - 30 janvier 2018
  • Rio, il y a 26 ans ! - 13 février 2018
  • Humboldt, premier écologue ! - 20 février 2018
  • Nature ou paysage ? - 6 mars 2018
  • L’utopie, un art à cultiver ! - 13 mars 2018
  • On se fait une soirée meurtres ? - 3 avril 2018
  • Dollemard, ou drame ? - 10 avril 2018
  • Déchet toi-même ! - 1er mai 2018
  • Arbre mon ami ! - 22 mai 2018
  • Les jeunes ont des talents ! - 5 juin 2018
  • Réveillez-vous !! - 19 juin 2018
  • Il faut réduire la population ! - 10 juillet 2018
  • C’est quoi un CAUE ? – 28 août 2018
  • Et maintenant ? 1/4 – 4 septembre 2018
  • Et maintenant ? 2/4 – 11 septembre 2018
  • Et maintenant ? 3/4 – 18 septembre 2018
  • Et maintenant ? 4/4 – 25 septembre 2018
  • Une manif ? Mieux, un manifeste ! - 30 octobre 2018
  • Germaine Ricou fut une grande dame de l’écologie ! - 13 novembre 2018
  • « De notre vivant » - 20 novembre 2018
  • La bourse ou la vie.- 4 décembre 2018
  • Peregrinus, mon amour de faucon ! – 18 décembre 2018
  • Onzième année et ça continue ! – 31 décembre 2018

      Merci encore pour vos commentaires toujours nombreux. Bonne année 2019 à toutes et tous.

      Par ailleurs, au cours de l’année 2018, nous avons participé à un certain nombre d’activités :

▪ Publications :

  • 26 publications : 1 ouvrage et 25 chroniques du blog
  • Séances de dédicace de Faire passer le message à la librairie Autres Rivages de Buchy et au cinéma Omnia de Rouen, avant la projection de « Demain l’abeille. La dette humaine »
  • Conférence « Faire passer le message » et dédicace pour le Rotary club de Rouen-Rouvray
  • 3 analyses bibliographiques pour la revue Etudes normandes

▪ Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Rouen : membre titulaire

  • Rapport pour l’attribution d’un prix du dévouement à l’Association pour la sauvegarde de la Chapelle de Hodenger, en Pays de Bray

▪ Assistance conseil et représentation :

  • Comités de Pilotage des sites Natura 2000 des cuestas du Pays de Bray et du Bray humide. Préfecture de Haute-Normandie et PETR du Pays de Bray
  • Inauguration d’un buste d’Ernest Noury, à Buchy, pour le cinquantenaire de sa mort. Valeurs anciennes de Buchy et Ville de Buchy
  • Participation à un groupe de réflexion sur les enjeux environnementaux et

de développement durable concernant la Normandie. Région de Normandie

     Permettez-moi, chers lectrices et lecteurs, de vous rappeler que désormais, ce blog est un épisodicomadaire ! Bonne année 2019.

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2018 1 17 /12 /décembre /2018 16:23

     « Peregrinus, le retour du Faucon Pèlerin dans son royaume marin » est un film de 52 mn réalisé par Renaud Bobenriether et Emmanuel Martin en 2018. Après 10 années d’observation et 5 ans de tournage, ce film suit le parcours des deux réalisateurs dans un pari un peu fou : recenser et comprendre cette population maritime et fluviale. Il dévoile des images de grande qualité d’une des espèces animales les plus difficiles à suivre, mais également de beaucoup d’autres espèces d’oiseaux du littoral normand. Ce film est diffusé sur la chaîne de télévision « La Chaîne Normande », canal 33. Il pourrait être diffusé en salle prochainement.

     Le Faucon pèlerin est l’animal le plus rapide au monde avec près de 400 km/h. Il a bien failli disparaître, mais a reconquis les falaises de la côte normande et la vallée de la Seine jusqu’à Paris. Le Faucon pèlerin (Falco peregrinus) est un rapace robuste dont les proies sont presque exclusivement des oiseaux. Ce rapace ne construit pas de nid, et niche le plus souvent sur des falaises. Ses populations ont très fortement diminué à partir des années 1950, en particulier sous l’effet de la pollution par l’insecticide DDT (dichlorodiphényltrichloroéthane).

     Depuis qu’il est protégé, dans les années 1970, il est à nouveau en expansion. Ce sont des individus du nord de l’Europe qui sont revenus progressivement peupler la côte d’albâtre et les boucles de la Seine. L’avenir semble maintenant assuré pour ce rapace qui fait littéralement figure de revenant.

