Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 09:14

 

        L’Académie des sciences publie un dossier intitulé « Libres points de vue d'Académiciens sur la biodiversité » (www.academie-sciences.fr/actualites/textes/points_vue_07_07_10.pdf), à l’occasion de l’Année internationale de la biodiversité. Ce dossier présente les réponses de différents membres de l’Académie, aux questions suivantes : Qu'est-ce que la biodiversité ? Quelle est l'importance écologique de la biodiversité ? Quels sont les principaux bénéfices de la biodiversité pour les hommes et leurs sociétés ? Quels sont les faits nouveaux qui suscitent des inquiétudes chez les scientifiques ? L'homme et la biodiversité. Qu'en est-il pour la France ?

         Près de 2 millions d’espèces animales et végétales ont été décrites pour un nombre réel de l’ordre de 10 millions. La diversité écologique est issue de l’évolution, ce qui explique que des espèces et des écosystèmes apparaissent ou disparaissent au fil du temps. Mais le rythme de disparition semble s’être accéléré à l’époque contemporaine, du fait de l’expansion démographique humaine, de la destruction des habitats naturels, de la surexploitation des ressources naturelles, des pollutions et espèces invasives et des changements climatiques. La Conférence des parties de la convention sur la diversité biologique (CDB) des Nations Unies s’était fixé, en 2002, l’objectif de réduire de façon significative la perte de biodiversité d’ici à 2010. Cet objectif n’a pas été atteint. Au contraire, la perte massive de biodiversité (forêts, lacs, récifs coralliens, notamment) a commencé et va entraîner une réduction forte des services rendus par les écosystèmes aux sociétés humaines. Des actions urgentes et d’une ampleur sans précédent sont donc nécessaires, c’est dans cette perspective que le 11 juin 2010, a été créée la plate-forme inter-gouvernementale d’interface science-politique sur la biodiversité et les services rendus par les écosystèmes (IPBES), soit l’équivalent du GIEC pour le climat.

Ce qui frappe à la lecture, c’est le consensus extrêmement large sur le fait que la biodiversité est indispensable à la survie de l’homme, qu’elle est menacée et qu’il est urgent de prendre des mesures drastiques. C’est ainsi que, dans cette semaine à Nagoya, au Japon, lors d’une conférence de l’ONU, la protection de la biodiversité sera un enjeu essentiel, dans la mesure où la disparition des espèces et écosystèmes à un rythme accéléré pénalise en premier lieu les populations les plus pauvres.

Pour qu’un message aussi simple et primordial puisse trouver écho auprès du grand public, je ferai mienne la formule de Robert Barbault, écologue au Museum national de Paris, cité dans le dossier : « La biodiversité, c’est le passage du concept de l’homme et la nature à celui de l’homme dans la nature à tous égards, pour le meilleur et pour le pire ».

Partager cet article

Repost0
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 08:18

 

Après 2010 l’année de la biodiversité, voici 2011, l’Année internationale de la chimie. Voilà une bonne occasion de s’interroger sur le sens des mots. Que n’a-t-on entendu dire du mal de la chimie. A bas les produits chimiques et vivent les produits naturels ! Oui, bien sûr, mais que signifient vraiment ces expressions ? Dans le langage populaire, produit chimique rime avec pollution et toxicité, alors que produit naturel s’accorde avec bienfaits et santé. Mais voilà, un produit chimique comme le chlore est abondant dans la nature, en lien direct avec le sel de table, nécessaire à de nombreuses formes de vie ; et un produit naturel, comme la pomme de terre peut produire des fruits très toxiques (à ne pas confondre avec les tubercules que l’on mange). Autre exemple troublant, l’if commun est au arbre fréquent sur les sols calcaires. Toute la plante est toxique (200 mg/kg suffisent à tuer un cheval) sauf la minuscule baie. En 1971, les chimistes ont isolé une molécule, le taxol, puis en 1980, le taxotère encore plus efficace pour soigner certains cancers. On pourrait ainsi multiplier les exemples montrant la dualité des produits chimiques ET naturels, ou l’inverse. De fait, la chimie est présente partout, discipline à la frontière de la biologie dont il est parfois difficile de la dissocier. Ainsi, la chimie de synthèse, sans doute la plus redoutée du grand public, offre la possibilité de créer des substances plus performantes que celles issues directement de la nature.

