Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

18 mars 2019 1 18 /03 /mars /2019 19:00

           C’est dès son plus jeune âge que le futur créateur du Parc de Clères prend conscience de son amour pour les plantes et les animaux. Pendant sa jeunesse à Villers-Bretonneux, dans la Somme, il crée des serres et des volières dans la propriété de ses parents pour élever de nombreuses espèces, environ 1 300 ! Né en 1890, c’est à 18 ans qu’il entreprend des études de botanique à l’Université de Lille et commence à voyager en fréquentant les milieux scientifiques européens. Dès 1910, il participe à la fondation de la Ligue de Protection des Oiseaux, se passionne pour l’élevage des animaux et fonde en 1920 la revue « L’Oiseau ». C’est dans le même temps que Jean Delacour s’installe à Clères et y crée un zoo en 1919. Entre 1920 et 1940, le Parc de Clères a réuni beaucoup de raretés et a contribué ainsi à sauver de l’extinction un certain nombre d’oiseaux. Ce parc devient la résidence principale de Jean Delacour en 1960, lors de sa retraite. En 1966, il cède l’établissement au Muséum national d'histoire naturelle afin de poursuivre les missions de conservation des espèces, d’éducation et de recherche. En 1978 il lègue définitivement le domaine, se retire et meurt en 1985. Le Conseil général de la Seine-Maritime rachète le parc au Muséum de Paris et entreprend de nombreuses restaurations.

 

          Le « Parc animalier et botanique de Clères », est un domaine de 70 ha (dont 13 ouverts au public) qui présente 1 500 animaux dont environ 1 000 vivent en semi-liberté (oiseaux et mammifères). Il peut ainsi se consacrer aux espèces menacées ou en voie de disparition, dans le cadre de plans européens d’élevage.

          C’est dès le début du XXème siècle que Jean Delacour prend conscience, avec d’autres ornithologistes, de la diminution inquiétante du nombre d’oiseaux et que des mesures de protection s’imposent. C’est alors qu’il travaille assidûment à la préservation de la nature en général et acquière la conviction d’avoir accompli une œuvre utile, notamment en éveillant la conscience des hommes à la préservation des oiseaux et de la nature en général. C’est donc sous l’impulsion de Jean Delacour que les parcs zoologiques, à l’image de celui de Clères, sont devenus des gardiens du patrimoine sauvage. Les parcs zoologiques ont donc trois missions essentielles : la conservation de la biodiversité afin de protéger des espèces très menacées dans leurs milieux naturels et d’éviter leur extinction, la recherche scientifique et la sensibilisation du public à l’importance de la biodiversité.

          Jean Delacour a acquis une expérience qui lui permet de déclarer dans la conclusion de ses mémoires : « La méfiance, fruit d’une longue expérience, me fait craindre que la misère, et peut être même la destruction de toute forme de vie sur la terre, puisse arriver un jour ou l’autre. »

          2019 est donc le centenaire du Parc de Clères. De nombreuses animations sont prévues, dont un colloque en partenariat entre le Parc de Clères et l’Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Rouen les vendredi 20 septembre après-midi (190 rue Beauvoisine à Rouen : communications sur Jean Delacour) et samedi 21 matin (Parc de Clères : visite commentée).

Partager cet article
Repost0

commentaires