     Mais si le Faucon pèlerin est séduisant, les réalisateurs du film le sont tout autant. En effet Renaud Bobenriether est artisan dans le domaine de la transformation et conservation de fruits et Emmanuel Martin est expert-comptable et commissaire aux comptes. Il va sans dire que tous deux sont ornithologues très avisés et Emmanuel Martin est même docteur en ethnologie et à ce titre, membre d’un laboratoire du CNRS en recherche sur le thème des relations entre les hommes et les animaux, en Guyane et Europe. Ces deux-là sont comme une préfiguration de l’Homme souhaitable pour le XXI ème siècle, parmi ceux qui pourraient contribuer à sauver le monde en faisant bien comprendre les relations entre la société et la nature appréhendée surtout à travers nos relations avec les animaux. Bravo à Vous !

Pour vous abonner à ce blog : aller sur www.michel-lerond.com,  colonne de gauche, rubrique newsletter. Inscrire son adresse mail, attendre le mail à confirmer. C'est fait ! A bientôt.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2018 2 11 /12 /décembre /2018 08:58

     La France est à nouveau sens dessus, sens dessous… C’est la révolution ? Non sûrement pas, mais la société est bouleversée et il lui faut un vrai projet pour un monde nouveau. C’est le moment où jamais de lire et d’offrir, pourquoi pas, un livre qui fait réfléchir. Offrez donc « Faire passer le message » ! un bilan personnel sur les grandes thématiques de l’environnement, en plein dans l’actualité !

Faire passer le message - Persée, Paris, 2018.- 158 p. - 14€20

- Acheter dès maintenant dans toutes les bonnes librairies.

 - Ou à défaut, commander sur internet : https://www.editions-persee.fr/catalogue/recits/faire-passer-le-message/#.W1hl6sIyWpo

Quelques avis de lecteurs :

- Nicolas Gaillard, journaliste Le Bulletin : « Dans ce livre, Michel Lerond souhaite ouvrir des pistes pour porter un message d’espoir, auprès du grand public et notamment des jeunes ».

- Agnès Poli, avocate : « (ce livre) se déguste comme un bonbon, à toute vitesse et succulent ».

- Marie-France Ramelet, ancienne restauratrice : « Plus on avance dans la lecture et plus on se dit que Michel avait tout compris et étudié avant tout le monde. On peut dire que "Faire passer le message "est d'une actualité brûlante ».

- Joce Hue, journaliste Paris-Normandie-Dimanche :

https://www.paris-normandie.fr/accueil/figures-de-style--michel-lerond-la-science-de-l-urgence-ecologique-CJ13920772

- Jacques Calu, médecin ORL retraité : « Grâce à ton livre je cerne mieux aujourd'hui cette nébuleuse qu'était pour moi le mot écologie ».

- Richard Gauthier, France Bleu :

     https://www.francebleu.fr/emissions/france-bleu-et-vous-l-invite/normandie-rouen/michel-lerond-faire-passer-le-message

- Anne Rubinstein, cheffe de cabinet de Nicolas Hulot : « Le ministre a pris connaissance de ce livre avec intérêt… Il vous félicite pour votre engagement et pour votre contribution ».

- Yvon Robert, maire de Rouen : « Vous avez eu la gentillesse de m’offrir votre livre intitulé « Faire passer le message ». C’est avec beaucoup de plaisir que je vous adresse mes remerciements pour cette délicate attention ».

- Bernard Boullard, professeur émérite : « (votre livre) transpire de sincérité, de sensibilité. Il est riche de mille facettes qui situent excellemment l’homme et son œuvre. Il clame votre attachement à la nature. Il hurle (et le mot est de circonstance) votre inquiétude devant le comportement de l’Homme face à la nature. Il regorge de judicieuses suggestions ».

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2018 1 10 /12 /décembre /2018 17:07

     Voilà Noël et le moment d’offrir, pourquoi pas, un livre qui fait réfléchir. Offrez donc « Faire passer le message » ! un bilan personnel sur les grandes thématiques de l’environnement, en plein dans l’actualité !

Faire passer le message - Persée, Paris, 2018.- 158 p. - 14€20

- Acheter dès maintenant dans toutes les bonnes librairies.