Bien sûr, la mauvaise réputation de la chimie est une rémanence d’accidents dus parfois à un manque de précaution, voire des négligences. Les accidents de Bhopal (explosion d’une usine de pesticides en Inde en 1984, faisant entre 3 500 et 25 000 morts selon les sources) ou d’AZF (explosion d’un stock de nitrate d’ammonium à Toulouse en 2001, faisant 30 morts et 2 500 blessés) sont dans toutes les mémoires, par exemple. En ce moment même, la rupture d’un réservoir dans une usine de production d’aluminium, en Hongrie, résulte sans doute de l’effet conjugué de fortes pluies et de négligences de l’industriel…

Sans doute des progrès peuvent-ils être encore réalisés, mais la profession de la chimie française, globalement consciencieuse, est soucieuse aussi de son image. C’est pourquoi, en 2009, une charte déontologique a été signée qui l’engage à « améliorer constamment la connaissance de l’impact des substances chimiques sur la santé et l’environnement ». A cette démarche volontaire, s’ajoute un cadre réglementaire très strict (le programme européen REACH de 2006, entre autres) pour la gestion des substances chimiques afin de les enregistrer, les évaluer et les autoriser ou non sur le marché. Puisse la chimie être associée à l’idée de santé de l’environnement ET santé des citoyens ; à chacun de faire un effort de sémantique pour ne pas tout mélanger.

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 08:09

 

         Du fait de son essor, le bloc asiatique laisse souvent perplexe, bien que de nombreux signes nous rendre optimistes. La Chine, qui prévoit un milliard de citadins pour 2030, semble entraînée vers toujours plus de croissance. Mais, dans le même temps, les écocités se multiplient, les règlements et incitations poussent au recyclage, ce sont autant de possibilités de réelles avancées. Voir aussi « Une Chine écolo ? » www.michel-lerond.com/article-20514236.html  Plus étonnant encore, le gouvernement chinois n’hésite pas à contraindre les industries les plus énergivores (2 087 usines en août 2010), allant jusqu’à couper l’électricité en cas de non respect des consignes. La multiplication des affaires liées à la pollution a fait prendre conscience du facteur d’instabilité sociale qu’elle représente. Certes les défis à relever sont immenses, mais la Chine semble avoir compris le double intérêt environnemental et économique que représentent les énergies alternatives, les véhicules hybrides ou électriques et l’économie décarbonée.

De même, en Inde, le gouvernement n’hésite plus à bloquer, voire annuler, des projets industriels. C’est ainsi une centaine de projets qui ont été annulés en 2009, suite à des études d’impact environnemental, en raison des effets négatifs sur la biodiversité, la qualité de l’air ou la sécurité de la population. L’industriel minier français Lafarge a découvert cette nouvelle politique, à ses dépens.

          La Russie n’est pas en reste. Longtemps à des années lumière des préoccupations environnementales, voilà que des mesures sont prises pour économiser l’énergie, informer les téléspectateurs sur les problèmes écologiques ou anticiper les risques liés au réchauffement climatique. Suite à la canicule de l’été 2010, le pouvoir en place a pris conscience de la vraie dimension politique du mouvement écologiste russe… qui pourrait devenir menaçant. C’est ainsi que le 26 août, le président russe a fait stopper la construction de l’autoroute Moscou-Saint Pétersbourg parce qu’elle détruisait 144 hectares de forêt. Opportunisme ou changement de cap, ou les deux ?

          Plus à l’Est encore, le Japon s’interroge sur son déclin économique et prend conscience des bienfaits d’une croissance modeste, fruit d’une économie relocalisée.

          Quoi qu’il en soit, la route sera longue et cahotique vers un équilibre environnemental, mais l’espoir est là. Cela ne se fera pas sans réformes des systèmes politiques. La préservation de l’environnement suppose que les citoyens soient associés aux décisions, que le pouvoir soit partagé, en un mot que la démocratie fonctionne ; c’est ce que viennent de rappeler journalistes, universitaires et la prestigieuse Académie des sciences sociales, au pouvoir chinois.

Partager cet article

Repost0
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 07:52

 

Ainsi donc, la marée noire du golfe du Mexique, c’est fini, à ce que l’on dit… « Inaugurée » dès 1967 par l’échouage du Torrey-Canyon en Bretagne (120 000 tonnes de pétrole brut), l’ère des marées noires aura connu de grands succès avec notamment, en juin 1979, le déversement d’un million de tonnes de pétrole dans le golfe du Mexique, déjà !

