Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 07:26

Compte-tenu des évolutions de notre société, chacun a conscience que nous avons changé d’ère, mais peut être pas à un tel niveau. En effet, bien que cette vision des choses ne soit pas encore tout à fait homologuée, les géologues considèrent que nous avons changé d’ère géologique, en passant de l’Holocène (datant de 10 000 ans, c’est la dernière période interglaciaire du Quaternaire) à l’Anthropocène, rien que çà ! Cette nouvelle époque de la Terre est en effet caractérisée par le fait que c’est désormais l’homme qui façonne la planète avec le plus d’ampleur.

Anthropocène, mot constitué à partir de deux racines grecques « homme » et « récent », est apparu à la fin du 20ème siècle, après que l’on ait pris conscience de cette évolution vers 1950, après l’explosion de la première bombe atomique. La dissémination des matières radioactives qui en est résulté a concerné la planète entière suite à une intervention humaine, une grande première ! Pour notre part, totalement convergent dans l’analyse, nous avions appelé cette ère (de 1969 à 2050 approximativement), l’ère de la communication ( http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=24878). 

Même si cette révélation paraît énorme, il faut bien se rendre à         

l’évidence : la planète a d’ores et déjà dépassé certaines limites, que ce soit en matière de climat bien sûr, mais aussi de pollution, de consommation des ressources… Quant à la biodiversité, dont nous puisons tout ou presque : les chercheurs estiment que la planète peut surmonter la disparition de 10 espèces par an, sur un capital d’un million. Actuellement, le taux d’érosion de la biodiversité est 10 à 100 fois supérieur à ce seuil, jugé maximal ! Jusque quand pourrons-nous tenir ?

C’est un défi pour l’ensemble de la civilisation qui est devant nous. Il nous faut maintenant aller au-delà de la simple connaissance des phénomènes pour inventer une nouvelle relation entre la vie humaine et la vie de la planète. Cela suppose une révolution culturelle et une gouvernance planétaire pour gérer, a minima, ce qui conditionne notre survie. Ce processus de la dernière chance passe nécessairement par l’éducation, la sensibilisation et la formation, processus déjà largement entamé depuis, précisément les années 1960-70, mais qui doit être poursuivi avec âpreté et rapidité.

Les 50 ans qui viennent seront décisifs, soit en inventant le bon compromis entre nature et culture, soit en sombrant dans un grand effondrement de l’espèce humaine… Gageons que, au bord du précipice, l’Homme saura réagir et que l’Anthropocène n’aura été alors qu’une courte période géologique marquée par l’invention d’une civilisation possible, réconciliée avec la nature.

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Refaire le monde
commenter cet article
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 18:04

Dans dix jours, le calendrier nous annonce le printemps, au moment où les esprits sont chagrins, moroses, angoissés parfois devant tant de difficultés économiques, sociales, politiques. Bref, rien ne va plus… Parmi d’autres signaux d’alerte, un tiers des jeunes s’est abstenu de voter lors des dernières élections présidentielles françaises. Combien cette fois aux élections départementales ? Il faut dire qu’appeler à voter pour des représentants de cantons qui n’ont pas grand sens dans le contexte de départements appelés à disparaître, on peut faire mieux en matière de redynamisation de la démocratie !

Pourtant les jeunes justement, se sentent très concernés par les défis à long terme, beaucoup plus que par la délégation de pouvoirs à des adeptes du court terme. L’abstention peut être, parfois, un mode d’expression politique. Les jeunes ne se mobilisent plus guère pour les traditionnels partis ou syndicats, mais plutôt de façon intermittente et spontanée à travers les réseaux sociaux. Cette manière de faire comporte des risques d’exagération et de dérive, mais parvient souvent à permettre le débat sans agressivité. Les jeunes n’ont pas renoncé à faire évoluer leur quotidien, mais ils le font surtout à partir d’initiatives individuelles, dans un monde en réseau qui privilégie l’échange et la coopération plutôt que la concurrence.