- Ou à défaut, commander sur internet : https://www.editions-persee.fr/catalogue/recits/faire-passer-le-message/#.W1hl6sIyWpo

Quelques avis de lecteurs :

- Nicolas Gaillard, journaliste Le Bulletin : « Dans ce livre, Michel Lerond souhaite ouvrir des pistes pour porter un message d’espoir, auprès du grand public et notamment des jeunes ».

- Agnès Poli, avocate : « (ce livre) se déguste comme un bonbon, à toute vitesse et succulent ».

- Marie-France Ramelet, ancienne restauratrice : « Plus on avance dans la lecture et plus on se dit que Michel avait tout compris et étudié avant tout le monde. On peut dire que "Faire passer le message "est d'une actualité brûlante ».

- Joce Hue, journaliste Paris-Normandie-Dimanche :

https://www.paris-normandie.fr/accueil/figures-de-style--michel-lerond-la-science-de-l-urgence-ecologique-CJ13920772

- Jacques Calu, médecin ORL retraité : « Grâce à ton livre je cerne mieux aujourd'hui cette nébuleuse qu'était pour moi le mot écologie ».

- Richard Gauthier, France Bleu :

     https://www.francebleu.fr/emissions/france-bleu-et-vous-l-invite/normandie-rouen/michel-lerond-faire-passer-le-message

- Anne Rubinstein, cheffe de cabinet de Nicolas Hulot : « Le ministre a pris connaissance de ce livre avec intérêt… Il vous félicite pour votre engagement et pour votre contribution ».

- Yvon Robert, maire de Rouen : « Vous avez eu la gentillesse de m’offrir votre livre intitulé « Faire passer le message ». C’est avec beaucoup de plaisir que je vous adresse mes remerciements pour cette délicate attention ».

- Bernard Boullard, professeur émérite : « (votre livre) transpire de sincérité, de sensibilité. Il est riche de mille facettes qui situent excellemment l’homme et son œuvre. Il clame votre attachement à la nature. Il hurle (et le mot est de circonstance) votre inquiétude devant le comportement de l’Homme face à la nature. Il regorge de judicieuses suggestions ».

 

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2018 1 03 /12 /décembre /2018 14:30

      Une précédente chronique de ce blog, en 2011, posait la question : La bourse ou la vie ? Maintenant nous avons la réponse : c’est le fric le plus important. Les Français aiment bien jouer de temps en temps à la Révolution française. Mais les choses se compliquent quand on préfère le pouvoir d’achat, la bourse, à la reconstitution du climat, la vie, tout cela avec de nombreuses contradictions et pas mal de démagogie. Cela revient périodiquement, comme nous l’évoquions en 2014 à propos des « bonnets rouges »…

      Aujourd’hui, ce sont les « gilets jaunes » qui ont pris le relai pour défendre le pouvoir d’achat. Certes les fins de mois sont difficiles pour certains, et quand un patron de Renault-Nissan gagne 600 fois le Smic, on peut comprendre que ça énerve un peu, la décence n’étant pas interdite. Pour autant faut-il rappeler que les barrages routiers ne sont pas une manif, mais une atteinte à la liberté de circulation. Pire encore, un feu allumé sur la chaussée est un délit, grave lorsque l’on brûle des pneus qui dégagent une intense pollution et qui devrait être immédiatement sanctionné. C’est donc s’en prendre précisément à ceux que l’on prétend défendre… d’autant plus que les dégâts occasionnés coûtent un bon paquet de millions aux contribuables ! Les sanctions prévues par le Code pénal pour gêne à la circulation sont particulièrement lourdes, mais rarement appliquée… pour ne pas aggraver la situation. Certes les Français payent des impôts et des taxes, souvent moins que d’autres pays, et en contrepartie bénéficient de services tant pour la santé, l’éducation ou les aides sociales que nombre de pays nous envient. Mais baisser les taxes et augmenter les dépenses publiques n’est guère aisé… N’oublions pas que depuis presque 50 ans, nous avons surconsommé à tout va en générant des déficits des budgets publics français qui atteignent maintenant… 2 000 milliards € de dettes que nous offrons à nos successeurs ! La part alimentaire des budgets familiaux n’a cessé de diminuer pour financer des voitures, vacances ou jouets d’enfants, parfois à crédit. Un peu de décence là encore et ne jouons pas avec le feu : Entendez-vous dans les campagnes cette clameur qui monte, annonciatrice de bien des tourments, écrivions-nous en 2010. Il faut revenir au bon sens, hiérarchiser les urgences. Certes chacun a droit à un confort de vie minimum, mais il faut pour cela d’abord assurer l’avenir de la vie, ce qui n’est plus le cas pour nos petits-enfants, du fait du climat. Nous n’avons cessé de le rappeler.

