Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 08:20

Il est frappant de constater combien il est rare de voir mentionner dans les catalogues des pépiniéristes les qualités requises du sol pour planter des végétaux. Pourtant les plantes ont des exigences, des préférences ou des refus par rapport à la qualité du sol, selon qu’il est calcaire ou acide, filtrant ou pas, pollué ou pas, etc. Cette lacune est révélatrice d’un manque de culture (sans mauvais jeu de mots) sur les sols, ou pour le moins d’une indifférence à leur structure et leur fonctionnement.

Ce qui vaut pour l’horticulture vaut encore davantage pour les cultures vivrières. Si la Terre doit porter bientôt, comme le prévoient les démographes, 9 milliards d’habitants, la qualité des sols et leur aptitude à l’agriculture pourrait bien devenir une préoccupation majeure. Certains pédologues (spécialistes des sols) s’inquiètent des atteintes répétées sur les sols depuis quelques décennies : pollutions diverses dont les pesticides à hautes doses, déforestation, érosion, urbanisation, irrigation ou drainage mal contrôlés, etc. C’est ainsi près d’un quart des terres utilisables sur la planète qui sont dégradées, sur tous les continents. On compte sur la planète 13,5 milliards ha de terres émergées, dont 22 % peuvent être cultivées, la moitié de celles-ci (3 milliards ha) étant effectivement exploitées.

Alors qu’il va falloir augmenter fortement la production agricole si l’on veut nourrir la plus grande part de l’humanité (nourrir 9 milliards d’hommes relève aujourd’hui du défi quasi insurmontable), la proportion de sol par habitant ne cesse de se réduire. Non renouvelable, ou à une échelle de temps très longue, les sols devraient être considérés comme un patrimoine mondial à protéger.

En France même, chaque année, ce sont 60 000 ha de terres arables qui disparaissent du fait de l’étalement urbain, soit l’équivalent d’un département en 10 ans. Du fait des modifications climatiques, les sols vont être rendus plus fragiles encore : alternance de sécheresses et périodes très pluvieuses qui vont amplifier l’érosion.

Des solutions, au moins partielles, existent et sont déjà mises en œuvre : diminution des intrants et des pesticides, recyclage des débris végétaux, gestion du paysage en hydraulique douce, etc. Mais, comme souvent en matière d’environnement, il faudrait faire davantage et plus vite. Ainsi, résultat global sans doute de cette dégradation, les rendements des cultures plafonnent en Europe, ce qui pourrait s’expliquer par l’appauvrissement en matière organique des sols, constaté sur 45 % des surfaces. Pour nourrir toute l’humanité en 2050, si toutefois cela est possible, il y a urgence à protéger les sols.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Environnement
commenter cet article

commentaires

Cyriaque 23/09/2008 18:56

Michel, que penses tu de l'épandage des boues de station d'épuration chargées de métaux lourds ?
Celà posera surement problème aux paysans du futurs ?

Michel Lerond 24/09/2008 07:46


Bien sûr hélas, et aussi des problèmes aux consommateurs. Les épandages sont, en principe, contôlés et font l'objet de procédures assez strictes. La difficulté est souvent, faute de personnel en
nombre suffisant, que les contrôles de suivi ne sont pas faits ou beaucoup trop espacés. Les zones agricoles proches des grandes villes sont souvent les plus concernées, comme le département de
l'Aisne en raison des épandages des boues de STEP de la région parisienne.
Michel