Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 09:04

C’était la fin de cet hiver 2010 en Pays de Bray et le début de la saison des vêlages. Une des vaches charolaises allaitantes montrait des signes de disposition à la mise bas. Vers 23 heures l’agriculteur passa à l’étable pour vérifier l’avancement des choses. Cela ne se présentait pas très bien. Plongeant son bras dans la vulve de la vache, il ne trouvait pas la tête du veau en bonne posture et ne parvenait pas à le retourner. L’affaire s’avérait à risque, le veau risquait de mourir et la vache pouvait en subir de graves dommages. On appela à la hâte un voisin agriculteur, distant de quelques kilomètres, pour donner un coup de main. Déjà couché, il fut debout et sur place dans le quart d’heure. Mais rien n’y fit et il fallut se résoudre à appeler le vétérinaire, faute de quoi on risquait de perdre le veau et éventuellement la vache. Il était minuit. Le vétérinaire résidait à une trentaine de kilomètres, il décrocha à la quatrième sonnerie, fut à la ferme dans la demi heure et, fort d’une vraie expertise, mis au monde le veau en 20 minutes. Tout était sauf !

Cette anecdote m’en rappela une autre. Il y a quelques années, notre chat revint à la maison en très piteux état, victime d’une agression grave par un chien ou un renard. C’était dimanche et nous ne pouvions le faire soigner. J’appelais à tout hasard le cabinet vétérinaire le plus proche. Il y a avait un vétérinaire de permanence, qui demanda d’apporter le chat à la clinique. Le minou fut sauvé, il va très bien et vous souhaite le bonjour !

Le « cheptel » de la France compte, approximativement, 20 millions de bovins, 10 millions d’ovins, 10 millions de porcs, 10 millions de chiens et 10 millions de chats, soit un total de 60 millions de « patients » pour les vétérinaires. Le nombre de vétérinaires est, selon les sources, de 12 à 15 000.

La population française est de 64 millions d’habitants. Le nombre de médecins généralistes est de l’ordre de 80 000, chiffre très variable selon les sources.

Ces éléments n’ont rien à voir entre eux et la comparaison est douteuse, c’est vrai. C’était juste pour faire réfléchir un peu sur l’organisation de la médecine d’urgence en milieu rural…

Moralité de cette histoire : si vous avez un problème urgent de santé à la campagne, soyez vache… ou chat. Si vous souhaitez néanmoins rester un humain et qu’il y a vraiment urgence, appelez donc un vétérinaire…

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Société
commenter cet article

commentaires

Solange 24/04/2010 12:23


du sourire mais tellement de vérité dans ce propos. J'ai pu faire le constat de la non-assistance à personne en grande souffrance il y a peu de temps un dimanche en soirée. Même le médecin du 15
m'a obligée à rappeler trois fois en détresse pour enfin consentir à prévenir le médecin de garde où l'on a dû me conduire parce qu'il refusait de se déplacer. Je n'étais pas c'est vrai en danger
de mort, seulement une migraine, terrible, comme il est rare d'en avoir (je suis migraineuse et je suis capable d'évaluer cette souffrance, j'étais ce soir là à un stade 8 ou 9 sur 10), et qui
n'avait pas cédé après 4 h de traitement de ... cheval pourtant. Bref.
Moi ça me bouffe ça. J'ai beau avoir de l'admiration pour les médecins, je trouve inadmissible de leur part de ne pas assumer leur mission. Leur métier n'est pas qu'un gagne-pain (l'un d'entre eux
m'a dit un jour, sans aucune honte "je suis là pour faire du blé, du blé, du blé"). C'est un engagement, une mission. Certains d'entre eux partent faire de l'humanitaire à l'étranger.
L'humanitaire, il est là, aussi, en France, à portée de main. Bon, nous voilà aujourd'hui samedi. Bonne santé à tous surtout.


Michel Lerond 24/04/2010 14:01



Merci Solange pour ce témoignage édifiant, hélas.


Michel



Chris 16/03/2010 14:14


Bonjour c'est le tapissier de Sigy! tres bonne analyse du monde rural et de ses services...


regine caudron 13/03/2010 08:39


c'est bien pour cela qu'à la fin de mon article sur les sources j'ai eu envie de rajouter que la station de pompage se trouve impasse du colombier et que donc les pigeons ne sont pas très
loin...mais je me suis retenue


regine caudron 12/03/2010 17:26


Ahje je suis mal expliquée, je parlais du polluant qui se trouve dans le point de captage de la source qui alimente le syndicat d'eau qui se trouve sur le communes de Mesnil-Lieubray, Fry...
si je vous dis Atrazine ça vous dit quelque chose?