Maintenant, l’information est accessible sur tout sujet, partout et en tous temps. Si ce n’est pas une révolution cela ? Malgré elle peut être, l’école est en train de s’adapter et les enseignants doivent faire leur propre révolution, inventer de nouvelles manière d’enseigner, en n’étant plus le pivot de la classe, mais l’animateur qui suscite la motivation, assisté de l’ordinateur. Il faut amener de l’émulation chez les élèves plutôt que de la compétition. Ce, phénomène n’est pas seulement français ou européen, mais quasi mondial. L’école doit toujours enseigner les bases, lire-écrire-compter, certes, mais l’enseignant devient un coach, un guide plus qu’un « maître », il évolue vers un partenariat avec les élèves travaillant en équipe, pour eux-mêmes et avec une assistance technologique. Cette nouvelle donne peut déstabiliser les has been qui ne voient là que passivité et individualisme, alors que c’est le contraire qui est en train de s’opérer.

Comme le souligne très bien Jean-Paul Delevoye, président du Conseil économique, social et environnemental, « Nous ne vivons pas une crise, mais une métamorphose de notre société ». C’est ainsi que les défis du développement soutenable motivent les jeunes et que certains s’engagent dans la création d’entreprises relatives à la transition écologique, par exemple. Jean-Paul Delevoye ajoute que « L’innovation est une contestation. C’est une désobéissance réussie. » Voilà tout est dit, le printemps pointe son nez !

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Refaire le monde
commenter cet article
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 07:37

Le GIEC a publié fin 2014 son 5ème rapport de 5 579 pages, que les politiques… ne liront pas. Comment contredire un tel rapport, fruit du travail de 800 scientifiques qui se sont appuyés sur un total de 30 000 études passées en revue ! Une synthèse (116 pages) résume le propos et rappelle inlassablement les mêmes choses depuis des années, à savoir que le changement climatique a commencé et que nous en voyons déjà les effets.  

Il reste donc peu de temps pour juguler la hausse des températures et la maintenir sous les 2°, considérés comme le seuil à ne pas franchir. Pour atteindre cet objectif, il faudrait réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) de 40 à 70 % d’ici 2050. Vaste programme !

Le rapport du GIEC précise que la concentration de GES dans l’atmosphère atteint actuellement les niveaux les plus élevés depuis 800 000 ans. L’année 2014 a été l’année la plus chaude mesurée depuis 1880 (13,8° de moyenne pour la France, soit 1,2° de plus que la normale).

Il y a donc urgence à agir. Bien entendu, personne ne doute de la sagesse des dirigeants et de notre volonté à nous de modifier notre façon de vivre. Et sinon ? Sinon, on peut s’attendre à quelques modifications de notre train-train quotidien, par exemple :

-      Elévation du niveau des océans (de 26 à 82 cm attendus d’ici 2100), et recul des côtes, amplifié par des facteurs liés à l’urbanisation,

-      Banalisation des canicules, ce qui fera de celle de 2003 un épiphénomène et carence d’eau dans les zones plus vulnérables, avec des risques forts de guerre de l’eau,

-      Augmentation des incendies de forêts par l’action conjuguée de l’assèchement du milieu forestier et de l’augmentation des coups de foudre,

-      Records de pluies avec des inondations exceptionnelles,                               

-      Raréfaction de certains produits de la mer à cause du réchauffement des océans, etc.

Combien même les pays du Nord parviendraient-ils à réduire leurs émissions de GES, elles sont largement compensées par celles des pays émergents.

Tout a été dit, la planète atteint sous nos yeux des points de rupture à partir desquels le réchauffement peut devenir hors de contrôle. Le sommet de Paris aura lieu dans 9 mois, juste le temps « d’accoucher » d’un plan d’action rigoureux et contraignant, faute de quoi nos petits enfants… pourraient avoir de gros soucis !

En somme ce sont les cinq dernières minutes…

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Refaire le monde
commenter cet article
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 15:19

Ce qui frappe actuellement, c’est une montée du rejet de la nature, de l’écologie, de la protection de l’environnement par une partie de la population. C’est vrai qu’il existe un discours radicalisé, dogmatique, sur l’environnement. Pour ma part, au risque de me répéter, je distingue l'écologue de l'écologiste. Il faut distinguer, en effet, la prise en compte d’un écosystème dans sa globalité de la protection de ses composantes particulières. La notion récente de « services écologiques » a fait évoluer les conceptions en admettant aussi qu’il faut protéger la nature parce que sa dégradation a un coût, en termes de catastrophes naturelles ou d’épuisement des ressources.

