Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 15:19

Ce qui frappe actuellement, c’est une montée du rejet de la nature, de l’écologie, de la protection de l’environnement par une partie de la population. C’est vrai qu’il existe un discours radicalisé, dogmatique, sur l’environnement. Pour ma part, au risque de me répéter, je distingue l'écologue de l'écologiste. Il faut distinguer, en effet, la prise en compte d’un écosystème dans sa globalité de la protection de ses composantes particulières. La notion récente de « services écologiques » a fait évoluer les conceptions en admettant aussi qu’il faut protéger la nature parce que sa dégradation a un coût, en termes de catastrophes naturelles ou d’épuisement des ressources.

Mais les vieux principes, liés aux philosophies et aux religions, reprennent vite le dessus, à savoir que l’espèce humaine se distingue de la nature, est au-delà de la nature, opposant toujours nature et culture. Pourtant c’est bien la nature qui est la source originelle de toute chose. Les oppositions de cultures ont généré des concurrences entre humains, d’autant plus dans un monde qui ne dispose pas de ressources inépuisables, ce qui engendre la convoitise, parfois la guerre et la barbarie.

On assiste en effet actuellement à la montée d’un discours réactionnaire qui rejette en vrac tout ce qui touche à l’environnement. On voit cela dans l’actualité, avec parfois des caricatures, comme les agriculteurs qui veulent continuer à traiter leurs cultures, même au voisinage immédiat d’une école... Dans ce discours, peu importe les risques pour la santé ou l’environnement, si “ça fait vivre” en apportant des emplois ou du fric, c’est bon... Bien sûr, la réalité est plus complexe et en matière d’environnement, il n’existe quasiment pas de problème simple, parce qu’il y a toujours, plus ou moins des enjeux économiques qu’il faut conjuguer avec des risques sanitaires ou autres. Il faut arbitrer, donc faire des choix, donc accepter des inconvénients. La règle dominante est qu’il faut toujours privilégier l’Homme, mais à court et à long terme, ce qui n’est pas toujours simple.

Si la nature se passe volontiers de nous les humains, au contraire nous avons besoin d’elle tout simplement pour satisfaire nos besoins primaires d’espèce animale.  

Au-delà, il y a bien sûr notre intelligence, nos facultés créatrices, nos conceptions du monde qui nous ont permis d’inventer la civilisation.

Tout cela devrait déjà être compris et assimilé, faute de quoi il faudra bien un jour contraindre les comportements pour assurer la survie de l’espèce.

Il est urgent de réconcilier l’homme et la nature.


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Refaire le monde
commenter cet article

commentaires

lenormand 31/01/2015 16:30

L'esprit réactionnaire est hélas partout, dans la société, l'environnement, l’économie, la politique. On pourrait penser qu'en France , nous avons une élite pensante capable d’établir un discours
sain, un raisonnement logique. Puis, en face, une majorité obéissant à la médiocrité permanente du café du commerce, de fesse- bouc , des réseaux sociaux. La bêtise n'est hélas pas l'apanage des
classes sociales moyennes, il suffit de lire les réactions aux articles des lecteurs du journal "le Monde" ou autre pour constater combien notre société est malade et profondément malade.

MAugé Stéphan 26/01/2015 18:44

Qu'ajouter à ce constat toujours aussi judicieux. Quand il y a une catastrophe climatique, tout le monde se dit catastrophé par ce qui arrive mais combien de personnes se remettent en cause sur
leur façon vivre et de consommer ? Comme le disait Mâo il y a les gens honnêtes, les opportunistes (certainement les plus nombreux qui veulent profiter au maximum de leur période de vie sans penser
aux descendants) et les hypocrites.