Michel Lerond 12/03/2010 18:57


Effectivement, il ne s'agit pas du même captage. Concernant celui de Mesnil-Lieubray, j'ai entendu parler, comme vous, de pollution à l'atrazine. Cela reste à vérifier, mais c'est tout à fait
vraisemblable. L'atrazine est un désherbant très "efficace" qui était utilisé fréquemment dans les cultures de maïs. Ce produit est maintenant interdit, mais c'est bien le problème des pesticides,
il faudra des années (des décennies ?) pour que ce produit soit totalement éliminé des sols où il a été épandu... Je crois savoir (à vérifier aussi) que la re-mise en service du captage a nécessité
une installation de micro-filtration, capable justement de retenir les fines particules de produits suspects, ce qui coûte cher et qui est payé par les consommateurs d'eau...
Michel


regine caudron 11/03/2010 20:00


merci Michel, je pensais qu'en cliquant sur mon nom en bas du commentaire que j'ai édité sur votre blog vous pouviez y accéder sans que je publie le lien, cela dépend peut-être du navigateur
utilisé je ne sais pas ?
vous ne connaissez pas le nom du polluant qui s'est infiltré dans la nappe phréatique ?


Michel Lerond 12/03/2010 08:17


Apparemment, ce type de lien ne fonctionne pas ici. Rien de grave à cela.
Je ne sais pas quel est le polluant de la source de Rouvray. En principe les analyses d'eau sont faites régulièrement et les résultats affichés en mairie (pour l'eau potable).
Bonne recherche.
Michel


régine caudron 10/03/2010 22:24


en parlant d'urgence, voici les délais moyens pour trouver un dentiste 2 mois, un orthophoniste jusqu'à 6 mois, et les urgences de Neuchâtel en bray lors de ma dernière visite aucun panneau de
signalisation en indiquait l'entrée et pour y entrer il faut sonner, évidement quand on est stressé on ne voit pas la sonnette du premier coup et la porte est fermée ce qui augmente encore
l'inquiètude d'un pallier de plus. Michel pourriez-vous allez voir sur mon blog le sujet que j'ai mis sur l'eau de source du pays de bray et intervenir dans les commentaires si vous jugez cela
utile
De plus puisque je passe par là j'aimerais vous demander si je peux vous ajouter aux bloggueur de Sigy puisque j'ai ouvert une page là dessus aussi sur mon blog


Michel Lerond 11/03/2010 14:34


Merci Régine de ce complément d'information sur les urgences en milieu rural, assez révélateur.
Bien sûr vous pouvez signaler mon blog autant que vous le voulez. Ne vous privez pas !
Je regarde le vôtre dont vous auriez pu donner l'adresse : http://shizrine.over-blog.com
Michel


Danielle Lerond 09/03/2010 11:07


Excellent ! Une belle façon de montrer les incohérences de notre système...Et elles ne sont pas forcément là où on l'imagine au premier abord, n'est-ce pas? Car si la santé des animaux mobilise
plus que celle des humains,si on s'en réfère aux chiffres bruts, il y a là, non pas le signe d'un respect plus important pour eux que pour nous, non !Une seule preuve s'il en faut une : il n'y
aurait plus de labos où on torture inutilement de pauvres bêtes... Non... L'absurdité de ta démonstration trouve ailleurs une explication plus ... financière : la bête humaine est moins rentable
que la bête tout court... dans une société telle que la nôtre...Dans notre beau pays, la rentabilité efface, et de loin, toutes les considérations "humaines" sur la vie en général, hélas !


Michel Lerond 09/03/2010 14:35


Merci Danielle. Je ne sais pas si l'on doit aller jusque là, quoique... Je voulais surtout souligner la disproportion d'efficacité des urgences en milieu rural. En Pays de Bray, il n'y a quasiment
plus un médecin que l'on puisse appeler après 19 heures ou le dimanche. Les urgences sont à 40 ou 60 km selon les cas, du fait de la recentrailisation du dispositif et du souhait des
médecins de ne pas aller "au-delà des horaires". Restons optimistes, beaucoup d'élus locaux sont conscients de cette anachronisme et certaines collectivités essaient de mettre en place, avec le
concours de smédecins, des maisons médicales pour pallier à ces manques.
Michel