Mais les vieux principes, liés aux philosophies et aux religions, reprennent vite le dessus, à savoir que l’espèce humaine se distingue de la nature, est au-delà de la nature, opposant toujours nature et culture. Pourtant c’est bien la nature qui est la source originelle de toute chose. Les oppositions de cultures ont généré des concurrences entre humains, d’autant plus dans un monde qui ne dispose pas de ressources inépuisables, ce qui engendre la convoitise, parfois la guerre et la barbarie.

On assiste en effet actuellement à la montée d’un discours réactionnaire qui rejette en vrac tout ce qui touche à l’environnement. On voit cela dans l’actualité, avec parfois des caricatures, comme les agriculteurs qui veulent continuer à traiter leurs cultures, même au voisinage immédiat d’une école... Dans ce discours, peu importe les risques pour la santé ou l’environnement, si “ça fait vivre” en apportant des emplois ou du fric, c’est bon... Bien sûr, la réalité est plus complexe et en matière d’environnement, il n’existe quasiment pas de problème simple, parce qu’il y a toujours, plus ou moins des enjeux économiques qu’il faut conjuguer avec des risques sanitaires ou autres. Il faut arbitrer, donc faire des choix, donc accepter des inconvénients. La règle dominante est qu’il faut toujours privilégier l’Homme, mais à court et à long terme, ce qui n’est pas toujours simple.

Si la nature se passe volontiers de nous les humains, au contraire nous avons besoin d’elle tout simplement pour satisfaire nos besoins primaires d’espèce animale.  

Au-delà, il y a bien sûr notre intelligence, nos facultés créatrices, nos conceptions du monde qui nous ont permis d’inventer la civilisation.

Tout cela devrait déjà être compris et assimilé, faute de quoi il faudra bien un jour contraindre les comportements pour assurer la survie de l’espèce.

Il est urgent de réconcilier l’homme et la nature.


 

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Refaire le monde
commenter cet article
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 16:35

Il y a bien longtemps que nous nous interrogeons sur les frontières qui existent, ou pas, entre l’homme et les autres espèces animales, au point de nous demander si nous ne serions pas tous des singes ? Le changement récent de statut juridique des animaux pour les considérer désormais comme des « êtres vivants sensibles » et non plus comme des « biens meubles » constitue une avancée certaine. On conçoit bien que cette évolution concerne d’abord les animaux dits « de compagnie », mais peut-être y a-t-il encore du chemin à faire pour la faune sauvage. C’est ainsi que nombre de chercheurs ont été frappés de constater l’empathie qui peut exister entre certains grands singes ou même parfois chez les souris, les rats ou les éléphants… Mais si cette empathie peut être très marquée chez les bonobos par exemple, les chimpanzés peuvent faire preuve parfois, au contraire, d’une forte xénophobie. Des sentiments humains en somme… Toutefois, les hommes constituent quasiment la seule espèce capable de s’organiser méthodiquement pour tuer un grand nombre de leurs congénères, ils appellent cela la guerre…

Longtemps l’animalité a été perçue chez l’homme comme une régression, dans un contexte où la domination de la nature par l’homme semblait aller de soi. Mais des études récentes ont montré que cette domination n’était qu’une vue de l’esprit et qu’au contraire, l’homme et la nature sont partie liée.

C’est ainsi que l’on sait, depuis peu, que l’origine de la pandémie de sida (VIH) provient de chimpanzés camerounais qui, vers 1920, ont contaminé un homme qui a propagé la maladie, amplifiée par la prostitution et le manque d’hygiène. C’est dans les années 1960 que le VIH « conquière » d’autres états africains et les Etats-Unis pour infecter 75 millions de personnes et en tuer 36 millions… Plus récemment, on constate un processus de même type avec le virus Ebola. Ce constat pourrait donner à penser que la nature est surtout maléfique pour l’homme. En fait, il existe des relations étroites homme–nature qui rendent les êtres vivants largement interdépendants. Certains chercheurs sont ainsi persuadés que la déforestation de la Guinée a contraint des chiroptères (chauve-souris), porteurs du virus Ebola, à se déplacer et se rapprocher des villages, augmentant ainsi les risques de transmission aux hommes. En Asie du Sud-Est, la destruction de la forêt primaire a contraint des populations de macaques à se déplacer en transmettant une souche virulente de paludisme aux hommes. En résumé, cela signifie que la destruction des milieux naturels peut avoir des impacts importants sur la santé humaine. Il n’y a donc pas à opposer l’homme et la nature, il faut prendre en compte les synergies obligatoires du monde vivant, parfois pour le meilleur… ou pour éviter le pire.

