Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

18 septembre 2017 1 18 /09 /septembre /2017 17:48

     C’est en 1997 que je fus chargé, en tant que consultant indépendant, d’une « étude de définition des conditions de mise en œuvre du nettoyage de la Seine », pour le Conseil Régional de Haute-Normandie, le Parc Naturel Régional de Brotonne et l’Agence de l’Eau Seine-Normandie. Il s’agissait de faire le bilan de la situation en matière de déchets déposés par la Seine sur ses 292 km de berges entre le barrage de Poses et le Pont de Tancarville.

     Mis bout à bout, ces dépôts couvraient 58 km de rives. Sur les 69 points noirs répertoriés (environ 29 000 m3, soit de l’ordre de 9 000 tonnes) deux sites tests ont été retenus afin de valider les résultats et préciser les méthodes d’intervention, sachant que le flux de déchets flottants était estimé entre 700 et 800 tonnes par an. Ces déchets étaient des emballages, des aérosols, seringues, bidons divers, pots de peinture, extincteurs, vélos ou jouets, etc. L’étude a préconisé le recrutement d’une dizaine d’emplois d’insertion pour procéder au nettoyage en cinq ans.

     Une quinzaine de médias régionaux et nationaux, écrits et télévisuels, ont relaté cette étude pour laquelle était décidée une concrétisation sur le terrain. Cette formidable prestation m’a permis de parcourir, en voiture et à pied, les berges concernées de la Seine. Découverte de paysages bien plus sauvages qu’on l’imagine, enlaidis de déchets innombrables ! Cette étude a fait l’objet de 3 rapports (Volume 1: rapport, 80 p.- Volume 2: annexes, 167 p.- Volume 3 : synthèse, 25 p.- Notre-Dame-de-Bliquetuit : Parc Naturel Régional de Brotonne, 1997) qui peuvent être consultés en salle de lecture du pôle des archives historiques : 42 Rue Henri II Plantagenêt, Pôle culturel Grammont, 76100 Rouen - Tél. : 02 35 03 54 95 / Mail : archives@cg76.fr – Archives personnelles 341 J – Publications 302, 303 et 304.

     Le tonnage de 9 000 tonnes s’est avéré un peu sous-estimé lors du nettoyage qui a effectivement suivi pendant plusieurs années. Nous voilà 20 ans plus tard… et les déchets reviennent sur le devant de la Seine ! Une enquête menée par Thibaut Schepman pour le site d’information Les Jours révèle que malgré les ramassages, c’est le « tonneau des Danaïdes » avec des arrivages en provenance de l’amont incessants, y compris des produits dangereux, et… sans solution. De son côté, Aurelia Morvan apporte sa contribution, dans 76actu en insistant sur le fait que le manque de financement est un obstacle à l’enlèvement des déchets, mais aussi l’absence de coopération entre les collectivités impliquées. Une fois de plus, cette opération ne pourrait pas avoir lieu sans l’Europe. On espère une solution pour la fin 2017, sans toutefois pouvoir tarir les sources en amont…

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond
commenter cet article

commentaires

Augé Stéphan 19/09/2017 09:32

Comme souvent ce sont des incivilités, comme on en voit hélas trop souvent au bord des routes, en foret, etc.., et qui finissent par couter très cher à la collectivité

Michel Lerond 20/09/2017 10:09

Merci Gérard et Stephan de vos observations. Oui Gérard, des trappes seraient utiles et elles le sont dans la mesure où il existe à Paris quelques bateaux capteurs des déchets flottants, peut être en nombre insuffisant et bien en amont. En amont de Rouen, le barrage de Poses joue en partie ce rôle. Et en aval de Rouen, il a été aménagé un "piège à déchets" qui exploite le profil concave de la rive pour que le courant accumule les déchets en un endroit facile à vider. Tout cela a fonctionné, mais s'avère encore insuffisant compte-tenu des volumes déversés par les mariniers, certaines entreprises peu respectueuses et des particuliers.
En effet Stephan, les incivilités sont bien là et si la Seine transporte des déchets flottants, elle "capture" aussi des déchets déversés sur les berges par toutes sortes de malpropres... J'y ai observé, il y a 20 ans, mais il semble que les choses aient peu changé, des déchets d'artisans, des vieux jouets, des fûts d'huile et même... des tonnes de déchets verts d'une commune en amont de Rouen !
Un peu désespérant et je comprends un peu le désarroi des élus qui hésitent à mettre encore de l'argent dans ce nettoyage qui ne devrait pas être.
Michel

Prieur 18/09/2017 18:03

On devrait pouvoir diminuer pour "pas cher" le flux de déchets flottants que véhicule la Seine en installant des "trappes" (des nasses) sur le parcours. Installation, vidage et mise en recyclage et/ou destruction pourrait faire l'objet d'un marché ....