Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 09:52

         Pendant longtemps, on a cru que le développement et la croissance étaient porteurs de seuls bienfaits, malgré les avertissements du Club de Rome il y a ... 37 ans. Maintenant que la Crise est là, durable, la cassure de la société est évidente.

Notre société souffre avant tout d'un déficit chronique de diagnostic et d’évaluation, indispensables à la résolution des crises. Avant de rechercher une solution, encore faut-il bien poser le problème. L’analyse de la situation, trop souvent compartimentée, doit être complétée d’une réflexion globale afin de permettre de renouer les fils entre des secteurs spécialisés.

Cela est particulièrement vrai dans les domaines de la médecine ou de l’environnement, souvent mis en parallèle à juste titre : la somme de spécialités pointues ne permet pas de vision globale, seule possible par la synthèse d’un généraliste, non pas compétent en tout, mais capable de comprendre et d’établir les liens nécessaires. Le généraliste est celui qui redonne de la cohérence aux faits, qui les rend intelligibles et qui permet l’action ensuite. Ce n’est pas pour autant un « touche à tout » qui survole les problèmes, au contraire c’est un « spécialiste » qui sait établir les ponts, mettre à jour les complémentarités et les contradictions.

Le système de formation ne facilite pas l'évolution nécessaire en reproduisant les élites dirigeantes à l'identique, trop souvent enfermées dans une spécialité coupée de son contexte. Notre société manque de généralistes, capables de réduire la complexité inévitable des choses. Les économistes ou les politiques devraient être considérés comme des généralistes, mais restent trop contraints par des systèmes de pensée idéologique, voire dogmatique.

Montaigne a toujours raison en assurant qu’une « tête bien faite vaut mieux qu’une tête bien pleine », tout comme Edgar Morin, le sociologue et philosophe adepte du décloisonnement des savoirs. L’école qui enseigne l’analyse devrait aussi enseigner la synthèse et la mise en relation, aller vers une culture plus générale, ce qui suppose aussi de faire évoluer les formateurs.

Croire que l’on va solutionner les problèmes ardus auxquels nous sommes confrontés avec les seuls spécialistes est un leurre. Plus que jamais il faut passer d’une société des connaissances spécialisées à une société de LA connaissance, celle qui permet de transcender les spécialités. Cela passe, entre autres, par redonner le goût des sciences, le sens de la rationalité scientifique. Certes l’école doit apprendre à « lire-écrire-compter », mais elle doit aussi apprendre à raisonner globalement.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Société
commenter cet article

commentaires

Pierre 23/02/2010 18:40


Savez-vous comment est perçu le métier de médecin en général et de spécialiste en particulier? Les étudiants en médecine font 10 ans mini d'études et entendent que ce "placement" leur garantissent
non seulement un niveau social (important) mais surtout un revenu nettement "classe supérieure". ce qu'on appelle communément une vocation est (pour certains, hein) totalement perdue. Ceci
expliquant également le mauvais "partage géographique" des médecins généralistes sur le territoire.Déjà qu'ils ont raté leur spé. si en plus ils doivent rester sous la pluie, les pauvres
(mouais).
Moi qui n'ai pas facilement d"admiration", c'est une profession, généralistes ou pas, qui l'inspire. Mais pas quand on entend ces propos de la bouche des carabins en personne.


Michel Lerond 24/02/2010 09:20


Il y a beaucoup à dire sur ce sujet Pierre. Il se pourrait que l'on soit parti un peu loin, parfois, du serment d'Hippocrate...
Michel


Robert Meyer 07/07/2009 21:26

Lecteur régulier, je réagis pour la première fois au blog : je suis tout à fait d'accord avec la nécessité de promouvoir les "généralistes" ...

Cordialement

Robert Meyer

Michel Lerond 08/07/2009 08:39


Merci Robert. Ce qui ne dispense pas d'avoir recours aux spécialistes bien sûr !
Michel


Philippe 07/07/2009 10:25

Merci de rappeler que notre métier est essentiel... que nous ne sommes pas que des "assembleurs" et que notre vision des choses permet souvent d'intégrer, de synthétiser et enfin de (faire) comprendre les liens entre les différents spécialistes.
Je transmets ce texte à nos clients...

Michel Lerond 07/07/2009 10:40


Oui Philippe, et c'est pour cela que le métier d'écologue ou d'environnementaliste est aussi difficile, mais aussi beau et utile, voire indispensable.
Michel