Moi grand humain, voudrait être l’ami de petit singe.

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Refaire le monde
commenter cet article
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 11:52

De façon assez récurrente, le principe de précaution est remis en cause, notamment en France… Pourtant, le principe de précaution a été formulé pour la première fois en 1992, dans la déclaration de Rio, puis introduit dans le traité de Maastricht et repris et précisé en France dans la loi Barnier de 1995 et enfin inscrit dans la Constitution française en 2005.

Le problème avec ces “débats de société” c’est qu’il y a toujours un peu trop de parti pris. La discussion devient vite dogmatique, comme si c’était toujours noir ou blanc et la mise en application reste toujours assez problématique. Devenu un élément de clivage gauche-droite, le principe de précaution génère alors un dialogue très démagogique qui s’installe entre lobbies et dogmatistes, au nom du maintien de l’emploi et de la croissance ou, au contraire, pour ne tenter aucune innovation…

Par exemple, à La Faute-sur-Mer, tout le monde savait que l’on construisait en zone inondable, bien que protégée par une digue assez symbolique. On a vu la suite ! Le principe de précaution, alors simple bon sens, aurait voulu que l’on ne construise pas à cet endroit. Autre exemple : les OGM sont potentiellement dangereux au vu de certaines études scientifiques, mais sous la pression du marché et des grands lobbies de l’agro-alimentaire, on en consomme en masse venant d’Amérique du Sud. Alors quels sont les risques réels pour la santé et l’environnement ? Peut-on expérimenter davantage ? La prise de risque est-elle légère ou lourde de conséquences ? A court terme ou à long terme ? Ces questions doivent être posées dans le cadre d’une évaluation contradictoire qui permette de prendre des décisions éclairées.

Voilà bien un débat récurrent qui demande pour chaque cas évaluation pertinente et aussi objective que possible et prise de décision collégiale. Comme en toute chose il faut se garder des excès : on entend parfois des discours totalement absurdes quand, par exemple, quelqu’un déclare “allons-y pour les gaz de schiste, c’est bon pour l’emploi et on verra bien quels seront les problèmes ». A quoi bon de l’emploi si ceux-ci vont de pair avec un risque maximum ?? On a déjà vu cela avec l’amiante, que l’on a continué à utiliser pendant 90 ans après les premiers morts de 1906. Aujourd’hui on est à des milliers de cancers... Bien sûr la technologie et la science pourront apporter des solutions à des problèmes aujourd’hui irrésolus, mais quand et comment ?

La seule réponse possible est donc bien l’évaluation en amont et l’expertise scientifique afin de pouvoir dresser un bilan prospectif coûts/avantages, comme cela se pratique déjà pour un certain nombre d’équipements, en rendant plus transparentes les décisions publiques.

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Refaire le monde
commenter cet article
18 novembre 2014 2 18 /11 /novembre /2014 08:32

Le futur génère souvent des craintes. Peur des fins de mois difficiles, du chômage, de l’avenir de nos enfants, telles sont les craintes les plus courantes par temps de crise. Mais les vraies peurs sont celles les mieux dissimulées, liées aux évolutions climatiques ou à la dégradation généralisée de notre environnement. Pour beaucoup d’entre nous, la connaissance de ces phénomènes est trop superficielle, qui plus est trop dogmatisée par les médias et les groupes de pression, pour que l’on puisse exprimer des craintes fondées sur un argumentaire valide. La culture scientifique n’étant pas ce qui caractérise le mieux nos élites, la mutation sociétale actuelle leur échappe en grande partie. Faute de guides, l’appréhension de phénomènes complexes n’en est que plus aléatoires pour nous, ce qui peut renforcer l’angoisse devant l’avenir. Ceci est vrai aussi pour les enseignants peu préparés, ou pas du tout, à la connaissance du fonctionnement du cerveau, aux nouvelles technologies ou au travail en réseau. On sent confusément qu’il va falloir, à un moment donné, trancher dans le vif et prendre des décisions désagréables, en somme « payer l’addition » de nos erreurs passées… Face au rabâchage des dogmes économiques, nous peinons à trouver des formes de résistance collectives adaptées et si possible… sans douleur.

