Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

18 décembre 2007 2 18 /12 /décembre /2007 09:34

     Les effets des modifications climatiques ont été perceptibles dès cette année 2007, sur tous les continents, y compris en Europe, notamment en Grande Bretagne ou en Grèce. Curieusement, selon des critères mal définis, les médias se mobilisent ou pas et sensibilisent l’opinion publique, ou pas, pour venir en aide aux sinistrés.

     Dans un cas comme celui-ci la prévention paraît improbable, mais lorsque la catastrophe est là, il est nécessaire de pouvoir disposer d’équipes de secours pour une intervention immédiate. Les spécialistes rappellent sans cesse que tout se joue les premiers jours, si ce n’est les premières heures. Que ferons-nous lors des prochaines catastrophes ? Il est temps de s’y préparer. Il va falloir nous habituer, du fait de la médiatisation des grandes catastrophes planétaires, ou de la répétition des phénomènes climatiques désordonnés, à vivre avec cette menace permanente.

     En France, il y a quelques années, il a été mis fin au service militaire, sans aucune concertation. Il eut fallu, plutôt que de le supprimer, le faire évoluer vers un service civil, plus utile, mieux admis et constituant un ciment national et européen. L’actualité nous amène à reposer cette question : pourquoi pas un service civil pour tous les jeunes européens ?

     Restent à définir la durée et les modalités de ce service, mais on peut imaginer que quelques semaines suffisent pour que ce temps citoyen permette de constituer une force d’intervention disponible lors des catastrophes naturelles (séismes, inondations, tempêtes, incendies de forêts, etc.) en Europe d’abord et sur tout théâtre planétaire où l’urgence le demande. Ce service pour tous les jeunes, garçons et filles, sans aucune dispense, permettrait aussi de retisser des liens dans une société qui perd le sens du collectif. Ce temps citoyen pourrait être utilisé également à compléter la formation de base non apportée par l’Ecole : apprentissage des gestes qui sauvent, de la conduite automobile, etc.

     Ainsi structurée, la solidarité y perdrait en spontanéité et en élan médiatique, mais y gagnerait incontestablement en efficacité. La solidarité pourrait alors s’installer dans une société organisée et majeure où chacun se sent responsable et acteur d’un futur commun, plutôt qu’un ressort qui réagit impulsivement aux coups de sifflets des médias.

Partager cet article

Repost0

commentaires