      Les politiques auraient dû commencer par davantage de pédagogie afin de réexpliquer la nécessité absolue de reconstituer le climat. Il faut alors, dans le même temps, corriger les erreurs du passé pour restreindre l’usage des produits pétroliers et donc de la voiture. Il faut maintenir la taxe carbone très dissuasive, mais dans le même temps réajuster l’ensemble des taxes et non pas les multiplier inconsidérément et réguler les prélèvements fiscaux en tenant compte davantage des revenus réels.

       Qu’on ne s’y trompe pas, il y a URGENCE ! Nous entrons dans une période de turbulences climatiques qu’il faut enrayer… pour assurer notre survie. Nous ne voulons pas regarder les choses en face, pourtant les dérèglements sont là, devant nous, en Asie ou en Amérique, faisant des millions de victimes depuis une vingtaine d’années. C’est loin, mais aussi chez nous dans le Var ou encore… au Mont Blanc, un joyau qui s’écroule : du fait de la fonte des glaciers par le réchauffement climatique, les nombreux éboulements de roches (environ 80 depuis 2005, soit de l’ordre de 100 000 m3 au total) menacent la pérennité du site… Un symbole !

 

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2018 1 26 /11 /novembre /2018 09:45

     A l’occasion de la projection du film « Demain l’abeille : la dette humaine », une dédicace de « Faire passer le message » aura lieu le vendredi 7 décembre 2018 de 19 à 20 heures, dans le hall du cinéma art et essai Omnia République, 28 rue de la République à Rouen.

 

Faire passer le message - Persée, Paris, 2018.- 158 p. - 14€20
          - Dédicace le vendredi 7 décembre 2018 de 19 à 20 heures, dans le hall du cinéma Omnia République à Rouen.

- Ou acheter dès maintenant dans toutes les bonnes librairies.

 - Ou à défaut, commander sur internet : https://www.editions-persee.fr/catalogue/recits/faire-passer-le-message/#.W1hl6sIyWpo

Quelques avis de lecteurs :

- Nicolas Gaillard, journaliste Le Bulletin : « Dans ce livre, Michel Lerond souhaite ouvrir des pistes pour porter un message d’espoir, auprès du grand public et notamment des jeunes ».

- Agnès Poli, avocate : « (ce livre) se déguste comme un bonbon, à toute vitesse et succulent ».

- Marie-France Ramelet, ancienne restauratrice : « Plus on avance dans la lecture et plus on se dit que Michel avait tout compris et étudié avant tout le monde. On peut dire que "Faire passer le message "est d'une actualité brûlante ».

- Joce Hue, journaliste Paris-Normandie-Dimanche :

https://www.paris-normandie.fr/accueil/figures-de-style--michel-lerond-la-science-de-l-urgence-ecologique-CJ13920772

- Jacques Calu, médecin ORL retraité : « Grâce à ton livre je cerne mieux aujourd'hui cette nébuleuse qu'était pour moi le mot écologie ».

- Richard Gauthier, France Bleu :

     https://www.francebleu.fr/emissions/france-bleu-et-vous-l-invite/normandie-rouen/michel-lerond-faire-passer-le-message

- Anne Rubinstein, cheffe de cabinet de Nicolas Hulot : « Le ministre a pris connaissance de ce livre avec intérêt… Il vous félicite pour votre engagement et pour votre contribution ».

- Yvon Robert, maire de Rouen : « Vous avez eu la gentillesse de m’offrir votre livre intitulé « Faire passer le message ». C’est avec beaucoup de plaisir que je vous adresse mes remerciements pour cette délicate attention ».

- Bernard Boullard, professeur émérite : « (votre livre) transpire de sincérité, de sensibilité. Il est riche de mille facettes qui situent excellemment l’homme et son œuvre. Il clame votre attachement à la nature. Il hurle (et le mot est de circonstance) votre inquiétude devant le comportement de l’Homme face à la nature. Il regorge de judicieuses suggestions ».

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2018 2 20 /11 /novembre /2018 08:57

      C'est aujourd'hui l'anniversaire de ce blog. 11 ans !

      C'était déjà l'actualité du moment... regardez : 

http://www.michel-lerond.com/article-14347007.html

      A suivre, puisque l'on n'en a pas fini !

Partager cet article
Repost0