Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 14:42

Tout se perd, surtout avec les jeunes qui sont très individualistes, ne veulent plus travailler et se foutent de tout… Et si c’était le contraire ? A chaque génération, la jeunesse est souvent perçue en opposition et inapte à assurer le relais de ceux qui précèdent. Mais dans une génération, comme dans tout groupe humain, une partie des individus ne comprend pas grand-chose au contexte, une autre partie est « au-dessus de la mêlée » et la grande majorité est constituée de « ventres mous » qui essaient de suivre comme ils peuvent, ceci étant une loi sociologique non écrite, mais souvent vérifiée…

Il est vrai que les récentes élections municipales ont mis en évidence un certain mépris de la société par une abstention très forte chez les jeunes. La récente enquête « Génération quoi ? », organisée par France Télévisions, Le Monde et Europe 1, éclaire le débat à cet égard : les jeunes de 18-34 ans ont répondu à 70 % qu’ils se sentent rejetés par la société française et que 61 % sont prêts à participer à un mouvement de révolte de grande ampleur, sachant que pour un jeune sur deux, ce sont les générations précédentes qui sont responsables de leurs difficultés.

N’y aurait-il pas dans tout cela un énorme malentendu ? En effet, les jeunes se revendiquent altruistes et militants, notamment à travers les réseaux sociaux, alors que les politiques ne leur demandent jamais leur avis… Ces enfants de la mondialisation cernent mal cet ennemi lointain et insaisissable qu’est la finance. Mais pour autant cette défiance vis-à-vis de la société ne réduit pas leur désir d’engagement. Ainsi, à y regarder de plus près, l’abstention record au 1er tour des élections municipales a été de 40 % globalement, mais de 72 % pour les jeunes sans diplômes ! Et de 31,5 % pour les jeunes diplômés de l’enseignement supérieur, soit 40 points d’écart entre les deux catégories.

A force de se complaire dans notre petit microcosme hexagonal, le « projet » de la France est devenu totalement inaudible. Les uns sont donc prêts à la révolte, tandis que d’autres ont d’ores et déjà entrepris de reconstruire cette société qui refuse le monde tel qu’il est. C’est ainsi que se développent les pratiques collaboratives, que ce soit pour le partage de biens : vélib, autolib, co-voiturage, habitat coopératif, achats d’occasion plutôt que du neuf, vente de produits de proximité, partage de connaissances, etc. Chacun devient davantage acteur de sa vie et participe aux décisions collectives, dans une économie circulaire et solidaire où l’usage prime sur la consommation. Bien sûr que ce ne sera pas facile, et même peut être utopique, mais n’y a-t-il pas là une reprise en main de son propre avenir qui lève un immense espoir à l’horizon de la jeunesse d’aujourd’hui ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Nouvelles
commenter cet article

commentaires

Dan 21/04/2014 16:52

Là, j'a-dore ! Complètement positive, cette petite page ! Exempte de jugement et de "leçons" de vie, elle n'en est pas moins profondément politique sans être partisane: Ouvrez vos esprits, vos
oreilles, votre sens du bien commun et votre confiance en demain! Une presque Lapalissade qui invite calmement à regarder plus avant ce qui se "joue" aujourd'hui, et à s'en réjouir, tout en
tentant, pour ceux qui en voient la nécessité, d'en être ! Merci Michel!