En 2010, c’est environ 700 000 tonnes qui ont été répandues à la suite de l’explosion de la plate-forme Deepwater Horizon, le 20 avril. Dès le début, il a été admis que British Petroleum était responsable et devrait financer le coût des opérations de dépollution. Mais en fait, malgré la surmédiatisation de cet évènement, aucune loi américaine n’a été modifiée, sans même relever le plafond, très bas, auquel sont limités les dommages aux particuliers. Le poids politique du lobby pétrolier est tel que Républicains et Démocrates se sont opposés à toute modification de la loi actuelle.

Dans le même temps, deux oléoducs explosaient dans le port de Dalian au nord-est de la Chine, le 15 juillet. Ce serait 1 500 tonnes de pétrole qui se sont déversées dans la mer avec un impact écologique prévu pour une décennie… et une audience médiatique très modeste.

Et pendant ce temps-là, dans le delta du Niger, au sud du Nigéria, il ne se passait rien… ou presque. Rien que de l’ordinaire, puisque voilà déjà 50 ans que le pétrole s’écoule dans la mangrove et les marais. En mai, Shell a reconnu que 14 000 tonnes de brut avaient été déversées dans la nature en 2009. De plus, un oléoduc d’Exxon Mobil s’est rompu le 1er mai, rejetant 4 millions de litres pendant une semaine. Les pétroliers et les groupes armés qui détournent le pétrole se rejettent la responsabilité de cette situation. Forêts et terres agricoles sont recouvertes d’un liquide huileux, les puits d’eau potable sont pollués, la pêche a dû être abandonnée, mais les regards extérieurs sont mal venus. Selon le WWF, ce serait de l’ordre de 1,5 million de tonnes de brut qui auraient été déversées dans le delta du Niger en 50 ans ! Les autorités nigérianes ont recensé officiellement plus de 7 000 marées noires entre 1970 et 2000.

Vroum, vroum. Prout, prout. Bonne promenade. Ah, au fait, le fonds du puits est en vue, enfin !

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 19:17

 

C’est à partir des années 1960-70 que les installations portuaires de Rouen ont commencé à glisser vers l’aval. Tant et si bien que les Rouennais on fini par oublier qu’ils habitaient une ville-port. Depuis les années 1990, la ville et le port se sont retrouvés sur le plan de l’urbanisme au point d’imaginer ensemble une nouvelle osmose (Voir aussi Rouen-sur-Seine ? : http://www.michel-lerond.com/article-18552616.html). La ville de Rouen a fait alors de la requalification des quais une des actions prioritaires de son projet urbain. C’est dans le même temps qu’avait été proposée une coulée verte qui aurait pu constituer une diagonale de toute l’agglomération en passant par les berges de la Seine et donc le port. Dans cette perspective, j’avais proposé au port, à l’époque, de mieux se mettre en valeur par des aménagements paysagers et une forme de tourisme portuaire qui aurait pu s’appuyer sur des « folies », comparables à celles du parc de la Villette à Paris.

A la Villette, les 25 folies de Bernard Tschumi, architecte franco-suisse, sont une version contemporaine des gloriettes. Ces constructions cubiques, un peu abstraites, ont une simple vocation décorative ou fonctionnelle en abritant des services d’information, des expositions ou autres. Dans le cas présent du Port de Rouen, ces folies pourraient être conçues comme autant de lieux d’information sur la Seine, ses activités économiques, ses paysages, sa biodiversité, son fonctionnement hydraulique, etc. Ces constructions pourraient être conçues comme des promontoires permettant d’avoir une vue d’ensemble sur les installations portuaires, pour mieux en comprendre le fonctionnement et l’utilité. Ces folies pourraient être situées sur le vélo-route qui suit la Seine et même être desservies par une ligne de transports en commun qui ne fonctionnerait qu’en fin de semaine pour permettre une liberté de promenade compte-tenu des distances à parcourir.

C’est un peu ce qui s’amorce actuellement. Après l’aménagement de l’Espace des marégraphes, sur la rive droite, avec restaurants, salles de sport, promenades plantées, c’est au tour du boulevard maritime, sur la rive gauche, d’être réaménagé de façon paysagée. Cette « révolution portuaire » est complétée par un test de reconstitution de berges végétales, en remplacement des berges en bêton. Création de mares, parcours pédagogiques ou recréation de zones humides témoignent aussi de l’avancée.

Ah vraiment, le Port de Rouen c’est fou !

