Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 08:15

 

 

 

 

La forêt est le poumon de la Terre, c’est bien connu. Le rôle de la forêt est primordial pour l’équilibre des écosystèmes en général et donc notre milieu de vie. Face aux modifications climatiques, les forêts, en particulier en zones tropicales et équatoriales, constituent un régulateur de premier ordre en absorbant une grande quantité de gaz carbonique, un des principaux responsables de l’effet de serre (ce sont des « puits de carbone »).

Environ 30 % des terres de la planète sont couvertes de forêts, mais cette surface diminue, au niveau mondial, de 0,3 % par an soit 7,3 millions d’hectares ou encore l’équivalent de… 15 départements français ! Parmi elles, un bon tiers est constitué de forêts « primaires », surtout en zones tropicales. Ce sont les plus riches en termes de biodiversité, mais aussi les plus menacées par la déforestation.

Des situations extrêmes se constatent, par exemple en Ethiopie où le couvert forestier est passé de 40 à 3 % en 50 ans ! Au Brésil, le gouvernement est écartelé entre le souci de préserver la forêt amazonienne et la volonté de favoriser la croissance économique, si bien que la forêt tropicale a régressé de 17 % en 30 ans. Ajoutons à cela que la déforestation est liée aux cours mondiaux du soja, de la viande bovine et de la canne à sucre et qu’on estime qu’elle est illégale à hauteur de 80 %, malgré les plans gouvernementaux de lutte contre la déforestation.

Les sécheresses répétées du nord-est de la Chine, du pourtour méditerranéen, de la Russie, ou encore sur la moitié de la forêt amazonienne, et les incendies qui en découlent, constituent une menace sévère pour le devenir des forêts quant à leur rôle de « poumon vert ».

Sans faire dans le catastrophisme, il faut bien dire que nous entrons dans un cycle infernal à propos de notre cher poumon forestier. Les sécheresses, les incendies, la déforestation volontaire sont autant de facteurs qui réduisent la captation du gaz carbonique. Avec le réchauffement planétaire, la forêt pourrait dysfonctionner et émettre davantage de carbone qu’elle n’en capte, devenant une source de carbone plutôt qu’un puits de carbone… Tout faux !

En France, les effets seront moindre sans doute, mais assez préoccupants pour que le gouvernement se soucie  de « préparer les forêts françaises au changement climatique », notamment en matière de biodiversité (compléter le réseau de réserves biologiques), de risques (prévention des incendies, restauration des terrains en montagne) et de production sylvicole (peuplements mélangés). Encore faudrait-il que l’ONF (Office national des forêts) en ait les moyens…

 

Notre chronique du 29 août Les profs, des héros ? (http://www.michel-lerond.com/article-les-profs-des-heros-82835615.html) a suscité de nombreux commentaires. En complément, on peut lire aussi sur le blog de Global Mag : http://global.arte.tv/fr/2011/09/09/cest-la-rentree/

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Environnement
commenter cet article

commentaires

Dan 15/09/2011 12:46


Oui Michel, j'ai bien compris que tu es un scientifique pointu, lucide mais néanmoins optimiste dans une conjoncture pourtant guère reluisante.... L'expression de ton regard sur le monde instruit,
également par la force de la sérénité qui en émane... Pour ma part, te lire me ragaillardit et m'aide à poser l'équilibre de mon jugement. Merci à toi.


Robert Meyer 13/09/2011 21:38


Ton article est bien, mon commentaire porte uniquement sur les 6 premières lignes : (3 points)
- il faut dissocier biodiversité et bilan de CO2 (à mon avis)
- "le poumon vert" : il faut tout de même voir qu'il fonctionne à l'inverse de nos poumons d'animaux, qui pompent l'oxygène et rejettent du CO2.
- la forêt primaire (climax)a, face au CO2, un bilan égal à zéro tant qu'elle n'est pas exploitée par l'homme : elle pompe du CO2, mais les arbres meurent, pourrissent, et donc rejettent exactement
autant de CO2 qu'il y en a de pompé. C'est seulement quand l'homme exploite qu'il y a problème : que fait-il du sol qui a été déforesté ?


Michel Lerond 15/09/2011 10:29



Merci Robert de ces précisions utiles. On peut dissocier la biodiversité du bilan CO2 bien sûr, mais dans le cas de la forêt, les deux sont très liés comme j'ai essayé de le montrer dans la suite
de ma chronique. Le "poumon vert" est une expression impropre, tu as raison. Je vais me méfier davantage des expressions galvaudées... C'est bien vrai que la forêt, dans son fonctionnement
naturel, équilibre son bilan carbone. Inversement quand l'homme intervient de façon drastique... le bilan peut se déséquilibrer, d'autant plus si on a abattu la forêt ! Qui plus est pour cultiver
du maïs ou du soja. Tout faux ! Comme le dit Dan dans le premier commentaire "la forêt se retourne contre ses bourreaux".


Michel



Philippe 13/09/2011 16:46


Notons le glissement sémantique qui nous a fait passer en quelques années de "lutte contre le changement climatique" à "adaptation aux changements climatiques".


Michel Lerond 15/09/2011 10:21



Bien noté Philippe. Les glissements sémantiques ne sont peut être pas anodins... Faute de VOULOIR lutter, on va essayer de s'adapter.


Michel



Dan 13/09/2011 16:32


Le dysfonctionnement de la forêt qui inverse les gaz... c'est totalement nouveau pour moi... Tu n'as pas honte d'en rajouter au constat déjà catastrophiste qui s'incruste dans mon petit cerveau
chaque jour un peu plus? La forêt, en quelque sorte, se retourne contre ses bourreaux !


Michel Lerond 15/09/2011 10:18



Merci Dan. Eh non, même pas honte ! Tu l'as bien compris, je ne cherche pas à compliquer les choses où à me complaire dans le pessimisme. J'essaie seulement de montrer, chaque fois que c'est
possible, qu'en environnement les choses ne sont JAMAIS simples et qu'il faut bien se garder d'affirmations un peu trop péremptoires et précipitées. Pas facile...


Michel