Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

17 janvier 2019 4 17 /01 /janvier /2019 09:01

4. Revenir à l’essentiel :

     Après des mesures urgentes et emblématiques, des mesures de fond s’imposent pour sortir du « vieux monde ». Un grand débat national est une bonne chose s’il consiste en une véritable remise à plat avec un vrai dialogue qui permette de rester dans la rationalité. Les propositions nouvelles doivent être évaluées, testées pour des décisions prises en toute connaissance de cause avec pondération et pragmatisme, ce à quoi ne peut pas toujours répondre un référendum qui comporte un grand risque de démagogie et de populisme, en simplifiant abusivement des questions complexes.

     On aurait peut-être pu éviter la crise actuelle si les politiques avaient commencé par davantage de pédagogie afin de hiérarchiser les problèmes, et entre autres expliquer en quoi la taxe carbone se rattache à la nécessité absolue de reconstituer le climat. Il va falloir maintenant corriger les erreurs du passé (50 ans d’aménagement un peu délirant du territoire et de prolifération du transport routier),  pour restreindre l’usage des produits pétroliers. N’oublions pas que la question de la taxation de l’énergie se pose depuis… 1928 et que la taxe carbone a été décidée en 1997 avec bien des tergiversations depuis. Il faut maintenir la taxe carbone, dissuasive, avec des compensations pour les déplacements « obligés ». Dans le même temps il convient de réajuster l’ensemble des taxes et non pas les multiplier inconsidérément et aussi de réguler les prélèvements fiscaux en tenant compte davantage des besoins de déplacement et des revenus réels. Concernant la taxe carbone, bien entendu il ne faut pas la cantonner à la voiture, mais l’étendre aux camions, avions et cargos. Qu’on ne s’y trompe pas, c’est là que réside l’URGENCE ! Nous entrons dans une période de turbulences climatiques qu’il faut enrayer… pour assurer notre survie. C’est pourquoi nous proposons depuis un moment la mise en place d’un Etat d’urgence climatique qui intègre les dimensions sociale et économique. Au niveau mondial les pays les plus émetteurs de CO2 sont la Chine, les USA, puis l’Inde et l’Europe et les émissions se répartissent en quatre sources grossièrement égales : transports et activités de raffinage, production d’électricité et chauffage, agriculture et déforestation, industrie. Tout ceci exige donc une coordination au niveau mondial.

     Le grand débat national doit être l’occasion de renouer le dialogue, sur une base démocratique après des décennies d’aveuglement. Et tout cela dans un contexte d’une indispensable refondation de l’Europe. Suite à l’échec de l’Etat, il faut donc que ce débat s’appuie sur une démarche de « bas en haut » avec un relai essentiel que sont les communautés de communes rurales, les agglomérations urbaines et les régions. Pour que ce dialogue soit productif, il doit s’appuyer sur une information objective et vérifiée en veillant à ce que les participants reflètent la diversité de la société française. Tout ne pourra pas être retenu et il faudra hiérarchiser les propositions en fonction des urgences, pour passer à l’action avec des programmes et un dispositif de suivi-évaluation afin de pouvoir réajuster ensuite.

     Pour éviter la montée des nationalismes et extrémismes, cette démarche judicieuse ne pourra aboutir et être efficace que si chacun se souvient d’éléments essentiels, comme par exemple que nous sommes endettés en France à hauteur de plus de… 2 000 milliards d’euros et que l’urgence climatique n’est pas une vue de l’esprit mais une réalité que l’on mesure chaque jour !      

     Alors ce débat national, foutaise ou remue-méninges ? A vous d’en décider !                         

 

Des solutions plus détaillées sont proposées pour construire ce monde nouveau dans « Faire passer le message », une vision personnelle sur les grandes thématiques de l’environnement.

Faire passer le message - Persée, Paris, 2018.- 158 p. - 14€20 : https://www.editions-persee.fr/catalogue/recits/faire-passer-le-message/#.W1hl6sIyWpo

 

Partager cet article
Repost0

commentaires