Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 07:09

 

  • L’Homme dans la nature

     Ne l’a-t-on assez répété, la nature s’appauvrit et le phénomène s’amplifie. Ainsi, on sait maintenant que les populations mondiales d’animaux marins, toutes familles confondues, ont chuté de moitié depuis les années 1970, sous la pression des pollutions, des modifications climatiques et de la surpêche. Dans le même temps, la consommation de poisson est passée de 10 à 20kg par habitant et par an. Comme si cela ne suffisait pas, certains experts craignent la disparition des récifs coralliens d’ici 2050, alors qu’ils abritent le quart de toutes les espèces marines… La surexploitation (il faut bien nourrir les populations) conduit à ce qu’en Méditerranée 90 % des stocks sont épuisés… Durant ces 40 dernières années, les espèces terrestres mondiales ont également décliné d’environ 40 %. Quant aux espèces d’eau douce, leur déclin est estimé à 80 % ! La pression de l’Humanité sur la biodiversité va croissante, du fait de l’augmentation de la population, et nécessiterait dès maintenant une Terre et demi pour satisfaire les besoins humains en ressources naturelles. Souvenons-nous que la population mondiale a quasiment triplé depuis 1950 et que l’on prévoit de passer des 7 milliards actuels à 9 en 2050, soit 3,6 fois plus en un siècle.

     Certes des mesures sont prises pour enrayer ces phénomènes, mais trop timides et trop lentes, elles ne parviennent pas à inverser le phénomène. Bien que les écologues aient commencé à tirer la sonnette d’alarme dès les années 1970, la biodiversité reste mal connue et mal comprise compte-tenu de sa complexité. Ceci alors même que les hommes dépendent beaucoup plus qu’ils l’imaginent des écosystèmes, ce qui pose la question du devenir, non seulement de la nature, mais de l’Humanité. Comme l’a souvent répété Robert Barbault, l’homme est dans la nature, c’est plus que jamais indispensable de s’en souvenir. Toutes les tentatives de protection et de restauration des espèces et des écosystèmes doivent être encouragées. Les trames vertes et bleues mises en place en France depuis quelques années ont un intérêt primordial pour relier les îlots de nature avec des corridors écologiques. Bien sûr pour parvenir à des résultats concrets, il faut sensibiliser les populations afin de faire comprendre, accepter et réaliser toutes ces actions de sauvegarde… de notre espèce, nous les Humains. Il va nous falloir aussi très vite économiser l’espace en évitant une artificialisation trop poussée des milieux naturels. Et puis surtout, il va falloir produire autrement, notamment dans les domaines agricole et énergétique.

     Gageons que l’espèce humaine saura réagir tant qu’il en est encore temps, elle qui a encore beaucoup à apprendre sur la nature puisque son tube digestif abrite environ un millier d’espèces de bactéries dont on en connaît que 480…

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond
commenter cet article

commentaires

lenormand 10/02/2016 12:01

Pour mieux comprendre, tout le monde devrait aller voir "les saisons" film de Perrin. Peut-être, certains prendraient mieux conscience du problème.Une chose est sûre, l’espèce humaine disparaîtra comme toutes les autres espèces vivantes végétales ou animales à la durée de vie programmée. Mais, sans doute avant l'échéance normale et ce en raison de la bêtise et de la cupidité de l'être humain.

gérard baudry 09/02/2016 10:52

mais pourquoi espérer sauver cette espèce à tous prix ? l'espèce humaine disparaîtra (ou pas) comme beaucoup d'autres et cela fait partie de la vie sur cette terre. Nos enfants ? bien sûr on leur souhaite longue vie mais c'est inutile de vouloir qu'ils vivent comme nous, cette disparition n'est pas pour demain, elle est pour après demain, ils s'adapteront, petit à petit. Toutes les vies ne sont pas comme les nôtres.
je serais très étonné que les hommes deviennent raisonnables et comprennent à temps qu'il faut modifier beaucoup de choses s'ils désirent que leur espèce survive.Mais sait-on jamais... je ne le saurai pas

Michel Lerond 10/02/2016 08:47

Merci Gérard Baudry de cette sage philosophie. Je crois qu'il faudrait adopter cette attitude : l'espèce humaine est mortelle, mais on n'est pas pressé et en attendant on profite de tous les petits plaisirs que nous offre la vie. Je vais essayer, mais c'est pas si facile !
Michel