Pourtant, le futur se construit inévitablement, avec des orientations nouvelles telles que l’économie positive, si chère à Jacques Attali, qui vise à servir les intérêts des générations à venir plutôt que ceux des actionnaires court-termistes… L’échange gratuit d’informations lié aux nouvelles technologies contribue de fait à l’émergence d’une économie de la gratuité. Cette libération de l’information est une rupture culturelle qui bouleverse le monde du travail en remettant en cause les principes de propriété et d’autorité. Simultanément la relation au temps évolue avec un souci de plus en plus prononcé d’utiliser son temps pour la création sous toutes ses formes. Une nouvelle conception du travail apparaît avec un fort souci du contenu, créateur et valorisant.

Au-delà de tous les poncifs, le monde de l’enseignement doit se réapproprier le monde réel, celui d’aujourd’hui qui lie davantage économie et vie sociale. Quelle bonne nouvelle que d’apprendre la création de réseaux universitaires internationaux tels que l’Initiative étudiante internationale pour l’économie pluraliste (http://www.isipe.net/home-fr/) qui prône cette condition au débat ouvert et à la démocratie. Parallèlement apparaît le temps du « Commun », celui qui doit permettre de sortir de l’alternative entre l’Etat et le marché, et sous-tend l’idée de tâche collective et d’obligation mutuelle, avec lesquelles nous devrions être égaux dans l’élaboration des buts d’une activité.

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Refaire le monde
commenter cet article
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 08:21

Le désherbage en milieu urbain est devenu un vrai problème dans la mesure où certains habitants refusent toute “mauvaise herbe”, tandis que d’autres souhaitent leur maintien, voire leur développement. Quoi qu’il en soit, il y a au moins consensus sur le fait que les plantes adventices n’ont pas leur place sur les trottoirs, les caniveaux ou les rues piétonnes mais que le désherbage chimique pose de gros problèmes, tant pour la santé humaine que pour l’environnement, notamment les milieux aquatiques.

Pour certains espaces urbains, on peut assez facilement passer des herbicides (appelés pudiquement produits phytosanitaires) au « zéro pesticides » en ayant recours au paillage, désherbage thermique ou binage. Mais pour les trottoirs la question est plus ardue et certaines villes comme Rennes, Bordeaux, Lyon ou Nantes y ont réfléchi et expérimenté certaines techniques. Ce qui semble le plus pertinent, ce sont des techniques simples, dont aucune n’est parfaite et souvent coûteuse en main d’œuvre, telles que :

  • le balayage mécanique qui permet d’ôter tout dépôt organique.
  • le désherbage thermique.
  • le désherbage à l’eau chaude.
  • ... le désherbage manuel tout simplement. Dans ce cas, compte tenu du temps à passer, on peut avoir recours à des personnes fragilisées dans le cadre de clauses d’insertion dans les marchés publics, comme à Nantes Métropole.
  • ou plus original, l’enherbement qui consiste en la distribution de graines appropriées aux habitants (comme à Blois) par la mairie pour fleurir, et entretenir, les trottoirs au niveau de la jonction entre le mur et le trottoir. En somme, des « graines de révolutionnaires » !

Tout cela demande réflexion, communication et innovation, mais peut être une excellente occasion d’impliquer les habitants dans la gestion de leur environnement immédiat.

Ainsi chacun pourra se faire sa propre philosophie, continuer de penser que toutes ces plantes adventices qui s’installent dans la moindre fissure sont une calamité et qu’il faut les éradiquer coûte que coûte. Ou bien se dire que, décidément, quoi que l’on fasse, la nature reprend toujours le dessus, c’est la vie qui triomphe et cela c’est plutôt rassurant, y compris pour nous les Humains.