Partager cet article

Repost0
24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 09:24

La pollution atmosphérique a connu « ses belles heures », si l’on peut dire, pendant les années 1970. A cette époque, on prenait conscience de son importance et de ses effets. C’est alors que l’on a commencé à la mesurer, par des méthodes physiques, ou à l’évaluer, par des méthodes biologiques. Les résultats de ces investigations étaient souvent très alarmants et une série de mesures furent prises progressivement pour réduire les pollutions (réglementation), en suivre l’évolution (associations agréées pour la surveillance de la qualité de l’air) ou se concerter sur les progrès à réaliser (Secrétariats permanents de prévention des pollutions industrielles). Plus récemment, ont été mis en place des Plans régionaux de qualité de l’air. Quarante ans plus tard, on peut dire que tous ces efforts ont porté leurs fruits et les pics de pollution ont sensiblement diminué.

A y regarder de plus près, les résultats sont toutefois à relativiser, dans la mesure où les pollutions de fond demeurent un enjeu majeur. Les polluants classiques ont bien régressé mais des polluants nouveaux sont à prendre en compte et 45 % de la population urbaine européenne est exposée à des polluants pouvant porter préjudice à sa santé (particules et ozone notamment). De plus, les dérèglements climatiques peuvent engendrer des détériorations graves de la qualité de l’air, comme on vient de le voir à Moscou, en période de sécheresse avec incendies de forêt. Les synergies sont, à cet égard, très complexes et peuvent jouer dans les deux sens : les incidences climatiques peuvent engendrer de la pollution et certaines pollutions peuvent modifier le climat…

Par ailleurs, pendant longtemps, on a considéré que la pollution était « extérieure », en négligeant la qualité de l’air à l’intérieur des locaux. Fort heureusement il a été remédié à cela, en termes d’études, et on sait maintenant que, bien souvent, l’air de notre salle de bain ou de notre cuisine est bien plus pollué que celui de notre quartier, ou que l’habitacle de notre voiture est plus pollué que la rue dans laquelle nous circulons.

L’origine de la pollution de l’air a souvent été rattachée aux activités industrielles, de transport et au chauffage des bâtiments. Cela reste vrai bien sûr, mais certains polluants ont certainement été sous-estimés, comme les pesticides, produits chimiques très complexes comptant environ 1 200 ingrédients, dont on connaît mal l’incidence sanitaire. Les quelques études menées sur le sujet montrent que les pesticides sont présents partout dans l’atmosphère, aussi bien dans les campagnes que les villes, exposant ainsi la quasi-totalité de la population. L’agriculture industrialisée est ainsi devenue une source de pollution de l’air importante et dont l’étude a été trop négligée jusqu’à maintenant.

Partager cet article

Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 09:38

 

       L’été 2010 est très chaud et sec ou… très humide, selon les contrées. Ainsi la Russie a connu une canicule avec des températures proches de 40° pendant plusieurs semaines (6° de plus que la moyenne historique). Les incendies qui en ont résulté ont détruit près de 700 000 hectares de forêts et milieux naturels (l’équivalent du quart de la forêt française). Pas très loin, le Pakistan connaît des inondations très importantes qui ont affecté 20 millions de personnes, fait au moins 1 600 morts et détruit 130 000 habitations. Du fait de précipitations supérieures de 15 % aux moyennes saisonnières, la Chine connaît aussi des inondations qui ont affecté environ 300 millions d’habitants (!!), tué 1 300 personnes depuis la mi-juillet et détruit 22 000 bâtiments. Plus au sud, au Niger la sécheresse sévit depuis fin 2009, occasionnant une baisse de 10 % de la récolte céréalière et de 70 % de la production fourragère, et entraînant la famine pour 7 millions de personnes, la moitié de la population.

Tous ces incidents climatiques résultent bien sûr de particularismes locaux et les causes peuvent en être multiples, y compris des modifications profondes des équilibres naturels par les activités humaines. Mais il semble bien que l’on entre dans le scénario global envisagé pour les modifications climatiques : plus chaud et sec ou plus humide, de façon assez aléatoire.

Et en France ? La sécheresse sévit également et 52 départements ont été soumis à des restrictions d’eau. Ainsi, en Seine-Maritime, le déficit de pluviométrie dans les premiers mois de l’année a été compris entre 63 et 82 % selon les contrées. Les agriculteurs ont entamé les réserves de foin pour nourrir les animaux, faute d’herbe dans les prairies et la récolte de blé est médiocre.

