Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 18:21

Depuis le 14 avril 2010, le volcan islandais Eyjafjöll, situé au sommet du glacier Eyjafjallajökull à 1 600 mètres d’altitude, est entré en éruption, rejetant un panache de cendres et de poussières jusqu’à 11 km de hauteur. Le nuage volcanique de particules de roches pulvérisées et gaz a contraint, à plusieurs reprises, à la fermeture temporaire de nombreux aéroports (plus de 25 en France) et à l’annulation de milliers de vols. Depuis 1982, la vigilance est forte dans ce domaine, compte-tenu des dommages survenus à des avions en pareille circonstance. Les conséquences économiques sont lourdes, bien que ce phénomène ne soit pas nouveau et que les conséquences, cette fois-ci, aient été assez légères. En 1783 en effet, l’éruption du Laki, autre volcan islandais, avait entraîné la mort de 80 % des moutons, de la moitié des bovins et chevaux et de 20 % de la population islandaise, sous l’effet de la fluorose. En Europe 160 000 personnes auraient péri et les poussières occasionnèrent des changements climatiques sur quelques années : hiver précoce et rigoureux, puis inondations.

Chaque jour arrivent en Europe par avions cargos des millions de roses du Kenya, d’Ethiopie ou du Brésil, des haricots verts du Sénégal, des tomates de Chine, des pommes de terre « bio » d’Egypte. Trois jours après le début de l’éruption, les fermiers kenyans ont dû jeter des tonnes de fleurs et légumes destinés à être exportées vers l’Europe et licencier 5 000 employés… Des vacanciers ont été contraints d’attendre le redécollage d’avions bloqués au sol et des vacances ont été gâchées…

Différences de situations et de conséquences entre le Nord et le Sud. N’a-t-on pas atteint la limite de notre société mondialisée à l’excès, avec flux tendus de marchandises fraîches d’un bout à l’autre de la planète et déplacements inconséquents de personnes. La controverse sur un recours trop fort au principe de précaution a été vive, mais quelles consommations sont vraiment utiles ou futiles, quels déplacements sont vraiment obligés ou superflus ?

La nature est généreuse mais pas toujours hospitalière et peut faire preuve, parfois, d’une force ravageuse. S’affranchir de la nature est un leurre, nous n’avons pas d’autre choix que de composer avec elle, et donc prévoir et anticiper ses caprices.

Il nous faut revenir au bon sens avec relocalisation de l’économie, production de proximité, consommée fraîche en fonction des saisons, et réinvention du temps long pour les transports. Il nous faut accepter que la nature soit la plus forte, aller moins loin et moins vite. A-t-on vraiment tiré la leçon des évènements récents pour semer des poussières de raison ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Environnement
commenter cet article

commentaires

Pierre 08/06/2010 11:06


J'y étais allé de mon petit mot à l'époque.

http://pierre-et-les-autres.over-blog.com/article-hotelier-a-roissy-49281281.html


Michel Lerond 09/06/2010 14:40



Merci Pierre de cette info de complément. Effectivement, ce blog est à voir et cette chronique particulière évoque un aspect du problème, notamment en rapport avec la médiatisation d'un tel
problème.


Michel



Pierre 08/06/2010 10:22


On ne peut qu'être d'accord avec la force "supérieure" de la nature. Et pourtant...
Que ce soit pour raisons professionnelles ou pour nos vacances, nous nous déplaçons facilement en voiture ou en avion...En pensant que NOTRE pollution est plus intelligente que celle des autres.
"Pour une fois que c'est moi".
Professionnel : un "local" aurait pu faire le lien avec notre société, par exemple.
Vacances : le soleil de la côte d'azur est le même que celui de Maurice, par autre exemple.

Mais la culture passe aussi, je pense, par les voyages pas obligatoires (et pas bronzette bête) mais tellement enrichissants.

Et puis pour une fois que c'est moi et pas les bananes ou les roses.


Michel Lerond 09/06/2010 14:21



Merci Pierre. Eh oui, ce n'est pas si facile la remise en cause... pour chacun de nous. C'est tellement plus simple quand il s'agit des autres. Bon courage !


Michel



Danielle Lerond 17/05/2010 23:41


Un article très éloquent. Merci Michel pour ce bain de réalité on ne peut plus explicite... Les dommages humains et écologiques dus aux ambitions irréfléchies des hommes s'ajoutent et amplifient
les catastrophes "naturelles" telles que celles-ci... sans parler de ceux que nous sommes capables de faire tous seuls (la marée noire, par exemple)... Composer avec Dame Nature reste néanmoins
plus plausible que de composer avec l'avidité de certains de nos .... semblables ...!


Michel Lerond 18/05/2010 15:57



Merci Danielle et d'accord avec Toi, finalement c'est tout de même plus simple (ou moins compliqué) avec la nature qu'avec certains humains...


Michel