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Refaire le monde
commenter cet article
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 08:06

L’annonce du dépassement des deux mille milliards d’euros de dette de la France aurait dû être ressentie comme le tocsin… Bien sûr il y a eu quelques sursauts et quelques discours. Mais on fait quoi ? Depuis 1950 le solde public de la France n’a été positif que sous les présidences de Charles de Gaulle et Georges Pompidou. Depuis 1974, le déficit ne cesse de s’accroître avec deux pics notoires en 1993 (Gouvernement Balladur) et surtout 2009 (Présidence Sarkozy).

Sans prétendre à l’exhaustivité, voici quelques propositions déjà formulées sur ce blog depuis sept ans… pour aider les politiques qui, visiblement, sont un peu à court d’imagination :

-      Etat :

o   Regrouper les collectivités territoriales en quatre pôles selon le principe de subsidiarité (allouer la responsabilité publique à la plus petite entité capable de résoudre le problème).

o   Réduire le rôle de l’Etat aux missions régaliennes. 

o   Supprimer le Sénat qui ne sert à peu près à rien et coûte cher.

-      Régions :

En conserver une dizaine, sous contrôle de l’Assemblée nationale.

-      Départements :

o   Les intégrer aux régions comme territoires infra régionaux.

-      Communautés de communes et d’agglomérations :

o   Elargir les Communautés de communes, afin de donner de la cohérence aux actions liées à l’utilisation de l’espace notamment.

o   Supprimer les Pays et les Parcs naturels régionaux, puisque leurs politiques innovantes sont désormais appliquées sur tout le territoire régional.

o   Réattribuer les missions des syndicats intercommunaux aux Communautés ou Départements, selon la cohérence territoriale.

-      Communes :

o   Transférer la quasi-totalité des compétences à l’échelon supérieur.

-      Moi :

o   Pour mes déplacements seul ou à deux, privilégier les transports en commun plutôt que ma voiture (0,5 € de coût total du km et non pas 0,10 € pour le seul carburant !).

o   Arrêter d’acheter tout et n’importe quoi pour les enfants et petits enfants qui croulent sous les jouets et autres objets électroniques…

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Refaire le monde
commenter cet article
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 07:57

En Normandie, depuis 20 ans, le nombre de fermes a été divisé par 2 et en France c’est l’équivalent de la surface d’un département qui disparaît tous les 7 ans, sous l’emprise du bêton et du bitume pour des aménagements collectifs, mais aussi pour des constructions individuelles sur des terrains vendus par les agriculteurs… C’est dire combien l’accès à la terre peut être difficile pour des personnes voulant développer des activités agricoles tournées vers le marché local. Cet état de fait est d’autant plus regrettable que la France importe 35 % de ses produits bio, alors qu’ils pourraient être produits localement, et que par ailleurs, la mondialisation des marchés agricoles fragilise l’autonomie alimentaire des pays les moins développés. A ces perturbations s’ajoute une main mise de la propriété intellectuelle des semences, et donc une confiscation du marché, par les multinationales semencières. L’agriculture vit ainsi une révolution qui en fait de plus en plus une activité de caractère industriel, régie par des multinationales.

On peut aller encore plus loin dans cette voie, à l’exemple de Toshiba qui ouvre à Tokyo une « usine à légumes » où seront cultivées, hors sol et dans un liquide enrichi en nutriments, toutes sortes de légumes. Cette culture « bio » sera exempte de pesticides, stable toute l’année, saine et répondant aux souhaits des consommateurs nippons, surtout après la contamination des sols par l’accident nucléaire de Fukushima de 2011. Le bonheur !

Mais on peut aussi imaginer d’autres alternatives, comme le préconise Terre de liens, par exemple, créée en 2003 pour aider les personnes qui souhaitent devenir agriculteurs bio et de proximité. C’est ainsi qu’une centaine de fermes ont été achetées pour être louées ensuite et promouvoir des projets en faveur de la biodiversité et du respect du sol. D’autres initiatives du même ordre sont prises par le Confédération paysanne ou France Nature Environnement. Des réflexions sont en cours pour créer une plate-forme européenne pour attirer l’attention des politiques sur l’accès à la terre, souvent bloqué dans de nombreux pays européens.

Il s’agit bien de reconquérir des terres agricoles pour y implanter des projets alimentaires de proximité, en ayant recours notamment, à l’épargne citoyenne pour gérer la terre de production comme un patrimoine commun.

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Refaire le monde
commenter cet article