En Russie, près de 10 millions d’hectares de blé ont été détruits par la sécheresse, le cinquième du total. La situation est comparable chez les grands exportateurs de blé de l’hémisphère Nord. Ceci explique que le prix du blé ait doublé cet été. Tous ces exemples nous ramènent à des considérations basiques : assurer d’abord l’alimentation des populations. L’agriculture industrialisée a oublié un peu trop vite que la nature garde ses droits. Autrefois le saltus était une terre sauvage qui constituait, de fait, une réserve de nature et une possibilité de cueillette, en complément de l’ager, la terre cultivée. Le saltus, à la végétation diversifiée, était un écosystème fonctionnant de façon autonome et avait vocation, entre autres, à nourrir le bétail. Il constituait ainsi une zone tampon, propre à atténuer les effets du climat sur l’ager.

Alors que nous sommes confrontés à davantage de catastrophes naturelles, on constate que la capacité d’anticipation reste faible et que les réponses ne sont pas au niveau souhaité.

Partager cet article

Repost0
9 août 2010 1 09 /08 /août /2010 18:02

         Une autre fleur de la Normandie des jardins à découvrir dans le Calvados :

 

Le jardin botanique de Caen, d'origine universitaire (créé en 1689), fut le 3ème jardin botanique en France après ceux de Montpellier et de Paris et connut une grande renommée au 18ème siècle.

Le jardin était, à l’origine, une carrière d'extraction de calcaire, la "Pierre de Caen", une face d'extraction est d'ailleurs encore visible dans le parc. En 1891, sont édifiés l'institut botanique et la serre expérimentale, où le savant botaniste de Caen, Noël Bernard découvrit le phénomène de la symbiose des orchidées avec les champignons. Cette découverte scientifique permit de développer au XXème  siècle la culture et la commercialisation des orchidées. Le jardin des plantes de la ville de Caen présente sur 3,5 ha :

- une collection de la Flore de Basse-Normandie (900 plantes),

- un jardin thématique (plantes médicinales, tinctoriales, aromatiques, textiles...),

- deux rocailles,

- un parc de promenade avec des arbres remarquables (sophora 1750, séquoia 1890…) et des jeux pour enfants,

- des collections de plantes d'intérieur réparties en 4 compartiments : une serre de plantes succulentes, une serre chaude, une serre tempérée et une serre froide.

Le jardin botanique de la ville de Caen est un jardin agréé "Jardins botaniques de France et des pays francophones" et possède 3 collections nationales CCVS (Conservatoire de Collections Végétales Spécialisées) de plantes de serres. Le jardin des plantes de Caen réussit cette prouesse de constituer une enclave hors du monde en centre ville et d’offrir à l’amateur éclairé tout le support nécessaire à une leçon de botanique de haut niveau.

 

Pour s’y rendre : 5 place Blot, 14000 Caen

En entrant dans la ville, direction Caen-Centre. Situé non loin du Château et de l’Université. En bus, ligne 10 vers Côte de Nacre, arrêt « Jardin des Plantes » ou vers Cambes-en-Plaine, arrêt « Rue Bosnière ». Ligne 18, arrêt « Jardin des Plantes » dans les deux sens – Tel. 02 31 30 48 38 - www.ville-caen.fr/DevDurable/Espacesverts/jardinplantes/index.asp

Ouvert toute l’année en accès libre et gratuit : dimanche et jour férié à 10 h, semaine à 8 h, Noël et jour de l’An à 14 h. Fermeture entre 17 heures 30 et 20 heures selon la saison. Les serres sont libres d’accès de 14 h à 17 h.

Partager cet article

Repost0
3 août 2010 2 03 /08 /août /2010 09:45

 

       Une autre fleur de la Normandie des jardins à découvrir en Seine-Maritime :

 

Le jardin des plantes de Rouen a  été créé au XVIIIème siècle par un groupe d’amis botanistes, fondateurs de l’Académie des sciences, belles lettres et arts de Rouen, ce jardin connut dès l’origine une vocation scientifique. Au fil du temps, le jardin s’enrichit d’une grande serre centrale (achevée en 1842 et classée monument historique) puis de serres tropicales et offre maintenant 5 600 espèces de la flore mondiale. C’est un ensemble digne des encyclopédistes avec orangerie, roseraie, rocaille, plantes médicinales et aromatiques, verger conservatoire.

