Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Michel Lerond
  • : Libre opinion sur les questions d'actualité en environnement et développement soutenable
  • Contact

Profil

  • Michel Lerond
  • Ecologue et essayiste. Dans notre pratique professionnelle, nous avons pu contribuer, notamment, à un meilleur accès à l’information sur l'environnement.

Recherche

Catégories

26 août 2008 2 26 /08 /août /2008 10:29

       En ces temps difficiles et perturbés pour notre environnement, nous sommes à la recherche d’exemples positifs, même ponctuels, pouvant être reproduits sur un territoire plus grand. L’île de la Réunion, dont le slogan touristique fut longtemps « l’île intense » pourrait bien constituer un de ces exemples.

Ce petit caillou de l’archipel des Mascareignes, dans l’Océan Indien, de 60 km dans sa plus grande longueur, compte en effet 765 000 habitants sur 2 500 km2. Le relief, de 0 à un peu plus de 3 000 m, un volcan en activité et trois cirques de volcans éteints, une pluviométrie qui varient selon les endroits de presque rien à 7-8 m par an, font de cette île un lieu paradisiaque de dépaysement, mais aussi un espace de compétition entre l’homme et la nature.

La Réunion constitue en effet l’un des 34 « points chauds » de la biodiversité mondiale, et c’est à ce titre qu’a été inauguré en juillet dernier le 9e parc national français. Ce parc couvre 100 000 ha soit 40 % de la superficie de l’île ! Il abrite une végétation primaire restée intacte pour un tiers, protégée par un relief difficile. Ainsi la diversité biologique considérable, comme les fougères arborescentes, s’ajoute à la diversité époustouflante des paysages et écosystèmes qui vont de la savane à la forêt tropicale humide.

Mais l’île est partie pour compter un million d’habitants en 2030, sachant qu’actuellement le chômage touche plus de 20 % de la population. Les craintes sont fortes localement de devoir sacrifier des projets de développement pour sauvegarder la biodiversité.

Pourtant la Réunion, comme d’autres territoires de l’outre-mer européen, est un « géant écologique » qui risque d’être très exposé aux modifications climatiques. Ces territoires vont être ainsi, de fait, des réservoirs de biodiversité qu’il convient de protéger absolument, mais aussi des écosystèmes très exposés et des terrains d’expérience incomparables pour tenter de trouver des solutions transposables ailleurs. Les barrières de corail, qui abritent les deux tiers de la biodiversité marine, sont déjà concernées par ces bouleversements (voir notre chronique du 26-02-2008, « pourquoi une année corail ? »).

Qu’en sera-t-il de la compétition pour l’espace sur ces petits territoires ? Saurons-nous trouver les bons compromis entre l’homme et la nature. Les résultats seront déterminants et éclairants en terme de prospective à l’échelle du siècle…

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Lerond - dans Environnement
commenter cet article

commentaires

Philippe 26/08/2008 10:44

Tellement vrai !
J'y étais cet été... le corail a beaucoup souffert (j'y suis allé il y a 10 ans et la différence est flagrante).
Une problématique similaire pour les îles plus à l'Est, comme Maurice (avec moins de biodiversité terrestre, certes).

S'y pose aussi la question de la production d'énergie LOCALE.
Les crédits d'impôts on fait fleurir les ECSS sur les toits, la bagasse fournit 20% de l'électricité, mais le reste vient "du continent", alors quid de la consommation dans 20 ans ?
Le photovoltaïque n'est qu'à son balbutiement sur l'ile (tout comme à Maurice, d'ailleurs).

Ces problématiques sont encore plus marqués pour des archipels comme Rodrigues, les Seychelles ou les Maldives...

Michel Lerond 26/08/2008 11:27



Merci Philippe. Tout cela est vrai et montre bien à quel point ce qui se fera (ou ne se fera pas) à la Réunion pourrait être démonstratif pour une bonne partie de la planète. La population de la
Réunion est sans doute trop importante (compte tenu de ses besoins nouveaux) par rapport aux ressources locales, tout comme la planète. Affaire à suivre... avec intensité.
Michel