A chaque saison, le visiteur peut contempler fleurs, feuillages ou plantes exotiques avec un foisonnement de couleur, dans l’intimité d’une allée discrète ou en pleine lumière le long de la grande perspective très fréquentée et qui traverse tout le jardin (8 ha). Les collections d’iris, rhododendrons, roses, chrysanthèmes ou encore de plantes carnivores sont très importantes. Mais la collection de fuchsias, avec 911 espèces et variétés, connaît une notoriété au moins nationale (Cette collection n’est accessible qu’exceptionnellement ou sur demande). Parmi les arbres, rares ou particulièrement décoratifs, certains ont acquis une taille remarquable comme les Ginkgo, hêtre pourpre ou séquoia géant.

          A la suite d’aménagements successifs, le jardin des plantes de Rouen concilie à merveille un lieu de promenade très prisé des Rouennais, un conservatoire botanique important et un support pédagogique remarquable (l’étiquetage rigoureux des plantes permet une leçon de botanique du plus haut niveau). La vocation botanique des origines perdure (avec sa banque de graines) et marque ainsi l’héritage d’une longue tradition.

 

Pour s’y rendre : 114 ter avenue des Martyrs de la Résistance, 76100 Rouen

A la limite sud de la ville, à proximité du rond-point des Bruyères – Tel. 02 32 18 21 30 - www.rouen.fr/jardinplantes

Ouvert librement du 1er janvier au 31 décembre de 8 h 30 à la tombée de la nuit (été : 19 h 45, hiver : 17 h 15).

Partager cet article

Repost0
26 juillet 2010 1 26 /07 /juillet /2010 17:08

 

         Une autre fleur de la Normandie des jardins à découvrir dans le département de la Manche :

 

       Le parc des Ravalet accompagne le château qui fut construit entre 1562 et 1575 par Jean II de Ravalet, seigneur de Tourlaville. Il devint la propriété de la ville de Cherbourg en 1935. René de Tocqueville, neveu de l’écrivain Alexis de Tocqueville, aménagea le parc en y insérant des pièces d’eaux et une serre à rotonde et une magnifique cascade artificielle à plusieurs étages avec torrent.

          Le jardin à la Française a été créé dans les années 1860 en même temps que la serre rotonde. La particularité de ce jardin est la rigueur des massifs de rosiers et de plantes annuelles et bisannuelles, ainsi que la taille des ifs et des buis en cône. Les jardins à l’Anglaise assurent la continuité autour de l’étang avec une grande diversité d’espèces, constituées en grande partie de plantes de terre de bruyère. La prairie est une grande étendue de pelouse autorisée au divertissement du public avec une aire de jeux pour enfants. A proximité, une mare a été réaménagée en 2002 avec des plantations diverses d’arbustes, de vivaces et de bambous.

            La volonté d’aménagement du parc a été d’éviter de créer un arboretum classique mais plutôt de mélanger toutes les espèces des 5 continents. Les plus vieux arbres sont le Pseudotsuga, l’Araucaria, les néfliers, cèdres de l’Atlas, le Taxus baccata, les marronniers, hêtres et chênes. Aujourd’hui, le parc fait 17 ha dont 3 de bois plantés en janvier 2000 (avec le concours d’enfants de Cherbourg).

          En 2008, le jardin a évolué avec la réalisation de jardins du Moyen-Age (jardin courtois, de cloître, de préau, jardin verger) avec l’objectif d’une évolution pour la manifestation 2010 vers un jardin de roses anciennes.

          Le service Embellissement s’inscrit dans une démarche de développement durable pour ses espaces verts, il n’utilise plus de désherbants chimiques mais des techniques alternatives. Le service contrôle l’arrosage, utilise des paillages, choisit des végétaux adaptés, utilise la protection biologique intégrée.

       Le parc des Ravalet est une des plus belles fleurs de Normandie qu’il faut voir absolument.

 

Pour s’y rendre : Avenue du Château, 50110 Tourlaville

Sortie est de Cherbourg. Parc signalé depuis le centre de Tourlaville – Tel. 02 33 87 88 98 - www.ville-cherbourg.fr

Ouvert toute l’année librement selon les horaires suivants : janvier, février, novembre, décembre de  8 h 30 à 17 h ; mars, avril, septembre, octobre de 8 h à 18 h 30 ; mai, juin, juillet, août de 8 h à 19 h.

Partager cet article

Repost0